Fil info
11:35 a le regret d'annoncer l'annulation de la venue de Surfbort à : "Sans plus d'explications,… https://t.co/kGESJ65HZh
07:41# # - -Vienne : L’éducation par le sport prend ses marques dans l'Ouest-Limousin -> https://t.co/I4E2d5y11R
07:38# # - -Vienne : Revoilà les marchés des producteurs de pays -> https://t.co/Hr92qJE1Y2
07:36# # - -Vienne : Cheminer pour aboutir à un autre regard sur la santé mentale -> https://t.co/nt6WzsDleD
07:34Région : Salon de l'agriculture de Bordeaux, une invitation à «avancer ensemble» -> https://t.co/4AxKXAV2Ax
07:32# # - -Vienne : Valeurs et savoir-faire à transmettre aux plus jeunes -> https://t.co/t9snKoijtX
19:02Châteauroux : Les collégiens s’initient aux élections européennes -> https://t.co/IcRNK6ODV3
19:01Indre : Ils seront au festival Darc cet été -> https://t.co/6VhXbGIlzL
18:46Corrèze : Village éphémère pour service durable -> https://t.co/JI7L2cyQyP
17:35# # - -Vienne : L’éducation par le sport prend ses marques dans l'Ouest-Limousin -> https://t.co/Wxfgs7ZXl1
15:44France : Allegro : anniversaire dans l'allégresse -> https://t.co/1kglhvP5Ce
15:37Le Blanc : Et pourquoi pas une grainothèque à la médiathèque ? -> https://t.co/7afZJWkz4f
15:36France : Allegro : anniversaire dans l'allégresse -> https://t.co/t8T1dFlFYN
15:28La Châtre : Futurs virtuoses sur scène -> https://t.co/3RBxPCh9VO

Abdelaziz Bouteflika confisque le pouvoir

Plusieurs milliers d'étudiants ont manifesté hier dans le centre d'Alger, dénonçant une «ruse» du président Abdelaziz Bouteflika pour se maintenir au pouvoir, au lendemain du retrait de sa candidature à un 5e mandat et du report sine die de la présidentielle.

«Les étudiants résistent à la prolongation du 4e mandat! », scandent les manifestants -parmi lesquels également des enseignants-, brandissant de nombreux drapeaux et défilant dans les artères près de la Grande-Poste, un bâtiment emblématique du cœur de la capitale.

« Pacifique, pacifique », crient-ils également, mot d'ordre de la contestation née le 22 février contre la volonté du président Bouteflika de briguer un 5e mandat à la présidentielle initialement prévue le 18 avril.

 

A lire également:

http://www.l-echo.info/article/international/2019-03-12/selon-universitaire-algerienne-louisa-dris-ait-hamadouche-annonces

 

« Il faut sauver le peuple, pas le pouvoir », « Pas de ruse, Bouteflika », crient encore les étudiants, qui manifestent pour le 3e mardi consécutif, après des appels réitérés sur les réseaux sociaux dès le « message à la Nation » de M. Bouteflika lundi soir à la TV nationale.

Confronté à une contestation inédite depuis son élection à la tête de l'Algérie il y a 20 ans, le chef de l'Etat algérien a annoncé renoncer à briguer un 5e mandat et reporter la présidentielle du 18 avril, sans toutefois fixer d'échéance précise.

«Non

aux prolongations»

Il a prolongé par là même son mandat sine die, jusqu'à un prochain scrutin dont la date sera fixée ultérieurement par une « Conférence nationale », dont il souhaite que les travaux s'achèvent «avant la fin de l'année».

«C'est une ruse pour gagner du temps, pour tenter d'enrayer le mouvement, le temps de ramener une autre marionnette comme président», a déclaré Amel, étudiante en Mathématiques-Informatique à Alger.

Pour Riad Labed, 22 ans, étudiant en géologie, M. «Bouteflika n'a pas le droit de prolonger son mandat sans l'aval du peuple».

Signe de la réactivité des réseaux sociaux et des protestataires, sur les nombreuses pancartes, le «5», cerclé et barré de rouge, logo de la contestation initiale contre un 5e mandat, a laissé la place à un «4+», refus désormais du prolongement de l'actuel 4e mandat de M. Bouteflika, qui expire le 28 avril.

Sur d'autres pancartes, on peut lire: «Ce n'est pas un match de foot! Non aux prolongations» ou «Non au provisoire qui dure».

A l'international, la France, ancienne puissance coloniale, a salué hier, par la voix du président Emmanuel Macron, la décision «du président Bouteflika», tout en appelant à «une transition d'une durée raisonnable».

Le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, a souligné que «le peuple algérien qui se soulève pacifiquement, dans la dignité et l'unité, vient de remporter une première victoire exceptionnelle.»

La mobilisation étudiante d’hier a constitué une première indication de l'échec des annonces du chef de l'Etat à calmer la contestation, d'une ampleur inégalée depuis sa première élection en 1999.

Le véritable révélateur sera néanmoins vendredi, premier jour de week-end et traditionnel journée de manifestation depuis bientôt trois semaines.

«Grande
supercherie»

Sur les réseaux sociaux le hashtag «Mouvement_du_15_Mars» a déjà remplacé ceux des 22 février, 1er et 8 mars --les trois vendredis précédents théâtres de manifestations massives--, en appelant à un 4e vendredi consécutif de mobilisation.

Hier, le quotidien El Watan, au diapason, a dit voir dans les annonces de la veille «la dernière ruse de Bouteflika» qui «annule la présidentielle et reste au pouvoir».

Liberté, autre quotidien francophone, fustige «la grande supercherie», et estime aussi que «le président tente une nouvelle ruse avec le peuple».

El Khabar note que M. Bouteflika «s'est plié à la demande du peuple de ne pas se présenter à l'élection présidentielle, mais en usant d'un procédé lui permettant de demeurer président sans passer par des élections».