Fil info
15:49Bassillac : Le 9e art a rendez-vous à Bassillac -> https://t.co/IwBPhnMUXD
15:27La Châtre : L'harmonie animera l'inauguration de l'état-major du S.D.I.S. -> https://t.co/wzPCQW4gPZ
15:25Issoudun : Elle n'est pas passé de mode, la « mob' » -> https://t.co/7mSkrHfA7x
14:09Le Bourdeix : Les retraités CGT du Bergeracois défileront jeudi à Périgueux -> https://t.co/zqC4cjxQUo
13:42Dordogne : Une nouvelle expérience télévisuelle -> https://t.co/vEPEvarv54
13:41Dordogne : L’université pour se former à l’entreprise artisanale -> https://t.co/apkOd5t90H
12:43RT : Vigeois : Eden : des pacifistes s’exposent -> https://t.co/EgMCmRCZUJ
12:27Vigeois : Eden : des pacifistes s’exposent -> https://t.co/EgMCmRCZUJ
11:50Haute-Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau | L'Echo https://t.co/F9iC0ipg4m via
11:23RT : ⚠️Accident poids lourd impliqué sur dans le sens ▶️ entre les sorties n°53 (Nespouls) et n°54… https://t.co/PIRsQLIjpi
10:26Bergerac : Code du Travail : le Campanile sur le grill des Prud’hommes -> https://t.co/c7o4oXC2g0
10:10Ussel : Une campagne participative pour maintenir le bar d'ânes -> https://t.co/9M3egHciGr
09:57RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
21:07RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:59Région : Quand l’Education nationale se rapproche de l’entreprise -> https://t.co/abJQTWKUYT
18:56Indre : [intégral] Vanik Berbérian écrit à Agnès Buzyn -> https://t.co/ujYXcKy3cC
18:55Saint-Gaultier : Eglise romane : près de dix siècles d’histoire -> https://t.co/wuUUrPuqav
18:54Indre : Comment aider les orphelins à faire leur deuil ? -> https://t.co/wQmyQUEZYj
18:51# # - -Vienne : Les retraités en ont marre d’être maltraités -> https://t.co/2qWOFhpBhs
18:50Indre : Dans l’intimité de George Sand -> https://t.co/PX6rcRd6DG
18:46La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:13Région : Des pistes pour économiser l’eau -> https://t.co/9yZl9eksh1
18:05RT : Le parti d’extrême droite fait son entrée au parlement de avec 11% des voix. Nouvelle alerte. La pest… https://t.co/G0HDwpOFRW
17:53# # - -Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau -> https://t.co/1zI0CG5nSs
17:50Comme chaque 2e dimanche d’octobre, les badauds ont pris d’assaut les rues, le champ de foire de Chénérailles pour… https://t.co/tq5okDutiD
16:56Mercredi 17 octobre SOLIHA Dordogne-Périgord avec le Département fête ses 50 ans à Périgueux de 9h à 12… https://t.co/e2NGHhFMUF
16:52# # - -Vienne : Le marché aux plantes prend racine parc Victor-Thuillat -> https://t.co/M63o5XWUoy

Puigdemont, libre, sera auditionné le 17 novembre

BELGIQUE. Le président séparatiste et quatre de ses ministres en exil seront entendus à Bruxelles par la Chambre du conseil.

CRISE CATALANE
« Libre et sans caution », a lancé hier Carles Puigdemont, dans un message en catalan sur Twitter. « Nos pensées sont pour les collègues injustement emprisonnés par un Etat qui est loin de la pratique démocratique », a-t-il ajouté, en référence au placement en détention en Espagne d’autres anciens membres de son gouvernement destitué.
Le président catalan et quatre de ses anciens ministres exilés en Belgique depuis une semaine sont finalement ressortis libres dans la nuit de dimanche du bureau d’un juge d’instruction belge au terme d’une longue journée d’audition. Ils ont été laissés en liberté sous conditions, dans l’attente de l’examen sur le fond des mandats d’arrêt émis par l’Espagne. Ils ont interdiction de quitter le territoire belge, doivent avoir une adresse fixe et devront se présenter « personnellement » à toute convocation de la justice et de la police.
Il revient désormais à une autre juridiction, la Chambre du conseil, de se prononcer dans les quinze prochains jours sur l’exécution du mandat d’arrêt émis vendredi soir par la justice espagnole pour « rébellion, sédition, détournement de fonds publics et désobéissance à l’autorité ». Une première audience devant cette Chambre a été fixée au vendredi 17 novembre.
Tensions dans la coalition gouvernementale belge La procédure judiciaire qui s’est ouverte peut durer jusqu’à trois mois. Le scénario d’une présence prolongée sur le sol belge de M. Puigdemont
risque de raviver des tensions au sein de la coalition gouvernementale belge. Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a appelé hier à « laisser la justice belge et la justice espagnole faire leur travail », loin des considérations politiques. Il était interrogé sur les remous provoqués par la crise catalane dans le gouvernement fédéral belge, au sein duquel les nationalistes flamands de la N-VA sont très favorables à la cause catalane. Ce parti de la coalition gouvernementale avait dans un premier temps applaudi le Premier ministre francophone Charles Michel, un des rares dirigeants européens à avoir condamné les violences policières lors du référendum illégal d’autodétermination en Catalogne.
Mais M. Michel avait ensuite appelé les nationalistes flamands « à ne pas jeter de l’huile sur le feu » dans les relations tendues avec Madrid. Il visait en particulier le secrétaire d’Etat Theo Francken, de la N-VA, qui avait jugé « pas irréaliste » que M. Puigdemont
formule une demande d’asile en Belgique. Le ministre de l’Intérieur Jan Jambon, lui aussi issu de la N-VA, est revenu à la charge dimanche en disant qu’il « se posait des questions » sur le fait que le gouvernement espagnol « peut aller aussi loin ».
Le député européen espagnol Esteban Gonzalez Pons, membre du parti conservateur au pouvoir en Espagne, a vivement répliqué : «M. Jambon appartient à un parti qui a collaboré avec l’occupation allemande pendant la Deuxième Guerre mondiale, un parti xénophobe qui n’est un allié recommandable pour personne ». Accusant les nationalistes flamands d’instrumentaliser la crise catalane à des fins de politique interne.
« La première des choses, c’est de garder le dialogue avec l’Espagne. Notre interlocuteur, c’est le gouvernement espagnol », a insisté Didier Reynders, déplorant « une animation qui dépasse un peu les limites du raisonnable en Belgique ».
AFP

Commentaires

Retour du Franquisme en Espagne