Fil info
21:49Très nombreux avec notre maire Vincent Millan pour défendre notre territoire de mobilité https://t.co/gCKHfA1Hga
20:16 Rétablissons les faits réels : a publié une image de cette cérémonie.
09:51L toujours avec nous et dans notre ❤️ le faire vivre une urgence !! https://t.co/WkKC72f5CT
09:20Aujourd’hui jour de soutien à Sylvie postière à qui passe en conseil de discipline ✊🏼… https://t.co/eRtiBqNEM9

De quoi se nourrir à petits prix

L’Épicerie issoldunoise solidaire (EPIS) a fêté vendredi son troisième anniversaire dans ses locaux du 9, rue de l’Avenier. Dans un peu plus d’un an, elle emménagera dans de nouveaux locaux.
L’épicerie issoldunoise solidaire (EPIS) a ouvert ses portes le 14 septembre 2016. Les personnes en difficulté y trouvent des produits alimentaires et d’hygiène vendus entre 10 et 20 % de leur valeur en magasin. Un prix symbolique mais qui s’appuie sur l’idée qu’en payant le bénéficiaire a plus le sentiment de conserver une certaine diginité. En venant à l’EPIS, les familles repartent avec de quoi se nourrir sans se ruiner. Exemple : pour 22 euros, une famille de six personnes repart avec un panier complet.
En trois ans, l’EPIS a triplé le nombre de passages et touche aujourd’hui plus d’un millier de personnes. Une carte vendue 3 euros est délivrée au moment de l’inscription. En 2018, on a recensé 251 nouvelles inscriptions et 92 renouvellements. Un bénéficiaire représente un foyer moyen de 3,5 personnes. Dix-huit bénévoles se relaient à l’EPIS.
Une grande partie des marchandises vient de la Banque alimentaire de l’Indre qui a été à l’initiative de la création de ces épiceries sociales et solidaires. Des légumes viennes des jardins solidaires du Centre municipal d’action sociale (CMAS). Malgré la sécheresse, 100 kg de pommes de terre bio ont ainsi été récoltées récemment. Pat’à pain offre ses invendus. Les produits manquants sont achetés sur les fonds propres de l’EPIS auprès de Leclerc à des tarifs préférentiels et livrés par l’association Converso les jeudis et vendredis. Les dons de particuliers sont les bienvenus, notamment en produits d’hygiène et le chocolat en poudre.
Le troisième anniversaire de l’EPIS a été fêté autour d’un petit-déjeuner vendredi dernier en présence, entre autres, du maire, André Laignel, et du président de la Banque alimentaire de l’Indre, Henri Gaignault, .
« Lors de la création de l’EPIS, on a veillé à ce qu’il n’y ait pas de concurrence entre associations caritatives, souligne André Laignel. On a au contraire réussi à organiser une véritable chaîne de solidarité. Notre préoccupation a été de mettre en synergie les structures publiques et associatives. »
De nouveaux locaux
L’EPIS travaille ainsi en lien avec l’ASMAD, la Mission locale, le CMAS et l’Abri de nuit, ce qui permet par des dons de limiter au maximum le gaspillage. Elle est logée gratuitement par la Ville dans les locaux de l’ancien commissariat rue de l’Avenier mais déménagera à l’automne 2020 dans le quartier Bel-Air pour y intégrer la Maison solaire et solidaire que l’OPAC va y construire. Dans ce quartier populaire, Diane Zammit, la présidente de l’EPIS, pense « toucher un plus grand nombre de personnes ».
Outre des produits de première nécessité, l’EPIS organise des ateliers cuisine et activités physiques adaptées avec le CODES (Comité départemental d'éducation pour la santé). Elle participe aussi au « Mois sans tabac ».
L’EPIS est ouverte deux demi-journées par semaine : le mercredi de 14 h 30 à 18 h 30 et le vendredi de 9 h à 13 h. Pendant les vacances soclaires, elle est uniquement ouverte le mercredi après-midi.
JMD