Fil info
18:36Indre : La gendarmerie alerte sur les risques de la cybercriminalité -> https://t.co/uVQ86yzlIE
18:34Indre : La « Berrichonne de l'Indre » monte à Paris ! -> https://t.co/HdmkRrKrC1
18:13Coulounieix-Chamiers : « La plus grande cause, c’est de faire société » -> https://t.co/MVStFkNLXU
17:29Argenton-sur-Creuse : Une nouvelle clinique vétérinaire dédiée au bien-être animal -> https://t.co/wL2yKR7vlz
17:29Le Magny : Rudy Rübel ranime l'hôtel- restaurant du bourg -> https://t.co/WCPMFnCRXl
17:04Sarlat-la-Canéda : Containers enterrés : une petite révolution pour l’usager -> https://t.co/h2pv9p7FyV
16:56Corrèze : Un mandat pour redonner du tonus -> https://t.co/bvnVIVU0kR
16:44Tulle : Solidarité -> https://t.co/hehRVi2g2x
16:34Tweet de L'Echo Haute-Vienne () L'Echo Haute-Vienne () a tweeté : # - -V… https://t.co/iYMMLmM52I
16:03Marsac-sur-l'Isle : Elles en ont toujours sous le capot -> https://t.co/jHXANXC9ce
15:07Périgueux : Beynac, Bourdeilles, Vendoire : mauvais temps pour le bitume -> https://t.co/ByDJnuup8R
14:48Dordogne : Cupidon du Vern, tombeur du Salon -> https://t.co/O4anY1bmds
09:36RT : Immersion dans le Périgord, au cœur de la préparation de l'ex-champion d'Europe du 3000 mètres steeple,… https://t.co/9dQmiLjNSd
08:52France : Le monde maritime s’invite à la BFM -> https://t.co/K9V652dbOU
08:49Région : "Pas de TGV pour les ploucs" de Bernard Cubertafond, universitaire -> https://t.co/Zv1ccZEEQw
08:36# # - -Vienne : L’hommage de la CGT Energie à Gérard Pelaudeix -> https://t.co/2NQValiDOt
07:57# # - -Vienne : SNCF, le coût de l’externalisation sur l’emploi et la sécurité -> https://t.co/z7qqajBQvm
07:51# # - -Vienne : L’avis d’expulsion des Gilets jaunes des Casseaux expire aujourd’hui -> https://t.co/sGt2m3q49t
07:49Région : Protéger les troupeaux et la biodiversité -> https://t.co/CpF8fTzZKr
07:46Dordogne : Tribunal de Grande Instance de Périgueux, rendre un avenir possible -> https://t.co/zwe3HsXSDv

Beyrouth : Méditerranée agitée, avis de tempête

LIBAN

Au terme de plus de huit mois de tractations sur fond de divisions politiques et de craintes d’une crise économique aiguë, le Liban s’est doté jeudi soir d’un nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre sortant Saad Hariri.
L’occasion d’une « lettre du Liban », de Richard Labévière, journaliste spécialiste du monde arabe.
Quelques mezzés dégustés à une terrasse ensoleillée de Hamra, les ChampsÉlysées de Beyrouth. Au milieu des embouteillages chantonnants se faufilent une multitude de Vierge à l’enfant syriennes en train de faire la manche non sans dignité ; des gamins cireurs de chaussures, eux-aussi la plupart syriens, grappillent quelques livres libanaises.
Depuis plusieurs années, le Liban (4,5 millions d’habitants) accueille plus de 1,5 million de réfugiés. À l’évidence, le HCR (Haut-commissariat aux réfugiés des Nations unies) n’est pas à la hauteur. Le long de la Corniche -depuis Raouché- la Méditerranée majestueuse se contorsionne en une multitude de moutons blancs, les mêmes qui paissent aux larges de Barcelone, d’Alger, du Pirée et de Marseille.
Partout on commente l’interview du secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, réalisée vendredi dernier par la chaîne de télévision
Al-Mayadeen. Scoop de forme et de fond : pour des raisons de sécurité le chef du Hezbollah n’a pas accordé d’interview en direct depuis des années ; durant trois heures et demie, il dresse avec maestria une géopolitique des crises des Proche et Moyen-Orient. Avec son habituelle malice
toute dialectique, il retourne les menaces israéliennes à l’envoyeur. Tel-Aviv vient d’annoncer que le Hezbollah aurait creusé une multitude de tunnels sous la frontière du Liban Sud. « La plupart de ces édifices sont vieux de quinze ans », commente Hassan Nasrallah, « ce qui prouve que les services israéliens ont perdu la main depuis bien longtemps ». Et le Sayed ajoute que les violations quotidiennes des eaux territoriales et de l’espace aérien libanais ne sauraient rester sans réponse, non seulement de manière souterraine, mais aussi par les airs et les montagnes. Chacun se souvient comment, durant l’été 2006, le Hezbollah a infligé une défaite cinglante à l’armée israélienne qui avait juré de ramener le
Pays du Cèdre à l’âge de pierre. Aujourd’hui, en cas de nouvelle attaque du Liban, plusieurs milliers de missiles de moyenne et longue portée peuvent cibler la plupart des villes israéliennes, dont la centrale atomique de Dimona !