Fil info
06:24 Le Conseil Départemental de la Corrèze a mis le paquet d’entrée pour couvrir tout son territoire!
00:36Ce chat a pris l'habitude de lire le journal. L' pourrait faire un effort... https://t.co/SNgBZRz4N5
23:21Corrèze : La fibre optique : c'est parti ! | L'Echo https://t.co/twYxAdSsmO via
22:39Super article de l', comme bien souvent d'ailleurs ! 🛫🎤🎶😎 https://t.co/GGQgIFPZOA
21:42Région : La crème de la race vers Paris. La sélection des animaux a eu lieu à https://t.co/BY18DwRcX7
21:20Région : La crème de la race vers Paris -> https://t.co/ABaltULCRS
20:10Périgueux : Des voeux à deux voix dissonantes -> https://t.co/eVILAE0fMt
18:33Châteauroux : Visite nocturne au conservatoire -> https://t.co/yrBYgC9N6s
18:32Indre : Maintien des vols vers Ajaccio, Nice et Londres -> https://t.co/l4YZu0z5b1
18:27RT : Arnac-Pompadour : La fleur de «selle» récompensée -> https://t.co/an1e1Mle37
18:27RT : Un député qui vote contre son propre amendement, une députée qui signe une tribune pour l’interdiction du… https://t.co/oEyzH77riA
18:09 Allez courage..
18:07Arnac-Pompadour : La fleur de «selle» récompensée -> https://t.co/an1e1Mle37
18:03Dordogne : « Le capitalisme est un ogre insatiable » -> https://t.co/jEjjS0J7tf
17:57Dordogne : Après l’incendie, le laboratoire se reconstruit petit à petit -> https://t.co/okrcmV2bG1
17:12Après Clandestino en 2017, le festival Check In Party réinvestira cet été l’aérodrome de Saint-Laurent pour trois j… https://t.co/vJ6vQ9fGVU
16:43Le Blanc : Le pôle dentisterie de l’hôpital étoffe son offre de soins -> https://t.co/MnW36zw1eN
16:42Carsac-Aillac : Un pôle médical en projet -> https://t.co/kphknlfHHW
16:42Argenton-sur-Creuse : Deux événements d’importance à l’agenda du Moto-Club -> https://t.co/yt4PY9EeA4
16:41Aigurande : Bingo géant in english please ! -> https://t.co/HWyBVeusx6
16:39Dordogne : La Maison de l’emploi privée de ses emplois ? -> https://t.co/mwQ5m9fRbm
16:35Indre : Les rendez-vous sportifs du week-end -> https://t.co/ReGaTxOnnM
16:04Corrèze : La fibre optique : c'est parti ! | L'Echo https://t.co/naFx0Ks6L1 via
15:57Corrèze : La fibre optique : c'est parti ! -> https://t.co/54JYA9EfjU
15:45Périgueux : Un nouveau trimestre aux accents éclectiques au Sans Réserve -> https://t.co/SBjZX1QGZT
15:44Périgueux : Concertation avec le personnel -> https://t.co/4PiDGj375E
15:38RT : Atelier chant avec une centaine de jeunes d' à l' Sophie Dessus avec et le… https://t.co/HiPInEJgs0
15:32Atelier chant avec une centaine de jeunes d' à l' Sophie Dessus avec et le… https://t.co/HiPInEJgs0
13:07RT : Colloque de l’incubateur de Limoges. Une salle attentive. Des interventions de qualité. Après Me Marie Golfier-Rouy… https://t.co/nGJfoZJ2CR

Ankara viole la frontière syrienne pour régler ses comptes avec les Kurdes

SYRIE. La Turquie a envoyé hier des soldats dans le nord du pays, poursuivant son offensive contre les Kurdes, au risque d’aggraver le conflit qui ravage le pays.

CONFLIT
Le Premier ministre Binali Yildirim a indiqué que des militaires turcs étaient entrés hier matin dans la région d’Afrine, contrôlée par les Unités de protection du peuple (YPG), et pilonnée par l’aviation et l’artillerie d’Ankara.
L’offensive turque risque de tendre davantage les rapports entre Ankara et Washington, qui a appelé hier la Turquie à «faire preuve de retenue
». Les Etats-Unis soutiennent coalition arabo-kurde, dont font partie les YPG, pour combattre Daech.
Exhortant Ankara à mettre fin à son offensive, la France a demandé une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU.
Au deuxième jour de cette offensive, l’armée turque a affirmé avoir détruit «45 cibles», dont des abris et des caches d’armes. Selon l’Observatoire
syrien des droits de l’Homme, 18 personnes, pour la plupart des civils, ont été tuées dans les bombardements turcs depuis samedi. Ankara affirme n’avoir touché que des «terroristes » et accuse les YPG de «propagande ». Les autorités turques accusent les YPG d’être à l’origine de tirs de roquettes contre deux villes frontalières turques. Le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé que quiconque manifesterait en Turquie contre l’offensive «paierait un prix très élevé». Les forces de l’ordre turques ont d’ailleurs empêché hier la tenue de deux rassemblements à Diyarbakir et Istanbul.
Chars à la frontière
Le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu a affirmé que les forces pro-Ankara avaient pris «des villages» contrôlés par l’YPG près d’Afrine. Réagissant aux informations faisant état de l’entrée de soldats turcs en Syrie, les YPG ont affirmé avoir repoussé une incursion : «La Turquie voulait entrer à Afrine, mais nous avons repoussé leur attaque », a affirmé Birusk Hasakeh porte-parole des YPG.
Ankara accuse les YPG d’être la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène une rébellion dans le sud-est de la Turquie depuis plus de 30 ans et est considéré par Ankara et ses alliés occidentaux comme une organisation terroriste.
Il s’agit de la deuxième offensive turque en Syrie, après celle d’août 2016 pour repousser l’EI vers le sud, mais aussi enrayer l’expansion des combattants kurdes.
A la faveur du conflit syrien qui a fait plus de 320.000 morts depuis 2011, les Kurdes syriens, longtemps marginalisés, ont installé en 2012 une administration autonome à Afrine, un territoire isolé des autres zones contrôlées par les YPG plus à l’est.
L’offensive turque survient dans la foulée de l’annonce, par la coalition internationale anti-jihadistes emmenée par Washington, de la création d’une «force frontalière» composée notamment de guerriers kurdes. Projet qui a suscité la colère d’Ankara. Selon M. Yildirim, l’opération
turque a pour but de créer une «zone de sécurité» d’une profondeur de 30 km à partir de la frontière.
L’incursion turque «pourrait détourner les forces combattantes kurdes, qui sont au côté et très engagées au sein de la coalition» combattant
l’EI, a de son côté souligné hier la ministre française des Armées Florence Parly.
Face à cette offensive turque, Moscou a appelé à la «retenue», mais les analystes estiment qu’aucune offensive majeure ne peut être lancée en Syrie sans l’aval de la Russie, qui contrôle l’espace aérien dans le nord de la Syrie.
Par ailleurs, le président syrien Bachar al-Assad a condamné hier l’opération turque à Afrine, accusant Ankara de «soutenir le terrorisme».
Bulent Kilic et Gokan Gunes
à Istanbul (AFP)