Fil info
22:24RT : Victoire pour la liberté d'expression. Nous poursuivons le combat https://t.co/fIKk3fOp8N
22:23RT : L'Indication Géographique Protégée (IGP) a été accordée aux porcelainiers de Limoges. Seule la porcelaine entièrem… https://t.co/MOWbd1dtGS
22:23RT : Région : Jeudi 14 décembre, ils chanteront pour L’Echo -> https://t.co/FsiQBvNj7M
16:19 ça commence à bien faire de s'en prendre aux syndicats de travailleurs
16:09La secrétaire générale de l'Union départementale CGT de la Creuse Catherine Baly est convoquée au commissariat de... https://t.co/mEUkOlyFAu
13:02RT : Suite aux violences survenues à l’encontre des arbitres lors de rencontres départementales de ces de… https://t.co/ZDLyLsB1KT

L’autre voie de Puigdemont

ESPAGNE . Le président catalan destitué assure qu’une autre solution que l’indépendance de sa région restait possible.

POLITIQUE
« Je suis disposé et j’ai toujours été disposé à accepter la réalité d’une autre relation avec l’Espagne », a-t-il déclaré au journal belge Le Soir avant de préciser qu’il était prêt à envisager une autre solution que l’indépendance. «C’est toujours possible!
Moi qui ai été indépendantiste toute ma vie, j’ai travaillé pendant 30 ans à obtenir un autre ancrage de la Catalogne dans l’Espagne!».
« Je suis toujours pour un accord », a-t-il insisté, accusant le Parti populaire (PP, conservateur) du chef du gouvernement Mariano Rajoy d’être responsable de la montée de l’indépendantisme.
L’indépendantisme a été alimenté en Catalogne par l’invalidation en 2010 d’un statut d’autonomie conférant de très larges compétences
à la Catalogne, une annulation partielle ordonnée par la Cour constitutionnelle, saisie par le PP.
Carles Puigdemont est parti en Belgique après la déclaration d’indépendance votée au parlement catalan le 27 octobre, suivie quelques heures plus tard de la mise sous tutelle de sa région par Madrid qui a ordonné sa destitution et celle de son gouvernement.
Le gouvernement de Mariano Rajoy avait aussi dissous le parlement et convoqué des élections régionales pour le 21 décembre, auxquelles le dirigeant séparatiste envisage de se présenter même s’il est visé par un mandat d’arrêt de la justice espagnole, pour «rébellion».
Il précise cependant qu’il veut être le candidat d’une liste unitaire, ce qui semble difficilement réalisable à ce stade. Son parti, le conservateur PDeCAT, est en difficulté dans les sondages, dépassé par la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) avec laquelle il s’était allié pour gouverner depuis fin 2015 mais qui veut désormais se présenter en solitaire. «Je ne serai candidat que s’il y a un rassemblement», a-t-il déclaré.
AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.