Fil info
17:11Saint-Hilaire-Luc : Ouverture du festival 1000 Sources -> https://t.co/zAIzfm0sk2
12:13Lacelle : L'agriculture familiale en fête | L'Echo https://t.co/09WKKrOVwA via
10:06Région : Avec Sculpturama, L'art se taille une place en Haute-Corrèze -> https://t.co/4ufiHUgv65
23:32France : Réforme constitutionnelle : débat contradictoire -> https://t.co/DThFHi3iMx
23:31France : Benalla : l’affaire qui éclabousse le pouvoir -> https://t.co/n5bsFJfr1I
19:56Cyclisme : Sagan reprend ses habitudes -> https://t.co/QyUioFTe0t

En 2017, 68 millions de personnes déracinées

À la veille de la journée mondiale des réfugiés, l’agence des Nations Unies consacrée à cette question, le HCR, publie ses statistiques annuelles. En 2017, le nombre de personnes déracinées a atteint 68 millions. Soit 2,4 millions de plus que l’an dernier

Plus de 68 millions de personnes déracinées en 2017. A la veille de la journée mondiale des réfugiés, le Haut Commissariat des Réfugiés (HCR) présente son rapport statistique annuel. L’an dernier à la même époque, le HCR déplorait que le nombre de déracinés avait atteint « le plus haut niveau depuis des décennies ». Ce « record » était de 65,6 millions. Il a donc de nouveau été tristement battu.
Le nombre de personnes devenues déracinées sur la seule année 2017 atteste de l’ampleur du mouvement : 16,2 millions. « Cela représente 44 500 personnes déracinées par jour ou une toutes les deux secondes » illustre de manière explicite le Haut commissariat.
« Le HCR n’utilise pas le terme ‘migrants’ concernant les personnes qui ont été contraintes de fuir », précise l’agence des Nations Unies. Une précision importante à l’heure où l’Europe procède souvent à de nombreux raccourcis sur le sujet, oubliant que les réfugiés sont protégés par des convention internationales.
Le rapport souligne d’ailleurs que le nombre de demandeurs d’asile qui était toujours en attente de l’obtention d’un statut de réfugiés au 31 décembre 2017 « a augmenté d’environ 300 000 pour atteindre 3,1 millions ».
Ce rapport est également l’occasion de tordre le cou à un certain nombre d’idées reçues. Celle qui voudrait pae exemple que les personnes déracinées trouvent refuge dans l’hémisphère nord. « Les statistiques prouvent l’inverse », affirme le rapport : « quatre réfugiés sur cinq demeurent dans des pays frontaliers ». Des pays souvent pauvres et qui ne sont pas soutenus par la communauté internationale pour faire face au problème.
La Turquie demeure le premier pays d’accueil en valeur absolue. Il affiche en effet une population de 3,5 millions de réfugiés, principalement des Syriens. Mais le Liban reste aussi le premier pays d’accueil en regard de sa population.
L’essentiel des personnes déplacées ne franchissent cependant pas de frontière. Près de deux tiers des 68 millions recencés par le HCR sont en effet des déplacés internes qui n’ont pas quitté leur pays.
Si environ 5 millions de personnes ont pu rentrer chez elles en 2017, « nombre d’entre elles ont été rapatriées sous la contrainte ou ont retrouvé des conditions précaires », déplore le rapport.
Un nouveau pacte mondial bientôt adopté par l’ONU « Nous nous trouvons à un moment décisif où la réponse appropriée aux déplacements forcés à travers le monde exige une approche nouvelle et plus globale afin que les pays et les communautés ne soient plus laissés seuls face à ces situations », commente le haut commissaire des Nations Unies aux Réfugiés Filippo Grandi. Il annonce
l’adoption prochaine d’un nouveau pacte mondial pour les réfugiés par l’Assemblée générale des Nations Unies. « Aujourd’hui, à la veille de la journée mondiale du réfugié, je m’adresse aux Etats membres pour leur demander d’appuyer cette approche», plaide encore Filippo Grandi. Et d’insister : « Personne ne devient un réfugié par choix, mais chacun de nous peut choisir comment aider ».
Angélique Schaller

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.