Fil info
22:50France : Derrière les discours la volonté de mettre au pas les députés -> https://t.co/W6nuTR5Kl8
22:44France : Assurance chômage : lancement des hostilités -> https://t.co/DSXdjduZ30
20:48Millevaches : L'hivernale de Meymac dans le froid -> https://t.co/zYBmR1qQS8
20:02Région : France 3 : de grosses inquiétudes en coulisses -> https://t.co/FlAMittXrD
18:59Ecueillé : Émilie Andéol à la rencontre de ses admirateurs indriens -> https://t.co/7DHT0aacDW
18:39Dordogne : L’aide à domicile en mutation -> https://t.co/bE3RnnY7bo
18:04# # - -Vienne : Communauté urbaine, le retour -> https://t.co/fryNqZz4AL
18:02# # - -Vienne : Des brebis pour préserver et restaurer un site -> https://t.co/xOPNs0fpgp
17:47# # - -Vienne : Sortis de l’ombre -> https://t.co/zLmB2TFP8U
17:45# # - -Vienne : «Périclès» : ouvert sur la vie -> https://t.co/4YCzHmhzhS
17:25Sarlat-la-Canéda : Hôpital : la réfection du parking programmée début 2018 | L'Echo https://t.co/rrXSk9Kg80 via
17:18# # - -sur-Benaize : Des locaux rénovés et agrandis pour la ressourcerie «Maximum» -> https://t.co/mrh1MM0XL4
17:17# # - : Le Père Noël se rendra au marché des artisans et commerçants -> https://t.co/hKcsndpVUQ
17:17# # - -Yrieix-la-Perche : Patrick Lebas à la tête de l’Ensemble Vocal -> https://t.co/pGrMxHENvm
17:14# # - : Un beau Salon du Livre en perspective -> https://t.co/DcALeNMVTH
16:40Sarlat-la-Canéda : Hôpital : la réfection du parking programmée début 2018 -> https://t.co/5LMBCCdKvW
16:35Le Blanc : Sainte Barbe : les pompiers félicités et honorés -> https://t.co/aBEI0jAFGP
16:32Région : à l’école du jardin planétaire -> https://t.co/kJmYmZv1zY
16:10Périgueux : La plainte pour diffamation, l’arme absolue ? -> https://t.co/LCr9akyyZ2
12:15Auriac : L’esprit de Noël est aussi en Xaintrie -> https://t.co/5kP6qhZtl5
11:18RT : Région : Concert de soutien au journal jeudi à Châteauroux -> https://t.co/M1kpqr42vs
09:19Haute-Vienne : Jour noir pour les casquettes blanches | L'Echo https://t.co/R2Osmoa2gu via

Les finances avant le peuple

EUROPE. Athènes sort de la procédure de déficit excessif. Mais à quel prix ? Revue d’un enthousiasme technocratique malsain.

GRÈCE
Plus d’un quart du PIB a été perdu, le chômage a explosé s’établissant toujours à 24% avec une pointe à 46% chez les jeunes, 4% de la population a quitté le pays, 36% de celle qui est restée risque de sombrer dans la pauvreté et l’exclusion mais... qu’importe, le plus important serait que « les finances de la Grèce sont en bien meilleur état ».
C’est le ministre des Finances de l’Estonie – pays qui assure en ce moment la présidence tournante de l’Union européenne – qui s’en ait félicité hier. Se faisant, il a annoncé la sortie d’Athènes de la procédure de déficit excessif ouverte depuis
2009. Se faisant, le Conseil de l’Europe a validé une recommandation de la Commission européenne datant de mi-juillet. Le commissaire européen des affaires économiques et financières, le Français Pierre Moscovici, a commenté l’annonce en affirmant qu’il s’agissait d’une « reconnaissance des efforts et des sacrifices considérables faits par le peuple grec pour restaurer la stabilité
des finances publiques de leur pays ».
« Des efforts et sacrifices considérables » ? La formule est faible. Les salaires n’ont cessé de chuter au point de s’établir à 650 euros en moyenne, les retraites ont été diminuées à 11 reprises, la Grèce est le seul pays européen où le salaire minimum a baissé durant ces dix dernières années. Et que dire de la santé et de la mortalité infantile qui a progressé de 40% selon Médecins du Monde quand les avortements progressaient, eux, de 30% ?
Mais qu’importe. L’heure est aux réjouissances et à l’auto-congratulation de la part d’une Europe qui veut affirmer qu’elle a su remettre la Grèce « sur les rails » en se réjouissant de la timide croissance annoncée pour l’an prochain.
L’heure est même tellement à la fête que Jeroen Dijsselbloem, chef de file de l’Eurogroupe, était hier à Athènes. Une ville où il n’avait plus mis les pieds depuis l’arrivée de Syriza, pour avoir été par trop malmené par l’ancien ministre des finances Yanis Varoufakis qui n’avait de cesse de rendre publiques les pratiques antidémocratiques de cette institution non élue.
Hier, il s’est encore permis de dire à Alexis Tsipras qu’il fallait que la Grèce conclut « au plus vite la 3e revue » de ses réformes pour lui permettre de « sortir propre du programme de soutien financier fin août 2018 afin que le pays retrouve son indépendance économique ». Au plus vite, cela signifie faire passer les 95 « pré-requis » – pour reprendre la formule des technocrates – exigés par les créanciers du pays et qui manquent encore à l’appel, soit la réforme du droit du travail, de l’administration publique, du marché de l’énergie et le programme de privatisation.
Des réformes d’ampleur donc, que ce monsieur Dijsselbloem veut voir terminer avant l’Eurogroupe du 4 décembre prochain.
A.S.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.