Fil info
16:46# # - -Vienne : Un cross solidaire pour les enfants du Tchad -> https://t.co/NUVVCUb6HG
15:49Bassillac : Le 9e art a rendez-vous à Bassillac -> https://t.co/IwBPhnMUXD
15:27La Châtre : L'harmonie animera l'inauguration de l'état-major du S.D.I.S. -> https://t.co/wzPCQW4gPZ
15:25Issoudun : Elle n'est pas passé de mode, la « mob' » -> https://t.co/7mSkrHfA7x
14:09Le Bourdeix : Les retraités CGT du Bergeracois défileront jeudi à Périgueux -> https://t.co/zqC4cjxQUo
13:42Dordogne : Une nouvelle expérience télévisuelle -> https://t.co/vEPEvarv54
13:41Dordogne : L’université pour se former à l’entreprise artisanale -> https://t.co/apkOd5t90H
12:43RT : Vigeois : Eden : des pacifistes s’exposent -> https://t.co/EgMCmRCZUJ
12:27Vigeois : Eden : des pacifistes s’exposent -> https://t.co/EgMCmRCZUJ
11:50Haute-Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau | L'Echo https://t.co/F9iC0ipg4m via
11:23RT : ⚠️Accident poids lourd impliqué sur dans le sens ▶️ entre les sorties n°53 (Nespouls) et n°54… https://t.co/PIRsQLIjpi
10:26Bergerac : Code du Travail : le Campanile sur le grill des Prud’hommes -> https://t.co/c7o4oXC2g0
10:10Ussel : Une campagne participative pour maintenir le bar d'ânes -> https://t.co/9M3egHciGr
09:57RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
21:07RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:59Région : Quand l’Education nationale se rapproche de l’entreprise -> https://t.co/abJQTWKUYT
18:56Indre : [intégral] Vanik Berbérian écrit à Agnès Buzyn -> https://t.co/ujYXcKy3cC
18:55Saint-Gaultier : Eglise romane : près de dix siècles d’histoire -> https://t.co/wuUUrPuqav
18:54Indre : Comment aider les orphelins à faire leur deuil ? -> https://t.co/wQmyQUEZYj
18:51# # - -Vienne : Les retraités en ont marre d’être maltraités -> https://t.co/2qWOFhpBhs
18:50Indre : Dans l’intimité de George Sand -> https://t.co/PX6rcRd6DG
18:46La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:13Région : Des pistes pour économiser l’eau -> https://t.co/9yZl9eksh1
18:05RT : Le parti d’extrême droite fait son entrée au parlement de avec 11% des voix. Nouvelle alerte. La pest… https://t.co/G0HDwpOFRW
17:53# # - -Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau -> https://t.co/1zI0CG5nSs
17:50Comme chaque 2e dimanche d’octobre, les badauds ont pris d’assaut les rues, le champ de foire de Chénérailles pour… https://t.co/tq5okDutiD

La crise catalane reste entière après la mise sous tutelle

ESPAGNE. Des centaines de milliers de partisans de l’unité du pays ont manifesté dimanche dans les rues de la capitale catalane deux jours après la déclaration d’indépendance de la région et de la proclamation de la «République».

BARCELONE
La Catalogne, qui compte 7,5 millions d’habitants, se retrouve ce lundi matin plongée dans l’angoisse, sans savoir très bien qui détient réellement les rênes de son administration.
Le week-end a été ponctué de manifestations. La liesse des pro-indépendance vendredi soir, a fait place, dimanche, à une grande manifestation des partisans de l’unité.
Elle s’est dispersée dans le calme après avoir défilé sur le Paseig de Gracia, inondé de drapeaux espagnols et catalans, et où résonnait régulièrement le slogan «Puigdemont, en prison !», en référence au président indépendantiste catalan destitué vendredi par Madrid. Selon la police municipale ils étaient 300.000, tandis que la préfecture et les organisateurs évoquaient une participation allant d’un à 1,3 million de personnes. La région vit les événements avec un grand sentiment d’incertitude, alors que Carles Puigdemont a appelé samedi ses partisans à s’opposer pacifiquement à l’Etat, qui tente de reprendre le contrôle après la déclaration d’indépendance de vendredi.
Oriol Junqueras, son numéro deux, a assuré dimanche dans une tribune que M. Puigdemont «est et restera le président» de la Catalogne et affirmé que lui-même ne reconnaîtrait pas les décisions de Madrid, qui a mis la région sous tutelle. «La Catalogne, c’est nous tous !», semblait lui répondre le slogan de la manifestation organisée à l’appel de l’association Société civile catalane, opposée à la sécession.
Les séparatistes «vivent dans un monde parallèle, un peu surréaliste », jugeait Silvia Alarcon, une manifestante de 35 ans, «en colère» contre les sécessionnistes. Le socialiste catalan Josep Borrel, ancien président du Parlement européen, a prononcé un discours vibrant, fustigeant les séparatistes, responsables selon lui «d’une tragédie historique »: la «fuite» d’un tiers des entreprises de plus de 50 salariés, qui ont transféré leur siège social hors de Catalogne, effrayées par l’instabilité. La «déclaration unilatérale d’indépendance est illégale et illégitime», c’est «une folie qui nous a conduits au précipice», a aussi déploré un des organisateurs, Alex Ramos, rappelant que les indépendantistes n’avaient obtenu que 47% des voix lors des élections régionales de 2015. Les séparatistes sont majoritaires au parlement catalan, avec 72 sièges sur 135, par le jeu d’une pondération des voix favorisant les provinces rurales.
Vendredi soir ils avaient été des dizaines de milliers à célébrer la naissance de leur «République » dans plusieurs villes de Catalogne, divisées à parts quasiment égales sur la question de l’indépendance.
Le gouvernement du conservateur de Mariano Rajoy a mis en oeuvre le soir même, après autorisation du Sénat, l’article 155 de la Constitution pour prendre les rênes de la région et y «restaurer l’ordre constitutionnel ». La numéro deux de son gouvernement,
Soraya Saenz de Santamaria, a été désignée pour diriger la Catalogne. Madrid a destitué le gouvernement catalan, dissous le parlement régional et convoqué des élections pour le 21 décembre. «Votarem, votarem», (nous voterons) scandaient dimanche les manifestants, en reprenant le slogan des indépendantistes en faveur d’un référendum d’autodétermination.
La manifestation avait des airs de pré-campagne électorale. Les trois principaux partis prônant le maintien de la région au sein de l’Espagne, Ciudadanos (libéral), le Parti socialiste catalan et le Parti populaire de M. Rajoy y ont participé, demandant à leurs partisans
à se rendre massivement aux urnes.
Avec AFP

Commentaires

Vive la République de Catalogne