Fil info
04:44 Pauvres tis bouts 😢😢😢C est tellement inhumain
23:21RT : Corrèze : Le Tour du Limousin - Etape corrézienne en images -> https://t.co/lK1BT3uyft
23:17RT : La troisième étape du se déroule aujourd’hui en , entre et . Avant le dép… https://t.co/uRqMkVmCbc
22:38France : Le nouveau patron d’Air France payé 4,25 millions ! -> https://t.co/VmlIm5Bulu
22:35International : Hommage aux victimes de la catastrophe de Gênes -> https://t.co/sHzJg2ybCN
20:59Corrèze : Dec'Ouvrir : un bouillon de culture et de liberté ! -> https://t.co/52DLjhtREj
19:59 Il a assuré et perso je l'ai préféré !
19:56 Dur de passer apres Feu! Chatterton
19:40Corrèze : Le Tour du Limousin - Etape corrézienne en images -> https://t.co/lK1BT3uyft
19:11Région : Les élus régionaux dénoncent des menaces sur l’investissements public -> https://t.co/GOF31BHrDU
18:51Indre : Une visite un tantinet déroutante -> https://t.co/FihuyNZvbc
18:22Dordogne : Trois ans de prison ferme pour l’agresseur au couteau -> https://t.co/tDsUDrH90Q
18:15Dordogne : Le Roi qu’il fallait abattre -> https://t.co/3TVgowxWmV
18:12Région : Le temps de la radio engagée -> https://t.co/UWsgdKPC0x
17:34Dordogne : Une pluie d’étoiles Michelin en Sarladais -> https://t.co/bXCIpoQcpT
17:32Afin d’annoncer comme il se doit le prochain «Terre en Fête» - les 25 et 26 août à Pigerolles - et les concours de… https://t.co/qWYqlNuLrG
17:31Salignac-Eyvigues : Eyrignac et ses jardins : un patrimoine unique en Périgord -> https://t.co/NF0ATma6zH
17:15Issigeac : Les Métallies reviennent dimanche après dix années d’absence -> https://t.co/AO10PSwLdx
15:17Lurais : Fête des barques : derniers préparatifs avant le grand jour ! -> https://t.co/fk7as6im9Q
12:01RT : La troisième étape du se déroule aujourd’hui en , entre et . Avant le dép… https://t.co/uRqMkVmCbc
11:43 Bravo à vous! Cette Préfet n'a aucune sensibilité! Écoeurant...
11:41 se souvient de sa libération https://t.co/GtLM3w2ESQ

Ankara viole la frontière syrienne pour régler ses comptes avec les Kurdes

SYRIE. La Turquie a envoyé hier des soldats dans le nord du pays, poursuivant son offensive contre les Kurdes, au risque d’aggraver le conflit qui ravage le pays.

CONFLIT
Le Premier ministre Binali Yildirim a indiqué que des militaires turcs étaient entrés hier matin dans la région d’Afrine, contrôlée par les Unités de protection du peuple (YPG), et pilonnée par l’aviation et l’artillerie d’Ankara.
L’offensive turque risque de tendre davantage les rapports entre Ankara et Washington, qui a appelé hier la Turquie à «faire preuve de retenue
». Les Etats-Unis soutiennent coalition arabo-kurde, dont font partie les YPG, pour combattre Daech.
Exhortant Ankara à mettre fin à son offensive, la France a demandé une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU.
Au deuxième jour de cette offensive, l’armée turque a affirmé avoir détruit «45 cibles», dont des abris et des caches d’armes. Selon l’Observatoire
syrien des droits de l’Homme, 18 personnes, pour la plupart des civils, ont été tuées dans les bombardements turcs depuis samedi. Ankara affirme n’avoir touché que des «terroristes » et accuse les YPG de «propagande ». Les autorités turques accusent les YPG d’être à l’origine de tirs de roquettes contre deux villes frontalières turques. Le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé que quiconque manifesterait en Turquie contre l’offensive «paierait un prix très élevé». Les forces de l’ordre turques ont d’ailleurs empêché hier la tenue de deux rassemblements à Diyarbakir et Istanbul.
Chars à la frontière
Le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu a affirmé que les forces pro-Ankara avaient pris «des villages» contrôlés par l’YPG près d’Afrine. Réagissant aux informations faisant état de l’entrée de soldats turcs en Syrie, les YPG ont affirmé avoir repoussé une incursion : «La Turquie voulait entrer à Afrine, mais nous avons repoussé leur attaque », a affirmé Birusk Hasakeh porte-parole des YPG.
Ankara accuse les YPG d’être la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène une rébellion dans le sud-est de la Turquie depuis plus de 30 ans et est considéré par Ankara et ses alliés occidentaux comme une organisation terroriste.
Il s’agit de la deuxième offensive turque en Syrie, après celle d’août 2016 pour repousser l’EI vers le sud, mais aussi enrayer l’expansion des combattants kurdes.
A la faveur du conflit syrien qui a fait plus de 320.000 morts depuis 2011, les Kurdes syriens, longtemps marginalisés, ont installé en 2012 une administration autonome à Afrine, un territoire isolé des autres zones contrôlées par les YPG plus à l’est.
L’offensive turque survient dans la foulée de l’annonce, par la coalition internationale anti-jihadistes emmenée par Washington, de la création d’une «force frontalière» composée notamment de guerriers kurdes. Projet qui a suscité la colère d’Ankara. Selon M. Yildirim, l’opération
turque a pour but de créer une «zone de sécurité» d’une profondeur de 30 km à partir de la frontière.
L’incursion turque «pourrait détourner les forces combattantes kurdes, qui sont au côté et très engagées au sein de la coalition» combattant
l’EI, a de son côté souligné hier la ministre française des Armées Florence Parly.
Face à cette offensive turque, Moscou a appelé à la «retenue», mais les analystes estiment qu’aucune offensive majeure ne peut être lancée en Syrie sans l’aval de la Russie, qui contrôle l’espace aérien dans le nord de la Syrie.
Par ailleurs, le président syrien Bachar al-Assad a condamné hier l’opération turque à Afrine, accusant Ankara de «soutenir le terrorisme».
Bulent Kilic et Gokan Gunes
à Istanbul (AFP)

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.