Fil info
19:34Châteauroux : La rectrice auprès des tous petits -> https://t.co/X4UdYiXwuo
19:32Indre : La couveuse : un dispositif qui a fait ses preuves -> https://t.co/KeDoShBSY7
19:31Châteauroux : Des travaux à la résidence des Rives de l’Indre -> https://t.co/hoFMaELL8E
18:52RT : Bugeat : Projet innovant vs désolation ! -> https://t.co/S2YWwfe4Ly
18:36Bugeat : Projet innovant vs désolation ! -> https://t.co/S2YWwfe4Ly
16:41Saint-Barthélemy-de-Bellegarde : Le pastolarisme en exemple -> https://t.co/WTVlHIibwi
16:29Sarlat-la-Canéda : Vers de nouvelles modalités de collecte -> https://t.co/LKSm8QZgRn
15:14RT : Les salariés de Carrefour se battent pour une revalorisation de leurs salaires : « On ne vit pas, on survit »… https://t.co/u0GCFAwa2q
15:07Dordogne : FO pénitentiaire prêt à rejoindre la convergence des luttes -> https://t.co/fHGJLF3bLu
15:06Périgueux : La permanence du député Philippe Chassaing vandalisée -> https://t.co/DFIpWtOj4F
15:00Dordogne : Un bol d’air financier pour la Semitour qui veut voir plus loin -> https://t.co/8U8VMDUtrp
14:58Dordogne : L’école pour tous les enfants -> https://t.co/0aqEHYICp3
14:32Bergerac : Cheminots et retraités s’invitent à la permanence En Marche -> https://t.co/XINzPaf5J6
13:56Vous souhaitez devenir partenaire du ! Contactez nous via Gael Champier ou Michel Bremont https://t.co/42ZRHT1UBH
11:08Bergerac : CAB : les deux points de hausse fiscale définitivement entérinés -> https://t.co/6s7DbBAq0r
11:05Mérinchal : prévention du risque routier et aide à la conduite Le département de la Creuse, la conférence des finan… https://t.co/qMg9uuj0K1
22:42Corrèze : "Un ennemi : Macron et son système" -> https://t.co/9g2PnS50BM
21:27Handball : Rester lucide jusqu'à la fin -> https://t.co/f7BLYFPjfW
21:26Sport : Du haut vol en perspective -> https://t.co/zy2BY88w4O
21:24Football : Tout sauf une défaite! Par Daniel LIMOUSIN -> https://t.co/nQ7RM0NhfJ

Nouveau drame à l’heure d’un sommet de l’UE

MIGRANTS. Un naufrage a à nouveau eu lieu au large de la Libye mardi, tandis que les dirigeants de sept pays étaient réunis hier soir.

ROME
Chefs d’Etat ou de gouvernement, ils représentent sept pays du Sud de l’Union européenne – Italie, France, Espagne, Portugal, Grèce, Chypre et Malte – et étaient réunis hier soir à Rome. Un mini-sommet européen au cours duquel, parmi d’autres dossiers, figurait en bonne place la question migratoire.
L’ambition déclarée est de parvenir à une approche et un discours communs en la matière. Notamment en ce qui concerne une meilleure répartition en termes d’accueil des réfugiés.
Or, au sein même de ce groupe de pays, l’état des lieux est marqué par une importante disparité d’un territoire à l’autre. La Grèce et l’Italie ont en effet jusqu’à récemment fourni le plus d’efforts.
Même si, depuis quelques mois, on observe quelques évolutions. En Grèce, l’accord entre l’Union européenne et la Turquie a limité le nombre d’arrivées à 28 800 personnes, soit six fois moins qu’en 2016. En Espagne en revanche, des Algériens et des Marocains sont venus grossir les arrivées sur les côtes, passées de 6000 en 2016 à près de 23 000 migrants en 2017.
Quant à l’Italie, qui a maintes fois interpellé ses voisins européens sur le sujet, un virage politique est actuellement à l’oeuvre. Qui se traduit par le passage d’un flux toujours plus massif au premier semestre aux prémices d’une immigration choisie, au prix d’accords, controversés, avec la Libye. Ce qui a eu pour effet de réduire de 35% les arrivées par rapport à 2016, et de les circonscrire à 119 000.
Une centaine de disparus
Reste qu’une réponse partagée de l’ensemble des membres de l’Union européenne face au drame humain qui se joue en Méditerranée demeure un défi. Chaque jour ou presque, malgré l’engagement des ONG, des victimes sont à déplorer en Méditerranée. Après la sombre actualité de ce week-end – au cours duquel dix migrants ont péri et plus d’une cinquantaine d’autres ont disparu au large de la Libye–, le naufrage de mardi soir est une nouvelle fois venu le rappeler aux dirigeants européens.
Toujours au large de la Libye, voie migratoire très empruntée, entre 90 et 100 personnes ont été portées disparues, selon la Marine libyenne, qui a recueilli les témoignages de survivants.
Sur l’embarcation de fortune – un canot pneumatique –, se trouvait plus d’une centaine de migrants, mais seuls 17 d’entre eux, dont des femmes, ont pu être secourus, a rapporté le général Ayoub Kacem, porte-parole de la Marine. Les survivants sont restés plusieurs heures accrochés à des bouts du canot jusqu’à l’arrivée des secours.
L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) fait état d’au moins 3116 morts ou disparus qui tentaient de traverser la Méditerranée pour gagner l’Europe en 2017.
A.M. avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.