Fil info
19:36Région : Pas de justice environnementale sans justice sociale -> https://t.co/UA5mJQ5Xuy
19:04Châteauroux : Une centaine de marcheurs pour le climat -> https://t.co/HZfjdm59wj
19:03Indre : Téléthon : 47 055 euros récoltés dans l’Indre au 36 37 -> https://t.co/8ZjSgzVifY
19:02Indre : Gilets jaunes : 500 sous la pluie -> https://t.co/BnP7ygfor3
18:43# # - -Vienne : Un espace dédié à la jeunesse -> https://t.co/zvhtWrDsQz
18:42Brive-la-Gaillarde : Une avenue à côté de la plaque pour la LDH | L'Echo https://t.co/iZEN0mUs2L via
18:42Corrèze : Des chutes d'eau extraordinaires au barrage du Chastang | L'Echo https://t.co/LaGqDYxpkx via
18:38# # - -Vienne : Un Téléthon marqué par la pluie et les mouvements sociaux -> https://t.co/rGqDu5mjBP
18:11Périgueux : La saison des truffes est ouverte -> https://t.co/d90ExcPOij
18:07Dordogne : La voiture de Jacqueline Dubois et celle de son époux incendiées -> https://t.co/AiizANR4TZ
18:07La Sainte-Barbe du centre de secours Maurice-Lebon à Guéret était l’occasion, outre la passation de commandement en… https://t.co/dMQzMy3oc5
18:01Dordogne : Les Gilets jaunes demandent à être enfin entendus -> https://t.co/HAF2OIwRUr
18:00Dordogne : Ils ont marché pour le climat -> https://t.co/w41a9zDeLV
17:57Sarlat-la-Canéda : La fin d’une époque pour Majuscule -> https://t.co/dTt7fRn2UJ
17:23France : Ligne Limoges-Ussel -> https://t.co/SJWMWJo3Uf
17:20# # - -Vienne : Des Gilets jaunes dans l’attente -> https://t.co/2Qab5JramC
17:09Région : La gare de Limoges «bouclée» -> https://t.co/Q30Xdy1YCS
17:00Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/jacK0BRELN via
16:59Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/4prmNAbd6v via
16:57Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/1D2y4CGXUG via
16:56Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» -> https://t.co/N3tyxfvUeh
16:47 ça vous dirait de soutenir un projet agricole et ? - > https://t.co/6A6WjbdUC2
14:37Dordogne : Le PCF au cœur des luttes -> https://t.co/H9VcVEashq

Les Autrichiens refusent la semaine de 60 heures

L’Autriche n’avait pas connu une telle manifestation depuis 50 ans : près de 100 000 personnes ont dénoncé ce week-end la volonté du gouvernement droite-extrême droite d’étendre la durée du temps de travail à 12 heures par jour et 60 heures par semaine.

Près de 100 000 personnes, selon les syndicats, ont manifesté samedi à Vienne pour protester contre la volonté du gouvernement formé
par la droite (ÖVP) et l’extrême droite (FPÖ) d’étendre à 12 heures par jour et à 60 par semaine la durée maximale autorisée de travail.
Un défilé organisé par la puissante confédération syndicale ÖGB, qui regroupe 1,4 million de membres sur une population totale de 8,5 millions d’habitants. Il s’agissait de la première mobilisation de cette ampleur depuis l’arrivée à la chancellerie du jeune dirigeant conservateur Sebastian Kurz, fin 2017.
Passage en force
Selon le gouvernement, cette mesure qui doit être adoptée jeudi par le Parlement, répond à la nécessité de rendre les entreprises plus compétitives. La durée normale du travail en Autriche est fixée à 8 heures par jour et 40 heures par semaine.
La durée maximale autorisée est de 10 heures par jour et de 50 par semaine, des plafonds que le gouvernement veut étendre à 12 et 60 heures respectivement. Déjà en 2007, un projet de loi avait été proposé en ce sens. Les salariés autrichiens pouvant, après accord avec leurs patrons, travailler jusqu’à 60 heures par semaine, durant 24 semaines par an. Cette fois-ci il s’agit de rendre cette règle obligatoire même si sous la pression de l’opposition, le gouvernement a amendé son projet initial, assurant que ces durées ne pourraient être atteintes que sur la base du « volontariat ».
La coalition droite-extrême droite au pouvoir depuis fin 2017 met en fait son programme libéral à exécution, visant à « flexibiliser » le marché du travail.
Nombre de syndicalistes s’étaient alors retrouvés aux côtés des démocrates dans la rue pour dénoncer la remise en cause annoncée du code du travail autrichien.
Dans un pays où les amendements au droit social sont traditionnellement le fruit de négociations entre les partenaires sociaux, la volonté du gouvernement de passer directement par la voie législative est particulièrement mal perçue par les syndicats. « Nous résisterons avec tous les moyens à notre disposition », a prévenu samedi le chef de l’ÖGB, Wolfgang Katzian, sommant la coalition au pouvoir, élue notamment sur la promesse d’étendre le champ de la démocratie directe, de « demander l’avis du peuple » par référendum.
Le tous dans un silence assourdissant de l’Europe alors que l’Autriche a pris ce dimanche la présidence de l’UE pour un semestre, M.R. avec AFP