Fil info
19:24 — : le 3e marchĂ© de NoĂ«l a lieu tout le week-end. On y dĂ©couvre la superbe fresque vivante "NoĂ«l en 1900", ré  https://t.co/RlgMReZRDH
16:28 — RT : Ouverture de la fĂȘte foraine. Les Limougeauds sont nombreux Ă  ĂȘtre venus profiter des 70 manĂšges et stands installé  https://t.co/j9bq784JVK
16:27 — Ouverture de la fĂȘte foraine. Les Limougeauds sont nombreux Ă  ĂȘtre venus profiter des 70 manĂšges et stands installé  https://t.co/j9bq784JVK
13:31 — 📱 CommuniquĂ© du prĂ©sident du sur le dossier ➡ https://t.co/DnBCs7EpbP 
 https://t.co/DbBSVIVHsk
12:08 — "Et un oui massif des populations concernĂ©es" ⁉ Des populations concernĂ©es ? Dans un rayon de 80
 https://t.co/X1iijrOEAX

Taxer ou parader... il faut choisir

GAFA. La taxation des gĂ©ants du net ne fait pas l’unanimitĂ© et est Ă©clipsĂ©e par la macromania ambiante.

ESTONIE
Le sujet est porteur : faire payer des impĂŽts aux grands groupes du numĂ©rique, les Google, Apple, Facebook et Amazon, en appliquant une taxe sur le chiffre d’affaire gĂ©nĂ©rĂ© dans chaque pays europĂ©en et non pas sur les bĂ©nĂ©fices. C’est la proposition de la France mise vendredi sur la table d’un « sommet numĂ©rique » organisĂ© entre les dirigeants europĂ©ens Ă  Tallinn, en Estonie. Porteur car le rĂ©cent rapport d’un eurodĂ©putĂ© socialiste - Paul Tang - a mis des chiffres sur le problĂšme.
L’Union europĂ©enne aurait perdu 5,4 milliards d’impĂŽt de la part de Google et Facebook entre 2013 et 2015 Ă  cause de l’optimisation
fiscale. Les deux gĂ©ants ont en effet transfĂ©rĂ© l’essentiel de leurs profits europĂ©ens en... Irlande oĂč le taux d’imposition des sociĂ©tĂ©s est le plus faible d’Europe. Porteur car cela se prĂȘte bien aux envolĂ©es lyriques. Ainsi, durant le discours de la Sorbonne, Emmanuel Macron a pu s’enflammer pour « les biens communs Ă  financer et tous les acteurs Ă©conomiques doivent y contribuer » et contre « les passagers clandestins du monde contemporain » avant d’assĂ©ner : « il est donc juste et lĂ©gitime qu’accumulant les profits par ailleurs elle participe Ă  cette solidaritĂ© lĂ  oĂč elle crĂ©Ă© de la valeur».
Fort bien. Mais s’attaquer aux profits nĂ©cessite plus que de belles phrases. Tout d’abord, il faut dĂ©jĂ  l’unanimitĂ© pour dĂ©cider d’une Ă©volution fiscale dans cette Europe telle que conçue Ă  Lisbonne. Or, si l’idĂ©e a reçu le soutien d’une dizaine de pays, dont l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, Irlande et Luxembourg ont dĂ©jĂ  dit que, non, ils n’étaient pas d’accord. Partir Ă  quelques uns, de bonne volontĂ©, tel que le prĂŽne le prĂ©sident français dans son discours pour une Europe Ă  plusieurs vitesses ? LĂ , c’est la commission europĂ©enne qui tousse, indiquant qu’elle travaille dĂ©jĂ  sur le sujet imaginant « l’assiette commune consolidĂ©e pour l’impĂŽt sur les sociĂ©tĂ©s ». Et le commissaire europĂ©en de l’économie Pierre Moscovici de tacler « les bricolages nationaux » qui « risquent d’engendrer de nouveaux
obstacles et de nouvelles failles dans le marché unique européen ».
Enfin, le sujet est presque passĂ© Ă  la trappe. Depuis jeudi soir Ă  Tallin, chacun n’a de cesse de se positionner par rapport Ă  la feuille de route proposĂ©e par Emmanuel Macron dans son discours Ă  la Sorbonne. « Nous avons eu une bonne discussion », s’est fĂ©licitĂ© Donald Tusk, le prĂ©sident du Conseil europĂ©en, qui compte proposer « dans deux semaines » un « agenda politique » sur les rĂ©formes
de l’UE pour 2017 et 2018. Black-listĂ©e jusque-lĂ  en raison du Brexit, mĂȘme Theresa May Ă©tait de la fĂȘte, affirmant son engagement
« inconditionnel » Ă  dĂ©fendre l’Europe. Et comme justement, la dĂ©fense est le premier sujet portĂ© par Emmanuel Macron....
A.S.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisĂ©e.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformĂ©es en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont Ă  la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.