Fil info
09:38 Attention, suite à un accident de la circulation, la route entre Périgueux et Sarlat (D 710) es… https://t.co/FbdhHNMpss
09:38Corrèze : Ils veulent créer un collectif pour « sauver Ruffaud » -> https://t.co/dp595UDUgj

Le Nobel de la Paix va à la lutte contre les violences sexuelles

DOUBLE PRIX

Denis Mukwege et Nadia Murad ont reçu le Nobel
de la Paix vendredi.
L’un est gynécologue de 63 ans au Congo, surnommé
« l’homme qui répare les femmes » depuis qu’un documentaire
l’a montré à l’oeuvre dans son hôpital fondé en 1999 à Bukavu dans l’Est du pays. L’autre a 25 ans et a été esclave du groupe État islamique avant de parvenir à s’enfuir et devenir une ambassadrice de l’ONU. Ils s’appellent Denis Mukwege et Nadia Murad et ont reçu conjointement le prix Nobel de la paix vendredi. Ils sont récompensés « pour leurs efforts pour mettre fin à l’emploi des violences sexuelles en tant qu’arme de guerre », a déclaré la présidente du comité Nobel norvégien Berit Reiss-Andersen.
Femmes, enfants et même bébés de quelques mois... Denis Mukwege a soigné quelque 50 000 victimes de viols dans son hôpital de Panzi. Des viols qu’il qualifie « d’armes de destruction massive ».
Sa co-lauréate irakienne, Nadia Murad, issue de la minorité Yazidie, a été réduite à l’esclavage sexuel en 2014 par le groupe jihadiste comme des milliers de filles et de femmes de sa communauté. Aujourd’hui, elle mène la bataille au sein de l’ONU, devenue ambassadrice pour la dignité des victimes du trafic d’êtres humains.
Dès l’annonce du comité Nobel, les félicitations ont afflué de toutes parts, les Nations Unies saluant notamment « un prix fantastique » qui « aidera à faire avancer le combat ». Depuis 2008, une résolution affirme que les violences sexuelles en temps de conflit « peuvent constituer un crime de guerre, un crime contre l’humanité ou un élément constitutif d’un génocide ».