Fil info
19:24 : le 3e marché de Noël a lieu tout le week-end. On y découvre la superbe fresque vivante "Noël en 1900", ré… https://t.co/RlgMReZRDH
16:28RT : Ouverture de la fête foraine. Les Limougeauds sont nombreux à être venus profiter des 70 manèges et stands installé… https://t.co/j9bq784JVK
16:27Ouverture de la fête foraine. Les Limougeauds sont nombreux à être venus profiter des 70 manèges et stands installé… https://t.co/j9bq784JVK
13:31📢 Communiqué du président du sur le dossier https://t.co/DnBCs7EpbP https://t.co/DbBSVIVHsk
12:08 "Et un oui massif des populations concernées" ⁉ Des populations concernées ? Dans un rayon de 80… https://t.co/X1iijrOEAX

Guerre et paix

SOCIÉTÉ. Urgence à prendre conscience des enjeux de la paix, qui n’est pas le fruit d’une guerre gagnée mais un bien commun à construire.

LE BLOC-NOTE D’ALAIN HAYOT
Cette réflexion de Dominique de Villepin que je viens de lire me plait bien. Explique-t-elle le silence assourdissant des médias sur les mobilisations récentes pour la paix ? Non qu’il faille penser que nous sommes en guerre. Je laisse ce propos à ceux qui pratiquent l’hystérie sécuritaire contre « le terrorisme » sans jamais analyser les raisons de son émergence et les causes réelles des conflits en cours.
Mais force est de constater que nous assistons à un regain de tensions dans le monde. L’épisode coréen est le symptôme d’une effrayante course aux armements nucléaires dont la Corée du nord n’a pas le monopole. Cessons l’hypocrisie : 9 États possèdent 1800 bombes atomiques, dont les grandes puissances mais aussi Israël, l’Inde et le Pakistan. Et la France de Macron vient de décider d’augmenter son budget consacré à la « modernisation » de sa force de frappe nucléaire.
Le Moyen-Orient reste le foyer principal du fait du refus obstiné d’Israël et des grandes puissances d’accorder enfin un État au peuple palestinien.
Ce refus, foncièrement injuste, n’est pas étranger aux gigantesques intérêts pétroliers au coeur des affrontements entre grandes puissances dans cette région du monde depuis plus d’un siècle. Les interventions militaires qui n’en finissent plus en Afghanistan, en Irak, en Syrie, en Libye et au Sahel sont à l’évidence la preuve que la guerre ne conduit pas à la paix si tant est que c’est l’objectif poursuivi.
Faut-il alors s’étonner de l’apparition de ce néofascisme, le djihadisme, intégrisme qui défigure l’Islam. Il prétend lutter contre les dominations occidentales mais il est en réalité le jouet des monarchies pétrolières régionales, alliés traditionnels de l’Occident.
Enfin l’Europe est à nouveau un terrain d’affrontements entre l’Otan, plus que jamais entre les mains des USA et la Russie de Poutine animée de la même ambition impériale de puissance que Trump, cet irresponsable va-t-en guerre. Ces apprentis sorciers ont en commun le refus du multilatéralisme et le retour du national-populisme dont l’affrontement risque d’être à l’origine des monstruosités dont notre continent a été coutumier, ici et ailleurs. Le danger est d’autant plus grand que le moteur de ces nationalismes est désormais la concurrence sauvage, la financiarisation exacerbée des économies, l’accaparement des ressources et des biens par une petite minorité au détriment de l’immense majorité, atteinte par la précarisation sociale, la dérégulation climatique et parfois les violences guerrières. Faut-il chercher plus loin les raisons des mouvements de migrants que nos gouvernants refusent d’accueillir ?
Mais les peuples acceptent de moins en moins cet ordre injuste, inégalitaire et violent et prennent progressivement conscience que l’avenir appartient à ceux qui agissent pour un autre monde. Le vote à l’ONU du traité d’interdiction des armes nucléaires ou l’accord avec l’Iran montre qu’il est possible de substituer à la politique de la force la force de la politique. « La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples » écrivait Machiavel. Agir pour la paix ce n’est pas préparer la guerre, c’est l’inverse. C’est travailler à l’instauration d’un multilatéralisme respectant l’autodétermination des peuples, à résoudre ou prévenir les conflits par la négociation, enfin à promouvoir un monde de justice, de co-développement durable, de relations interculturelles et donc de paix.
lRetrouvez tous les premiers lundis du mois le bloc -note d’Alain Hayot dans la Marseillaise.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.