Fil info
18:50Indre : Changer le regard sur Alzheimer pour mieux comprendre -> https://t.co/beuifJVFP1
18:49Châteauroux : [intégral] Adam et Eve entrent en scène -> https://t.co/B5pzdszS5h
18:33Périgueux : La cérémonie des pauvres -> https://t.co/NUQzzRvMDQ
18:311er match du les en grève sont présents pour les soutenir ! https://t.co/gJJ48CCFrq
18:31Périgueux : La suppression du Tode sera-t-elle la fin des saisonniers ? -> https://t.co/zN4kWBFT0Q
18:28Périgueux : Une association, pas une entreprise -> https://t.co/y9lpcQ63nn
18:25Périgueux : La santé, les impôts, les énergies renouvelables -> https://t.co/hYpZRJJd69
17:48Conseil municipal de Guéret : la vidéosurveillance un premier débat avant d'autres https://t.co/wqZxsvgOnE https://t.co/wqZxsvgOnE
16:50Bergerac : Les ordures au menu du conseil d’agglo de rentrée -> https://t.co/Tf4tQjepMZ
16:45Soulac-sur-mer : le désamiantage du Signal va pouvoir commencer - France 3 Nouvelle-Aquitaine https://t.co/l7KcQqjZPn
16:31RT : Parking payant à Hospital de , ce nouveau recul de l’accès aux soins pour tous est inacceptable.https://t.co/10plAr9IBr
16:25Le Pont-Chrétien-Chabenet : Être Pontcabanois rassemble 90 convives -> https://t.co/oZQnZ4C2cI
16:21 Si à vous découvrez cette taxe cela fait longtem… https://t.co/mVTNsIBN8q
16:10 Partenariat public-privé,ils disent.
16:00RT : Parking payant à Hospital de , ce nouveau recul de l’accès aux soins pour tous est inacceptable.https://t.co/10plAr9IBr
15:26Périgueux : Un nouvel écrin pour la Vélorution -> https://t.co/4FNeOX5VBg
15:23Marsac-sur-l'Isle : Le cirque Falck pose sa piste aux étoiles au parc des expos -> https://t.co/t09m7UI5qs
12:56RT : L’Histoire retiendra qu’un continent de 500 millions d’habitants a regardé ses pieds lorsque 58 naufragés frappèren… https://t.co/abxWhFhYop
12:55RT : L' est le dernier bateau à secourir les migrant.e.s naufragé.e.s en Méditerranée. Et on veut l'en empêcher… https://t.co/dKpRGX6ur3
10:40RT : Région : Steva (Bessines): un sursis de six mois -> https://t.co/62pluIWoEb
10:35Région : Steva (Bessines): un sursis de six mois -> https://t.co/62pluIWoEb
06:44Parking payant à Hospital de , ce nouveau recul de l’accès aux soins pour tous est inacceptable.https://t.co/10plAr9IBr

Les Autrichiens refusent la semaine de 60 heures

L’Autriche n’avait pas connu une telle manifestation depuis 50 ans : près de 100 000 personnes ont dénoncé ce week-end la volonté du gouvernement droite-extrême droite d’étendre la durée du temps de travail à 12 heures par jour et 60 heures par semaine.

Près de 100 000 personnes, selon les syndicats, ont manifesté samedi à Vienne pour protester contre la volonté du gouvernement formé
par la droite (ÖVP) et l’extrême droite (FPÖ) d’étendre à 12 heures par jour et à 60 par semaine la durée maximale autorisée de travail.
Un défilé organisé par la puissante confédération syndicale ÖGB, qui regroupe 1,4 million de membres sur une population totale de 8,5 millions d’habitants. Il s’agissait de la première mobilisation de cette ampleur depuis l’arrivée à la chancellerie du jeune dirigeant conservateur Sebastian Kurz, fin 2017.
Passage en force
Selon le gouvernement, cette mesure qui doit être adoptée jeudi par le Parlement, répond à la nécessité de rendre les entreprises plus compétitives. La durée normale du travail en Autriche est fixée à 8 heures par jour et 40 heures par semaine.
La durée maximale autorisée est de 10 heures par jour et de 50 par semaine, des plafonds que le gouvernement veut étendre à 12 et 60 heures respectivement. Déjà en 2007, un projet de loi avait été proposé en ce sens. Les salariés autrichiens pouvant, après accord avec leurs patrons, travailler jusqu’à 60 heures par semaine, durant 24 semaines par an. Cette fois-ci il s’agit de rendre cette règle obligatoire même si sous la pression de l’opposition, le gouvernement a amendé son projet initial, assurant que ces durées ne pourraient être atteintes que sur la base du « volontariat ».
La coalition droite-extrême droite au pouvoir depuis fin 2017 met en fait son programme libéral à exécution, visant à « flexibiliser » le marché du travail.
Nombre de syndicalistes s’étaient alors retrouvés aux côtés des démocrates dans la rue pour dénoncer la remise en cause annoncée du code du travail autrichien.
Dans un pays où les amendements au droit social sont traditionnellement le fruit de négociations entre les partenaires sociaux, la volonté du gouvernement de passer directement par la voie législative est particulièrement mal perçue par les syndicats. « Nous résisterons avec tous les moyens à notre disposition », a prévenu samedi le chef de l’ÖGB, Wolfgang Katzian, sommant la coalition au pouvoir, élue notamment sur la promesse d’étendre le champ de la démocratie directe, de « demander l’avis du peuple » par référendum.
Le tous dans un silence assourdissant de l’Europe alors que l’Autriche a pris ce dimanche la présidence de l’UE pour un semestre, M.R. avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.