Fil info
20:41La Fête de la Montagne Limousine 2018 c'est les 28, 29 et 30 septembre à en https://t.co/bstJzAfXV6
16:06un début de en fanfare, merci pour l'article, on se donne rendez-vous p… https://t.co/6jZloosTQK
14:08RT : Ussel : Des poèmes et des chansons pour célébrer la paix -> https://t.co/UbctK0Smqy
08:33Dans le on préfère la partager et la boire 🍻😜 https://t.co/UWVUX2n94t
08:29ce matin 22/09/2018 de 08:00 à 12:00 efs - perigueux attention changement de date le théâtre est reporte au lu… https://t.co/dRuAFv8dpK

L’escalade en Syrie fait planer la menace d’un conflit mondial

CRISE

Trump prépare des frappes en Syrie, suivi par Macron. Cet engrenage présage le pire, analyse Michel Dolot, membre du bureau national du Mouvement de la paix.
Emmanuel Macron a affirmé jeudi sur TF1 avoir « la preuve que la semaine dernière des armes chimiques ont été utilisées, au moins du chlore, et qu’elles ont été utilisées par le régime de Bachar al-Assad ». Mais le président français s’est montré flou à l’instar de Donald Trump, qu’il suit sans aucun recul et avant les conclusions des enquêtes internationales. « Nous examinons la situation de très près. Nous devons prendre des décisions, elles seront prises sous peu », a déclaré Trump. Le chef du Pentagone, Jim Mattis, a dénoncé le recours « tout simplement inexcusable » aux armes chimiques, signe que des bombardements se préparent. Jusqu’où ira cette escalade ? Michel Dolot, membre du bureau national du Mouvement de la paix, rappelle que « nous vivons dans une culture de guerre effrénée et c’est inexorablement que l’on s’avance en Syrie vers un conflit important dont les acteurs sont toutes les grandes puissances militaires, à l’exception de la Chine ». Le pacifiste insiste sur la « grande guerre de communication menée par des États qui veulent faire la guerre », soulignant que cette propagande ne fait pas bon ménage avec la vérité. Dans cet océan belliqueux, le mouvement fait entendre une autre voix : « cette situation nous amène à exiger tout de suite l’arrêt des bombardements, de jouer la carte multilatérale de l’ONU et de mettre en oeuvre toutes les solutions politiques, qui éviteraient que les gens meurent ». Le droit international doit prévaloir. Or les Etats-Unis veulent passer outre. « Cela ressemble beaucoup à ce qu’avait fait Powell à l’ONU quand il avait sortie sa petite fiole d’antrax à propos d’armes de destruction massive en Irak », constate Michel Dolot. « En tant que citoyen, la première chose à faire est de recouper les informations, ce qui est très difficile. Ce que nous disons c’est que vouloir ajouter des bombes aux bombes est proprement scandaleux ».
Françoise Verna

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.