Fil info
19:09Périgueux : Des trophées pour récompenser les acteurs les plus innovants -> https://t.co/MQrhyF3Zz9
19:07Boulazac : Continuer à faire savoir -> https://t.co/OJf71p2oZ9
18:10Indre : Une après-midi pour plonger au profit de l’Unicef -> https://t.co/UuZBHYrjPi
18:00Châteauroux : ACGCS et Scalis dépassent les barrières générationnelles -> https://t.co/V68eYygNDQ
16:04Thiviers : La Ruche qui dit oui s’installe -> https://t.co/Vnyo1Q5SNg
16:03Coulounieix-Chamiers : Les interrogations du groupe communiste / Front de Gauche -> https://t.co/2ogP3g8RU3
12:56Corrèze : Gilets jaunes et syndicats même combat ! -> https://t.co/4MCES4f1yh
11:32RT : ça y est ! le programme complet des est sorti => https://t.co/6JADnTeZM6 On a hâte de vous… https://t.co/Af2y7rXAlD
11:29ça y est ! le programme complet des est sorti => https://t.co/6JADnTeZM6 On a hâte de vous… https://t.co/Af2y7rXAlD
10:44 sur le boulevard circulaire de Brive, au centre ville, distribution de tranches de sa… https://t.co/k1IxMadGPY
09:06# # - -Yrieix-la-Perche : Les 57 ans du cessez-le-feu -> https://t.co/WQwdvQNyz3
08:59# # - -Yrieix-la-Perche : Les « Enoncés » de Christian Lebrat -> https://t.co/6NbDofChyP
07:59Région : Pole de ressource de Limoges, des projets qui revendiquent l’économie sociale et solidaire -> https://t.co/wH57GAbjEr

De Marseille à Alger, ils disent stop à Bouteflika

CONTESTATION

Au terme d’une folle semaine, l’Algérie est désormais à un moment clef de son histoire. Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, a maintenu
sa candidature hier. Il promet, s’il est élu le 18 avril, « des élections anticipées auxquelles il ne participera pas» .
Des dizaines de milliers de citoyens ont protesté à Alger, Oran, Annaba, Paris ou Marseille contre un 5e mandat .

Un demi-recul pour mieux garder la main. Hier, Abdelaziz Bouteflika, a annoncé le maintien de sa candidature à un 5e mandat pour l’élection présidentielle du 18 avril mais promis, s’il est élu, il y aura « des élections anticipées » auxquelles il ne sera pas candidat. Les autorités « espèrent
tenir jusqu’à dimanche, avec l’espoir qu’une fois la candidature de Bouteflika actée et rendez-vous donné dans les urnes, la contestation  s’essoufflera », a expliqué à l’AFP, avant les derniers défilés en date, un observateur ayant requis l’anonymat.
Après les manifestations monstres du 22 février et du 1er mars, ayant rassemblé jusqu’à 10 millions de citoyens selon plusieurs observateurs, l’Algérie était comme en suspens hier, en ce dimanche si crucial pour l’avenir du pays. Et autour de 19h30, l’annonce de Bouteflika maintenant sa candidature... « Il compte se faire réélire pour faire en sorte que le prochain candidat soit approuvé par son clan, c’est loin de résoudre la crise »,
pense Abelaziz Yacoubi, qui a participé aux manifestations.
À Alger, des étudiants qui avaient appelé à manifester ont été enfermés dans leur fac par des policiers qui ont cadenassé l’entrée des établissements. Certains ont tout de même réussi à protester devant le Conseil Constitutionnel.
À Oran et Annaba (situé à 400 km d’Alger), des manifestations se sont déroulées dans le calme face à un fort dispositif policier. À Paris ou à Marseille (lire encadré page ci-contre), des milliers d’Algériens ont manifesté aux cris de « pouvoir assassin ! » et « FLN dégage ! » afin d’empêcher la réélection d’Abdelaziz Bouteflika.
82 ans et en fauteuil roulant
Pourtant, le président Algérien, qui a fêté samedi ses 82 ans, actuellement à Genève en Suisse pour « des soins périodiques », a donc bel et bien décidé de présenter sa candidature à l’élection présidentielle du 18 avril. Cloué à son fauteuil roulant depuis un grave accident vasculaire
cérébral survenu en 2013, il n’a pas prononcé le moindre discours depuis… 2012. « Le président prend le risque de mettre le feu aux poudres. Le pouvoir joue un jeu dangereux. Il devra en assumer toute la responsabilité », indique Meriem Saïdani, membre du conseil politique du parti Jil Jadid (Nouvelle Génération).
Samedi, Abdelaziz Bouteflika a licencié son directeur de campagne, Abdelmalek Sellal, un ancien premier ministre qui avait animé les trois dernières campagnes victorieuses (2004, 2009, 2014). Celui-ci a été remplacé par le ministre des Transports, Abdelghani Zaalane, âgé de 54 ans, il est peu connu du grand public, a simplement annoncé l’agence APS dans un communiqué, citant « la direction de campagne du chef de l’État ». Aucune justification n’a été avancée pour expliquer ce limogeage. Abdelghani Zaalane s’est présenté hier au Conseil Constitutionnel pour déposer le dossier de candidature ainsi qu’une lettre d’Abdelaziz Bouteflika, toujours en Suisse à l’heure où nous écrivons ces lignes.
La polémique autour de la nécessité de la présence du candidat fait rage.
Pour Abdelwahab Derbal, président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), le dossier de candidature à l’élection présidentielle « doit être déposé par le candidat lui-même ». De son côté, l’agence officielle APS a publié une dépêche dans laquelle elle explique que la loi électorale ne conditionne pas le dépôt du dossier de la candidature par… la présence du candidat lui-même.