Fil info
11:01 merci !
10:51Terrasson-Lavilledieu : L'incendie anéantit la moitié de sa récolte de noix -> https://t.co/6IyG2x8IXu
09:24Tulle : Le Sporting joue contre le cancer -> https://t.co/nKYRX7vLU5
09:09 L'hôpital local de va contracter 1 emprunt d'une dizaine de M€ pour sa reconstruction que… https://t.co/mmglrGVNe6
08:58Saint-Astier : Thierry Boissinot mènera un chantier à 11,6 M€ -> https://t.co/GAH95YtOUD
07:34# # - -Vienne : Municipales, «Limoges au cœur» officiellement lancée autour de Emile Roger Lombertie -> https://t.co/Ryiwnh60P7
07:31# # - -Vienne : Le préfet dans nos murs -> https://t.co/4yRgdW0rBk
07:28# # - -Vienne : Le quotidien d’un club sportif de banlieue -> https://t.co/H9J0PZ7PSE
07:25Région : FuturoWeen, l’Halloween familial du Futuroscope -> https://t.co/V32Bftjlt8
07:23Région : La grogne paysanne en suspens -> https://t.co/up6smLfsiQ
00:39le mouvement de la paix 19 soutient ; participez à la souscription https://t.co/DN1ipfEcB3
23:30 Le sociologue de la de à jeudi 24 oct à l'invitation du et de… https://t.co/6ADygJ1kE6
23:23Périgueux : Le sociologue de la famille François de Singly en réunion publique -> https://t.co/cTxdajcmVp
20:42Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? | L'Echo https://t.co/LEiCcanePU via
19:45Périgueux : Alternatives aux pesticides : colloque national à Périgueux | L'Echo https://t.co/rkUd8QXRlI via
19:34RT : La direction de La Poste a décidé de réduire de 27 heures semaine à 15 heures semaine les horaires du bureau de Pos… https://t.co/ymIPzzfA8P
19:19Pommiers : Le Team Bethenet affiche sa belle santé -> https://t.co/NnoZb2hckN
19:17Gargilesse-Dampierre : Les généreux projets de l’asso « Pour Kungur » -> https://t.co/HLgr8WLOAf
19:16France : Des vestiges gallo-romains presque partout dans le secteur -> https://t.co/lB4icSu42A
19:15Châteauroux : La coopération plus que jamais -> https://t.co/blgUq2bqnV
19:13Indre : Le triporteur de Télématin sur la piste des produits berrichons -> https://t.co/0ZSBglvjfE
18:44Sainte-Croix-de-Mareuil : Omya : licenciements et débrayage -> https://t.co/LNPKGwkeYW
18:39Domme : Objectif à minima pour service de santé à bout de souffle -> https://t.co/FzyafHsisf
18:32Marsac-sur-l'Isle : Samedi, on se jette sur les savons pour aider à contrer les accidents de la vie -> https://t.co/fH1N7BoEDD
18:27Périgueux : Un meurtrier pouvant se contrer -> https://t.co/rwnW7nkbnZ
17:53RT : [senat] les pétitions de principe, les condamnations verbales ne suffiront pas à arrêter le pouvoir de qui… https://t.co/SSlHe9a36F
17:46RT : Si votre politique est si "bonne" monsieur le Premier ministre, pourquoi la France exprime t'elle autant de souffra… https://t.co/mst2HyiRBQ
16:52Terrasson-Lavilledieu : Réunion suivie sur l’intérim -> https://t.co/JuDW5G0x7H
13:38 1 colloque à pour défendre le purin d’ortie, le petit lait, Les décoctions… https://t.co/7y4icDzemg
13:21Quinsac : Alternatives aux pesticides : colloque national à Périgueux -> https://t.co/tNHZRQdq2C
13:01La direction de La Poste a décidé de réduire de 27 heures semaine à 15 heures semaine les horaires du bureau de Pos… https://t.co/ymIPzzfA8P
12:35Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? -> https://t.co/OCVzdyUVmL
12:30Saint-Pierre-d'Eyraud : La fête de Pradelou laissera des souvenirs impérissables -> https://t.co/va3qY4jm2N

Tous unis derrière Condat

Condat met la pression sur le gouvernement pour obtenir une aide à la cogénération, condition sine qua non à la réalisation d’un investissement de 45 millions d’euros sur un nouveau type de production, faute de quoi l’avenir de la ligne 8 et de plus 200 salariés est directement menacée à très court terme.

