Fil info
19:58Châteauroux : Réunion du Petit-Valençay : du public malgré la pluie -> https://t.co/jQQ0vWmBFM
19:53France : Réunion du Petit-Valençay : du public malgré la pluie -> https://t.co/hRF78l7L2M
19:42Lamothe-Montravel : Une grande fête pour le bonheur de mener des combats communs -> https://t.co/ZoyvPWRGmD
19:12La Châtre : Les « Arts en fête » expose cinq artistes -> https://t.co/LfVI79S5pF
19:09Valençay : Commémoration du tragique 16 août 1944 -> https://t.co/xHOmgJf1hG
19:09Périgueux : La ville peinte sous tous les angles -> https://t.co/3Q8IWDnJvy
18:17Nailhac : De nouvelles intronisations à la Confrérie de la noix -> https://t.co/Yj3zOBW3Vi
18:12Journiac : Univerland : un nouveau concept de jeux -> https://t.co/frSlUoGKr9
16:06Périgueux : Il fait payer son mal-être aux policiers -> https://t.co/Q60pJL3nVN
10:32Mussidan : On n'appelle pas sa copine "petite", même par SMS -> https://t.co/5iO2csQ3xU
05:36Bergerac : Dandinement jusqu'à Périgueux -> https://t.co/XJFptXY8oF

FNACA : sur la ligne de front des revendications

Anciens combattants

Samedi à Issoudun, la FNACA organisait son 35ème congrès départemental au centre des congrès. Regroupant 365 000 adhérents au niveau national, l’association compte 3 000 anciens combattants dans l’Indre. Mario Serrrano, le vice-président national, avait fait le déplacement en Berry pour annoncer les dernières évolutions en matière d’acquis sociaux. « La cour des comptes trouve que le monde combattant coût trop cher, a-t-il annoncé en préambule. Les réductions budgétaires successives, nous conduisent à payer une seconde fois nos sacrifices de guerre. C’est pourquoi nous demandons la revalorisation des pensions, le maintien des crédits et du service départemental des anciens combattants. Concernant les commémorations du 19 mars, je vous remercie pour votre importante participation. En revanche, nous condamnons fermement le maire de Béziers qui a débaptisé une rue du 19 mars pour lui donner le nom d’un général putschiste alors que nous, appelés, sommes restés fidèles à la République. Une seule chose pour les prochaines cérémonies du 19 mars, nous espérons la présence du président de la République. Nous ne baissons pas les bras mais avons besoin de nos parlementaires pour soutenir nos revendications et nos besoins, comme l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français. Surtout, il faut maintenir les droits acquis. D’autre part, une mesure particulière nous tient à cœur, que la mention mort pour la France soit appliquée quelque soit le motif de décès. Le peu de force qui nous reste doit nous permettre d’être vigilant et fraternel. Condamnons la guerre d’où qu’elle vienne. Vive la paix. »
Fils d’ancien combattant de la guerre d’Algérie, le préfet de l’Indre Alain Espinasse confiait être présent « au-delà de l’honneur et du devoir ». Reprenant les mots que Georges Clémenceau prononça lors de son investiture à la présidence du conseil des ministres pour rendre hommage aux anciens combattants, « ils ont des droits sur nous », le préfet a assuré que l’effort budgétaire pour les anciens combattants serait « maintenu pour 2017 ». Il a également tenté d’apaiser en vain les tensions concernant les commémorations du 5 décembre. « Cette date n’a pas la même portée symbolique que le 19 mars, mais l’abondance de date commémorative n’est pas un mal, plutôt deux fois que zéro ».

Air Force 1 Low Flyknit