Fil info
22:48International : L’Aquarius veut repartir « au plus tard fin juillet » -> https://t.co/L6bzOStr2v
22:46International : Trump-Poutine : un face-à-face de détente -> https://t.co/Tx4pilXpwv
19:30Région : Avec la mort de l’auteur des faits l’enquête est close -> https://t.co/RX3HdkC3HV
18:32Châteauroux : Sur la voie de l’harmonie avec l’aïkido et les arts martiaux -> https://t.co/BEqnD9GWNZ
18:15Argenton-sur-Creuse : L’AIDAD en recherche d’employeurs -> https://t.co/xng5F78M5P
17:59Indre : A Buzançais, tous européens ! -> https://t.co/xjPbeSRNoG
17:38Bergerac : Victoire des Bleus, parenthèse populaire mais pas amnésique -> https://t.co/LeWCMKAIee
17:34Lubersac : 120 jeunes rugbymen en stage sous le soleil -> https://t.co/WzR5wotPmv
17:25RT : Spéciale dédicace aux identitaires https://t.co/IlqKvbKYQl
17:25RT : ⚠️RETWEET⚠️ MERCI LES BLEUS! Merci de RT cette photo, Pif souhaite retrouver cet homme et lui offrir un abonnement!… https://t.co/qOQHFcXvUt
17:23RT : ⭐️⭐️ https://t.co/4tsbd32l8E
16:29Dordogne : Régressions et destructions -> https://t.co/WN0Ju0syrZ
16:06 des connards de fêtards footeux ont tué et blessé plusieurs personnes
15:59Corrèze : 80.000 € d’aides pour Créa Commerce en Haute-Corrèze -> https://t.co/H3Zug9HPfE

La chèvre à cou clair attend plus de reconnaissance

Quand Jonathan Crogier et Pauline, son épouse, tous les deux originaires du Nord, ont débarqué à la ferme de La petite Ménardière avec leur caravane, ils ne s’attendaient certainement pas à tomber  amoureux des lieux et de la chèvre à cou clair.  
« Nous sommes arrivés ici par hasard en provenance de l’Ile de la Réunion et la coïncidence a fait, que nous avons rencontré M. Doyelle le propriétaire de l’élevage, qui vendait son bien. Ainsi nous avons racheté l’affaire en 2015, explique Jonathan Crogier.  Ce fut un choix et cela me tenait à cœur de continuer ce que faisait M. Doyelle pour la chèvre à cou clair une espèce menacée dont il ne reste que 200 spécimens dont une centaine dans l’Indre autour de cinq éleveurs ».
La chèvre à cou clair serait le résultat d’un croisement entre les chèvres Berrichonnes et les chèvres mantelées importées de Savoie et présente dans le Berry depuis les années 1900. Elle a fait partie des petits élevages caprins avant d’en être écartée au profit d’autres races plus productives. Menacée de disparition elle ne doit sa survie que grâce à une poignée d’éleveurs passionnés. Les protecteurs de cette race créent en 2001, l’association pour le renouveau de la chèvre Cou clair du Berry (ARCCB) pour travailler à sa reconnaissance officielle. En ce sens une pérennisation et une augmentation des effectifs sont une priorité. Afin de faire connaître cette chèvre au plus grand nombre, des inventaires des animaux et des éleveurs possédant des Cou clair ont été  répertoriés. Au fil des années, l’association s’est rapprochée du Parc naturel régional de la Brenne, de la ferme caprine des Ages et du lycée agricole public du Blanc. Elle adhère aussi à l’Union pour les Ressources Génétiques du Centre (URC) qui n’est autre que Le Pôle BioDom'Centre.
L’association ARCCB a pour mission d'intégrer la biodiversité domestique locale dans l’économie régionale. Ses objectifs se définissent en cinq types d’actions : accompagner, informer, représenter, former et rassembler. A cet effet l’association répond à la demande de nouveaux éleveurs afin de créer de nouveaux points d’élevage sur le Berry. Elle favorise au maximum les échanges de reproducteurs et souhaite dès maintenant se diriger vers une gestion des accouplements afin d’éviter au mieux la consanguinité. En 2017 Jonathan Grogier est devenu le président de l’association.
L’association s’inscrit en 2017 pour le Prix national de la Fondation du patrimoine pour biodiversité animale.» Son but est d’apporter un soutien aux initiatives de préservation de races domestiques animales françaises à faibles effectifs. Un trait d’union entre l’Homme, son territoire et le monde domestique. Ce prix vient souligner l’intérêt qui est porté au patrimoine vivant et naturel.
Un prix de 20 000 euros en signe d’une
reconnaissance
Le résultat, non connu à ce jour, permettra à l’association retenue de participer au Salon de l’agriculture. Une récompense qui apporterait plus de reconnaissance à la chèvre Cou clair.
Toujours est-il qu’à la ferme de la de la Ménardière, deux chevreaux sont nés cette semaine. Une aubaine pour Jonathan Crogier ce sont deux chevrettes. Elles viendront agrandir le troupeau composé de vingt-quatre chèvres et de deux mâles Cou clair.
Jonathan Crozier concle : « cette année il faut atteindre le nombre de naissances de dix chevrettes. Ce qui est bien c’est d’en posséder une quarantaine. A la ferme au classement biologique le cheptel augmente et c’est de bonne augure pour la race ».

Renseignements au 06 95 43 73 16 ou sur chevre-du-berry.e-monsite.com, courriel : couclairduberry@gmail.com

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.