Vivre ou mourir, c’est un peu le scénario catastrophe qui se dessine aux Papeteries du Lardin, en proie à des difficultés récurrentes sur le prix de l’énergie face à ses concurrents et aux autres pays d’Europe. Elus, direction et salariés de Condat sont tous main dans la main pour exiger un coup de pouce de l’Etat, seule solution pour garantir un avenir à l’entreprise.
Chantage à l’emploi ou ultime appel à l’aide, on a beau tourner le problème dans tous les sens et sous tous les termes, il reste le même, si l’Etat n’agit pas d’ici une quinzaine de jours, ce sont très clairement entre 200 et 250 emplois sur les 507 que compte encore le site industriel qui sont directement menacés à courte échéance. Un scénario que personne ne veut aujourd’hui envisager ou s’y résoudre, à l’image d’Andréa Minguzzi, le président de Condat. « Si nous ne trouvons pas de solution avant le 31 décembre, nous fermerons la ligne 8, mais c’est une hypothèse que je ne veux pas considérer ».
Pour comprendre ce qui se joue à Condat, il faut effectuer un petit retour en arrière. Jusqu’en 2013, Condat pouvait revendre à des tarifs avantageux l’électricité qu’elle produisait à partir de la cogénération à gaz via un accord avec l’Etat. Mais ce dernier a décidé de fermer le robinet. Depuis, mis à part une année, Condat perd de l’argent à cause de ce coût de l’énergie, même si elle a fait des efforts pour réduire d’environ 20 % sa consommation. L’an dernier, Condat, qui dépend du groupe Lecta depuis son rachat en 1998, a ainsi perdu 23 millions d’euros. Cette année, l’usine a déjà perdu 16 à 17 millions. En parallèle, le marché du papier couché, la spécialité de Condat, n’a cessé de dégringoler, et donc sa production. Depuis six mois, la quasi-totalité de l’usine est touchée par des mesures de chômage partiel de l’ordre de près d’une semaine par mois.
Voilà pourquoi la direction de Condat a entrepris de trouver de nouvelles pistes à la fois sur l’énergie et sur la production.
Pour ce qui est de l’énergie, elle avait répondu à un appel à projets de l’Etat pour la construction d’une chaudière biomasse, impliquant un investissement de 80 millions d’euros. Mais patatras, ce qui était présenté comme la solution miracle s’est effondré l’été dernier quand le projet de Condat n’a pas été retenu.
En parallèle, Condat a développé un projet de nouvelle production sur la ligne 8, celle de papier adhésif, un marché particulièrement porteur. Ce projet s’appuierait sur des aides de l’Etat et de la Région à hauteur de 10 millions chacun. Le hic, c’est que ce projet est conditionné à une production énergétique moins chère. D’où la demande unanime formulée auprès de l’Etat de pouvoir de nouveau disposer de la possibilité de revendre à tarifs avantageux l’électricité produite par la cogénération à gaz. « Nous avons besoin du soutien de l’Etat, comme cela se fait dans d’autres pays pour des questions d’égalité face à la concurrence. Ces aides se font en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Grande-Bretagne, au Danemark. Cela permet de donner de la compétitivité aux entreprises », soutient Andréa Minguzzi, qui précise que Condat reste « dans une volonté de trouver des solutions de diversification ».
Reste que le temps presse. La date butoir du 15 novembre pour une réponse a été lâchée hier à l’issue d’un comité d’entreprise extraordinaire. « Il nous faut une solution  court terme car il faut que l’année 2019 débute avec cette solution », insiste le président de Condat qui précise toutefois qu’il ne « lance pas d’ultimatum, mais la situation se dégrade, donc il faut des échéances ».
Même son de cloche du côté des élus et des représentants du personnel, conscients de l’urgence et de la délicatesse de la situation.
« Il ne s’agit pas d’inquiéter inutilement les salariés ou la population du bassin d’emploi, mais la situation est sérieuse, voire très sérieuse », reconnaît le président du Département Germinal Peiro, qui a interpellé plusieurs fois le gouvernement. « La balle est dans son camp ». « Il y a urgence. Il faut que des décisions soient prises dans la quinzaine », insiste Daniel Magne, élu CGT. « La cogénération permettrait de régler les choses rapidement pour permettre de développer cette nouvelle production que nous réclamons depuis 2013. Les salariés sont mal dans leur peau, il faut une solution rapide pour péréniser le site». La seule information non encore connue dévoilée au cours du CE extraordinaire hier c’est que, peut-être sous la pression des élus, le dialogue a repris entre la direction de Condat et l’Etat. « Je suis prudemment optimiste pour une solution », glisse Andréa Minguzzi qui ne veut pas pour autant s’avancer plus. Rendez-vous d’ici une quinzaine de jours.

Online UA Air Max 97 Undefeated Black Grey Green Red Sneakers Sale, Discount UA BASKETBALL Online