Fil info
05:30Enfin une bretelle pour accéder directement au parc d'activités de la Croisière. https://t.co/EhNKk6ZDAJ
05:27RT : Brive-la-Gaillarde : La Maison Robert Bach se fait toute rose -> https://t.co/Cb5nSnlbiX
21:22Brive-la-Gaillarde : La Maison Robert Bach se fait toute rose -> https://t.co/Cb5nSnlbiX
21:09Tulle : Un cross solidaire au collège Clémenceau -> https://t.co/vSDj4XoEy4
18:45Indre : Les communistes du côté des retraités contre la hausse de la CSG -> https://t.co/ylC2FMkyFn
18:42Une plaque commémorative a été installée en 2013 devant la médiathèque pour ne pas oublier https://t.co/OEb5gZc8yp
18:39Chaque année ville martyre se souvient du massacre des Algériens à Paris https://t.co/1IKFNRfSKE
18:17# # - -Vienne : «Petites machines à habiter» : le défi de l’«archi-récup» -> https://t.co/HZ4CVlcKhn
18:06Dordogne : « Je suis déjà condamné à perpétuité par ma conscience » -> https://t.co/S7cEaMGQ8J
18:03Région : Accès direct à La Croisière, enfin ! -> https://t.co/pT5qdN2GEx
17:57 Vous avez remarqué que qd vous mettez -Vienne ça ne prend que ? Et personne ne cherche ça...
17:53Arrivés mardi soir à Felletin, les participants à une des quatre marches pour la forêt, celle démarrée à Perpignan… https://t.co/GfVcrG7NkE
17:41# # - -Vienne : «Ils ont délibérément choisi la méthode de la chaise vide» -> https://t.co/RqS4qjwao6
17:38# # - -Vienne : Un lieu et des idées -> https://t.co/nqJId6qEQL
17:36# # - -Vienne : Quand le mérite porte bien son nom -> https://t.co/K5DhVpkE8X
17:21Dordogne : Les engagements de Soliha en faveur de l’amélioration de l’habitat -> https://t.co/E8uwmwewi6
17:06Châteauroux : Gilles Colosio raccroche son appareil photo -> https://t.co/VmCrjC6A3l
16:31Thierry Mazabraud, secrétaire général du SPF 87 a été fait chevalier de l'Ordre National du Mérite. La médaille lui… https://t.co/9n79RabMbc
15:35Périgueux : De la démonstration au geste technique -> https://t.co/uY0g2qNrVH
14:48RT : Les filles ont prises leur photo de groupes https://t.co/t9iIllnyXx
08:34 Quelle mascarade ...trois pékins de gauche ont appelé au secours les partis de gauche et que… https://t.co/nQRzli9szR
08:29RT : Rachat collectif du Magasin Général de Tarnac! Contribuez à ce projet sur https://t.co/dwuSJvzThN
08:08Bergerac : Rencontres catholiques de lycéens dans une église en crise -> https://t.co/AP8mUm3qrK
08:00➡🔎 A l'assaut d' dans sur avec et Alexandra Kassar. La découverte d'un magnifi… https://t.co/d4KKxqAMmf

Ankara viole la frontière syrienne pour régler ses comptes avec les Kurdes

SYRIE. La Turquie a envoyé hier des soldats dans le nord du pays, poursuivant son offensive contre les Kurdes, au risque d’aggraver le conflit qui ravage le pays.

CONFLIT
Le Premier ministre Binali Yildirim a indiqué que des militaires turcs étaient entrés hier matin dans la région d’Afrine, contrôlée par les Unités de protection du peuple (YPG), et pilonnée par l’aviation et l’artillerie d’Ankara.
L’offensive turque risque de tendre davantage les rapports entre Ankara et Washington, qui a appelé hier la Turquie à «faire preuve de retenue
». Les Etats-Unis soutiennent coalition arabo-kurde, dont font partie les YPG, pour combattre Daech.
Exhortant Ankara à mettre fin à son offensive, la France a demandé une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU.
Au deuxième jour de cette offensive, l’armée turque a affirmé avoir détruit «45 cibles», dont des abris et des caches d’armes. Selon l’Observatoire
syrien des droits de l’Homme, 18 personnes, pour la plupart des civils, ont été tuées dans les bombardements turcs depuis samedi. Ankara affirme n’avoir touché que des «terroristes » et accuse les YPG de «propagande ». Les autorités turques accusent les YPG d’être à l’origine de tirs de roquettes contre deux villes frontalières turques. Le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé que quiconque manifesterait en Turquie contre l’offensive «paierait un prix très élevé». Les forces de l’ordre turques ont d’ailleurs empêché hier la tenue de deux rassemblements à Diyarbakir et Istanbul.
Chars à la frontière
Le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu a affirmé que les forces pro-Ankara avaient pris «des villages» contrôlés par l’YPG près d’Afrine. Réagissant aux informations faisant état de l’entrée de soldats turcs en Syrie, les YPG ont affirmé avoir repoussé une incursion : «La Turquie voulait entrer à Afrine, mais nous avons repoussé leur attaque », a affirmé Birusk Hasakeh porte-parole des YPG.
Ankara accuse les YPG d’être la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène une rébellion dans le sud-est de la Turquie depuis plus de 30 ans et est considéré par Ankara et ses alliés occidentaux comme une organisation terroriste.
Il s’agit de la deuxième offensive turque en Syrie, après celle d’août 2016 pour repousser l’EI vers le sud, mais aussi enrayer l’expansion des combattants kurdes.
A la faveur du conflit syrien qui a fait plus de 320.000 morts depuis 2011, les Kurdes syriens, longtemps marginalisés, ont installé en 2012 une administration autonome à Afrine, un territoire isolé des autres zones contrôlées par les YPG plus à l’est.
L’offensive turque survient dans la foulée de l’annonce, par la coalition internationale anti-jihadistes emmenée par Washington, de la création d’une «force frontalière» composée notamment de guerriers kurdes. Projet qui a suscité la colère d’Ankara. Selon M. Yildirim, l’opération
turque a pour but de créer une «zone de sécurité» d’une profondeur de 30 km à partir de la frontière.
L’incursion turque «pourrait détourner les forces combattantes kurdes, qui sont au côté et très engagées au sein de la coalition» combattant
l’EI, a de son côté souligné hier la ministre française des Armées Florence Parly.
Face à cette offensive turque, Moscou a appelé à la «retenue», mais les analystes estiment qu’aucune offensive majeure ne peut être lancée en Syrie sans l’aval de la Russie, qui contrôle l’espace aérien dans le nord de la Syrie.
Par ailleurs, le président syrien Bachar al-Assad a condamné hier l’opération turque à Afrine, accusant Ankara de «soutenir le terrorisme».
Bulent Kilic et Gokan Gunes
à Istanbul (AFP)