Fil info
23:45Combien d'élus haut-viennois pour défendre cette liaison qui nous relie au reste de la Nouvelle-Aquitaine ?… https://t.co/xYAs3IYZFp
22:54France : La réforme arrive devant le Sénat, l’exécutif mise sur les syndicats réformistes -> https://t.co/JZ35wLFHRI
22:52France : Emmanuel Macron organise une rencontre des principaux dirigeants sous l’égide de l’ONU -> https://t.co/diEnH9ADYz
19:52Dordogne : Un héritage à sauvegarder 75 ans après -> https://t.co/MtkrzkDBKC
19:47Dordogne : 1500 Périgourdins dans les rues -> https://t.co/TN8dzGw1H0
19:43 Enfin, c’est pas trop tôt !!
19:37Bientôt 2000 signatures pour la pétition Signez ! https://t.co/THwwkQmw0Ehttps://t.co/6IZbEvun3K
19:18Indre : Le Racc de retour en Fédérale 2 ! -> https://t.co/bYmoNe5gtb
18:45Périgueux : Une journée pour l’emploi et la formation -> https://t.co/X801w0RwE3
18:43Sarlat-la-Canéda : La marée était trop belle -> https://t.co/27zKes14GD
18:35Des centaines d'usagers de la route en colère ont mené des actions samedi à Limoges pour protester contre les 80 km… https://t.co/b3NPEdugC5
18:26Malgré l'apparition de la , la cavalcade de s'est déroulée comme à son habitude dans la bonne… https://t.co/s76vxNJv5f
18:08La Châtre : La prochaine saison théâtrale dévoilée sous les sifflements -> https://t.co/HjA63niyAd
18:05Mouhet : L’ancien bureau de poste réaménagé -> https://t.co/yGKMbxKuHx
18:02Bélâbre : Des brebis « solognotes » pour entretenir les ruines du château -> https://t.co/9GZBsqVvCp
18:01Indre : La marée charrie la colère -> https://t.co/eUH3Y3GpD9
17:57Prévisions de trafic de la SNCF pour demain, journée de grève. https://t.co/5Dfcwo6JLH
17:03 c'est le truc que tu m'as demandé par msg tout a l'heure
15:43La cavalcade est reportée à une date ultérieurement au vu des conditions météorologiques. La musique a pris place d… https://t.co/OWrOMuSRDW
15:17Marée populaire samedi à Limoges. https://t.co/609WBQgmhz
15:14Marée populaire à Limoges samedi https://t.co/vxJe2EKGPu
12:30Limoges, marée populaire hier. Un chaîne humaine devant la gare des Bénédictins pour défendre symboliquement le ser… https://t.co/1eEV2VJlJU
12:26Marée populaire à Limoges hier. Un petit coup d'œil en douce https://t.co/iy87Zzffvi

Ankara viole la frontière syrienne pour régler ses comptes avec les Kurdes

SYRIE. La Turquie a envoyé hier des soldats dans le nord du pays, poursuivant son offensive contre les Kurdes, au risque d’aggraver le conflit qui ravage le pays.

CONFLIT
Le Premier ministre Binali Yildirim a indiqué que des militaires turcs étaient entrés hier matin dans la région d’Afrine, contrôlée par les Unités de protection du peuple (YPG), et pilonnée par l’aviation et l’artillerie d’Ankara.
L’offensive turque risque de tendre davantage les rapports entre Ankara et Washington, qui a appelé hier la Turquie à «faire preuve de retenue
». Les Etats-Unis soutiennent coalition arabo-kurde, dont font partie les YPG, pour combattre Daech.
Exhortant Ankara à mettre fin à son offensive, la France a demandé une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU.
Au deuxième jour de cette offensive, l’armée turque a affirmé avoir détruit «45 cibles», dont des abris et des caches d’armes. Selon l’Observatoire
syrien des droits de l’Homme, 18 personnes, pour la plupart des civils, ont été tuées dans les bombardements turcs depuis samedi. Ankara affirme n’avoir touché que des «terroristes » et accuse les YPG de «propagande ». Les autorités turques accusent les YPG d’être à l’origine de tirs de roquettes contre deux villes frontalières turques. Le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé que quiconque manifesterait en Turquie contre l’offensive «paierait un prix très élevé». Les forces de l’ordre turques ont d’ailleurs empêché hier la tenue de deux rassemblements à Diyarbakir et Istanbul.
Chars à la frontière
Le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu a affirmé que les forces pro-Ankara avaient pris «des villages» contrôlés par l’YPG près d’Afrine. Réagissant aux informations faisant état de l’entrée de soldats turcs en Syrie, les YPG ont affirmé avoir repoussé une incursion : «La Turquie voulait entrer à Afrine, mais nous avons repoussé leur attaque », a affirmé Birusk Hasakeh porte-parole des YPG.
Ankara accuse les YPG d’être la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène une rébellion dans le sud-est de la Turquie depuis plus de 30 ans et est considéré par Ankara et ses alliés occidentaux comme une organisation terroriste.
Il s’agit de la deuxième offensive turque en Syrie, après celle d’août 2016 pour repousser l’EI vers le sud, mais aussi enrayer l’expansion des combattants kurdes.
A la faveur du conflit syrien qui a fait plus de 320.000 morts depuis 2011, les Kurdes syriens, longtemps marginalisés, ont installé en 2012 une administration autonome à Afrine, un territoire isolé des autres zones contrôlées par les YPG plus à l’est.
L’offensive turque survient dans la foulée de l’annonce, par la coalition internationale anti-jihadistes emmenée par Washington, de la création d’une «force frontalière» composée notamment de guerriers kurdes. Projet qui a suscité la colère d’Ankara. Selon M. Yildirim, l’opération
turque a pour but de créer une «zone de sécurité» d’une profondeur de 30 km à partir de la frontière.
L’incursion turque «pourrait détourner les forces combattantes kurdes, qui sont au côté et très engagées au sein de la coalition» combattant
l’EI, a de son côté souligné hier la ministre française des Armées Florence Parly.
Face à cette offensive turque, Moscou a appelé à la «retenue», mais les analystes estiment qu’aucune offensive majeure ne peut être lancée en Syrie sans l’aval de la Russie, qui contrôle l’espace aérien dans le nord de la Syrie.
Par ailleurs, le président syrien Bachar al-Assad a condamné hier l’opération turque à Afrine, accusant Ankara de «soutenir le terrorisme».
Bulent Kilic et Gokan Gunes
à Istanbul (AFP)

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.