Fil info
14:09Le Bourdeix : Les retraités CGT du Bergeracois défileront jeudi à Périgueux -> https://t.co/zqC4cjxQUo
13:42Dordogne : Une nouvelle expérience télévisuelle -> https://t.co/vEPEvarv54
13:41Dordogne : L’université pour se former à l’entreprise artisanale -> https://t.co/apkOd5t90H
12:43RT : Vigeois : Eden : des pacifistes s’exposent -> https://t.co/EgMCmRCZUJ
12:27Vigeois : Eden : des pacifistes s’exposent -> https://t.co/EgMCmRCZUJ
11:50Haute-Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau | L'Echo https://t.co/F9iC0ipg4m via
11:23RT : ⚠️Accident poids lourd impliqué sur dans le sens ▶️ entre les sorties n°53 (Nespouls) et n°54… https://t.co/PIRsQLIjpi
10:26Bergerac : Code du Travail : le Campanile sur le grill des Prud’hommes -> https://t.co/c7o4oXC2g0
10:10Ussel : Une campagne participative pour maintenir le bar d'ânes -> https://t.co/9M3egHciGr
09:57RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
21:07RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:59Région : Quand l’Education nationale se rapproche de l’entreprise -> https://t.co/abJQTWKUYT
18:56Indre : [intégral] Vanik Berbérian écrit à Agnès Buzyn -> https://t.co/ujYXcKy3cC
18:55Saint-Gaultier : Eglise romane : près de dix siècles d’histoire -> https://t.co/wuUUrPuqav
18:54Indre : Comment aider les orphelins à faire leur deuil ? -> https://t.co/wQmyQUEZYj
18:51# # - -Vienne : Les retraités en ont marre d’être maltraités -> https://t.co/2qWOFhpBhs
18:50Indre : Dans l’intimité de George Sand -> https://t.co/PX6rcRd6DG
18:46La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:13Région : Des pistes pour économiser l’eau -> https://t.co/9yZl9eksh1
18:05RT : Le parti d’extrême droite fait son entrée au parlement de avec 11% des voix. Nouvelle alerte. La pest… https://t.co/G0HDwpOFRW
17:53# # - -Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau -> https://t.co/1zI0CG5nSs
17:50Comme chaque 2e dimanche d’octobre, les badauds ont pris d’assaut les rues, le champ de foire de Chénérailles pour… https://t.co/tq5okDutiD
16:56Mercredi 17 octobre SOLIHA Dordogne-Périgord avec le Département fête ses 50 ans à Périgueux de 9h à 12… https://t.co/e2NGHhFMUF
16:52# # - -Vienne : Le marché aux plantes prend racine parc Victor-Thuillat -> https://t.co/M63o5XWUoy

Toujours plus loin dans l’escalade autoritaire

DROITS DE L’HOMME. A l’intérieur et à l’extérieur, la politique d’Ankara se fait de plus en plus répressive. Illustration avec le procès du président d’Amnesty et la Syrie.

TURQUIE
Il aura fallu moins de vingt-quatre heures pour assister à un revirement de situation qui en dit long sur le contexte de répression qui règne en Turquie.
Mercredi dans la journée est tombée la nouvelle de la liberté conditionnelle du président d’Amnesty dans ce pays. Si l’ONG et ses partisans ne niaient pas que l’acquittement n’était pas acquis pour autant, ceux-ci saluaient néanmoins cette première étape. Une satisfaction de courte durée. Dès le jeudi, la même cour est revenue sur ce jugement et a finalement décidé que Taner Kiliç demeurerait en détention tout le temps que durerait son procès, dont la prochaine audience est prévue le 21 juin.
Un coup de théâtre qui n’est pas sans susciter des interrogations et de l’indignation. « Le tribunal a changé d’avis... Pourquoi ? Qui sait, aucune raison n’a été donnée », a ainsi commenté, via un Tweet, Gauri van Gulik, directrice du programme Europe à Amnesty International.
« Pas de leçon » à recevoir de Paris Arrêté en juin 2017, le président d’Amnesty International en Turquie est emprisonné depuis cette date. Comme une dizaine d’autres prévenus, il lui est reproché d’avoir participé aux activités d’une « organisation terroriste », et notamment d’appartenir au mouvement du prédicateur Fethullah Gülen, désigné par Ankara comme le cerveau du putsch manqué
de l’été 2016. Une accusation que Taner Kiliç ne cesse de réfuter.
Or, depuis le putsch en question, le président Recep Tayyip Erdogan a une fâcheuse tendance à voir des terroristes partout. A l’intérieur comme à l’extérieur. En Turquie, la « purge » s’est jusqu’ici soldée par l’arrestation de 55 000 personnes, parmi lesquelles essentiellement des journalistes critiques et des acteurs de la société civile.
En dehors de ses frontières, Erdogan s’est engagé dans une expédition punitive en Syrie. La mal nommée opération « Rameau d’olivier », lancée le 20 janvier dans le canton d’Afrine, situé dans le Nord-Ouest, vise à déloger les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG). Des combattants qui se sont pourtant illustrés dans la lutte contre les extrémistes de l’Etat islamique.
La communauté internationale a eu beau s’émouvoir et appelé Ankara à la raison, Erdogan demeure inflexible.
Hier encore, le pouvoir turc a renvoyé Paris dans ses cordes. Dans un article du Figaro, le président français Emmanuel Macron a en effet
mis en garde la Turquie contre toute intention d’« invasion » de la Syrie. Ce à quoi Mevlüt Cavusoglu, ministre turc des Affaires étrangères,
a vertement répondu : « La France, ni aucun autre pays, ne peut donner de leçons à la Turquie. Ils savent très bien ce qu’est l’objectif de cette opération. » Ajoutant : « Nous ne sommes pas la France, qui a envahi l’Algérie. » Au-delà du dossier syrien, Ankara n’apprécie visiblement
pas l’initiative de la France d’inscrire au calendrier une « journée pour la commémoration du génocide » arménien de 1915.
A.M. avec AFP