Fil info
23:35France : Contrôler les industriels : la leçon de l’affaire Lactalis -> https://t.co/5irFln5kfV
23:32International : Le Jefta, un nouvel accord commercial passé en douce -> https://t.co/VjXZaMGEjC
20:51Cyclisme : Le coup de force des Sky et de Geraint Thomas -> https://t.co/JSDfI9edLx
20:50RT : Région : Brive : La pression monte chez Anovo -> https://t.co/NB01gLnPzC
20:49Région : Brive : La pression monte chez Anovo -> https://t.co/NB01gLnPzC
20:13Montignac : Le monde au cœur de Montignac -> https://t.co/khAQOJlI7n
20:10Dordogne : Mutation des métiers de la Poste et des services publics au programme -> https://t.co/FiZNakc4CG
19:18Châteauroux : Grand nettoyage des places et des rues de Vaugirard -> https://t.co/EKTwZUidhL
18:54Indre : Aérocast, une pépite industrielle au cœur du berry -> https://t.co/2lLxJBNAVs
18:32RT : 🎶 La programmation complète du Festival Eclats d’Email Jazz 2018, les vidéos, le détail de chaque concert, la bille… https://t.co/f4a3eGu9i4
18:12Les maires de Mainsat, La Serre-Bussière-Vieille et Crocq, qui inauguraient une seconde stèle à Chaumont, commémora… https://t.co/H6Vs5pDAnj
15:46RT : Raphaël Varane a rendu mercredi une visite discrète au centre de formation du RC Lens, où il a été formé. Il a offe… https://t.co/VuzLnJKbjL
15:46RT : C’est fou ! Si seulement quelqu’un l’avait vu venir. Les étudiant·e·s auraient peut-être pu se mobiliser sur la que… https://t.co/MhZyRtViil
15:45RT : 🤩Plus que 9 jours pour participer au retour de Pif! On se retrouve sur KissKissBankBank! 😍 https://t.co/5mGTbdIghl https://t.co/blWSjT2jYD
15:45RT : 16/07/18: Dernière étape de la Flottille de la Liberté pour Bel accueil à pour les quatre bateaux, a… https://t.co/JW5bbumcJR
15:44RT : Encadrement des loyers à Paris : "Si on laisse le marché agir tout seul, les classes moyennes seront obligées de pa… https://t.co/BQrpMi1ZhO
15:44RT : ⚠ Nous avons besoin de vos dès maintenant ! A cause des fortes chaleurs et de la , la fréquent… https://t.co/zyDb0oaDd7
15:21Tulle : Tagada... tsoin-tsoin les papilles ! | L'Echo https://t.co/OfN0ZNx66S via
15:18Seilhac : Un réseau de Voisineurs en projet | L'Echo https://t.co/RfMcD8rXrB via
15:16Lubersac : 120 jeunes rugbymen en stage sous le soleil | L'Echo https://t.co/88jeG2sUfY via
15:14Corrèze : 80.000 € d’aides pour Créa Commerce en Haute-Corrèze | L'Echo https://t.co/4Uwgo0oQCT via
14:58RT : Sport / 🚴‍♀️ Ce samedi, le Raymond Poulidor de Limoges Métropole à Bonnac-la-Côte accueille la quatrièm… https://t.co/I7n7a0Z0kC
14:52La programmation à l'espace Crouzy à Boisseuil (Horizons croisés) pour la rentrée. https://t.co/CcJ6oObjqW
14:48Bergerac : Mardi on chante : c’est reparti pour une quatrième saison -> https://t.co/ymDXNJJgMc

Angela Merkel espère pouvoir former une coalition

GOUVERNEMENT. Après avoir échoué avec les Libéraux et les écologistes, la chancelière conservatrice tente de négocier avec les sociaux-démocrates.

ALLEMAGNE
Angela Merkel s’est dite « optimiste » hier sur les chances de pouvoir former un gouvernement en Allemagne et sortir le pays de l’impasse politique, à l’entame de cinq jours de négociations marathon avec les sociaux-démocrates. « J’entre dans les discussions qui s’ouvrent avec optimisme, même si je suis consciente de l’énorme travail qui nous attend », a déclaré la chancelière conservatrice à Berlin.
Les législatives de septembre, marquées par une percée de l’extrême droite et un repli des partis traditionnels, n’ont pas permis de dégager une majorité évidente à la chambre des députés. La chancelière et son camp démocrate-chrétien ont d’abord essayé de former un gouvernement de coalition avec les Libéraux et les écologistes, sans succès.
Il ne reste plus à Angela Merkel comme formule de coalition majoritaire qu’une alliance avec les sociaux-démocrates du SPD, avec lesquels elle a déjà gouverné dans le cabinet sortant (2013-2017), qui actuellement gère les affaires courantes du pays. « Je pense que nous pouvons y arriver », a-t-elle dit dimanche, en disant vouloir « un gouvernement stable » face aux défis internationaux et européens.
« Nous devons nous mettre d’accord », a aussi déclaré dimanche à son arrivée le président du parti conservateur bavarois CSU, allié à celui
d’Angela Merkel, Horst Seehofer, pour mieux souligner l’urgence de la situation. Les négociations s’annoncent pourtant très difficiles, notamment
en raison de divergences sur la politique migratoire ou l’Europe entre la CSU, plus à droite que la CDU d’Angela Merkel, et le SPD.
Poussée de l’extrême droite
La CSU est engagée dans une campagne électorale en vue d’un scrutin régional capital pour elle dans son fief bavarois à l’automne, où sa majorité absolue est mise en danger par la poussée du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD). Du coup, ses dirigeants multiplient les exigences pour durcir la politique d’accueil des demandeurs d’asile.
Un responsable de la CSU, Manfred
Weber, a créé la polémique ce week-end en prônant une « solution définitive » en 2018 sur les réfugiés, vocabulaire réminiscent de l’expression
« solution finale » employée par les nazis pour l’extermination des Juifs.
L’Europe constitue une autre source importante de discorde : le chef du SPD Martin Schulz, ancien président du Parlement européen, prône la création des « États-Unis d’Europe » et soutient les projets de réformes de la zone euro du chef de l’Etat français avec budget et ministre
des Finances. La CDU d’Angela Merkel, et surtout la CSU, sont nettement plus sceptiques à ce sujet.
Les militants du SPD auront le dernier mot lors d’un congrès le 21 janvier.
AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.