Fil info
22:18Basket : Boulazac n’a pas à rougir! -> https://t.co/UJGZvTnEon
22:17Rugby : Le Racing 92 en finale... pour écrire son histoire -> https://t.co/lPBZ6Iz7tQ
19:40Périgueux : Les cultures urbaines s’affichent en centre ville -> https://t.co/F7mmSphX6Y
19:25Dordogne : Un schéma contre la désertification -> https://t.co/zhSu0BS7PB
19:16 - -Junien : Une pétition citoyenne alerte sur les problèmes de l’hôpital -> https://t.co/oBw720iuYR
19:08Châteauroux : Lire dans les bus Horizon -> https://t.co/ZgpGwQ8dua
16:38 28 avril de plants - : Samedi, on va au «Jardin du Lien» -> https://t.co/CB2OcpnpiS
16:35# # - -Buffière : Une journée intergénérationnelle -> https://t.co/qxfqfLfYGN

Désormais en ruines, l’Irak attire tous les intérêts

KOWEÏT. Le pays, meurtri par la guerre, entend récolter 88 milliards de dollars pour se reconstruire, un chantier titanesque entamé hier lors d’une conférence internationale.

MÉDITERRANÉE
Pendant 3 jours, des centaines de responsables politiques, d’ONG et d’hommes d’affaires participent à cette conférence. Bagdad mise sur le secteur privé pour lever des fonds, alors que des milliers d’habitations sont détruites et 2,5 millions de personnes déplacées.
Ravagé par les guerres depuis 30 ans, l’Irak a annoncé il y a deux mois la « fin » d’une nouvelle guerre, cette fois contre Daech qui s’était emparé d’un tiers de son territoire dès 2014.
Mais la reconstruction du pays, deuxième producteur de pétrole de l’Opep, s’annonce longue et difficile. « Nous estimons que les besoins totaux de reconstruction en Irak s’élèvent à 88,2 milliards de dollars (71,9 milliards d’euros) », a déclaré hier le ministre de la Planification, Salmane al-Joumeili. Ces fonds « serviront d’abord à réhabiliter les personnes déplacées et reconstruire les services publics ».
Autre défi, l’Irak devra parvenir à surmonter ses divisions intercommunautaires et la corruption qui gangrène le pays, classé 166e sur 176 Etats par Transparency International en 2017.
Retour des déplacés
Outre les destructions matérielles, l’Irak fait face à une grave crise humanitaire, avec 2,5 millions de déplacés. La conférence doit permettre de financer leur retour « volontaire », estime le Haut Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés (HCR). « Si les combats à grande échelle sont terminés (...), les stigmates demeurent dans tout le pays : les villes ont été durement endommagées, les communautés ont été disséminées et une génération d’enfants risque d’être perdue », a rappelé Bruno Geddo, représentant de cette organisation en Irak.
L’Unicef et ONU-Habitat ont pour leur part appelé à des investissements urgents pour restaurer les infrastructures et les services de base. L’OMS appelle la communauté internationale à « investir dans le secteur de la santé qui est dévasté », a indiqué Altaf Musani, son représentant
en Irak.
Dès lundi, des ONG - en majorité koweïtiennes - ont annoncé une levée de fonds de plus de 330 millions de dollars, dont 130 du Comité international de la Croix-Rouge.
Aujourd’hui, la conférence fera une large place au secteur privé, tandis que la journée de demain sera consacrée à l’annonce par les Etats participants du montant de leurs contributions financières. Avant de rejoindre Koweït, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian s’est rendu hier à Bagdad pour assurer les responsables irakiens du « soutien de la France ». Il participe ce mardi à une réunion de la coalition internationale antijihadistes à Koweït en présence de son homologue américain Rex Tillerson, où 74 pays et organisations seront représentés.
Omar Hassan Abdulla (AFP)

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.