Fil info
21:22Saint-Sulpice-le-Guérétois : Le travail du bois, une passion, un métier | L'Echo https://t.co/Vdq0ECnUrO via
20:52 Engendrer..
20:51 L’écologie n’a rien à voir avec tout ça !!! Vous ne savez rien de ce que peut engendré ce… https://t.co/W12hCtgkST
19:53Brive-la-Gaillarde : Solidaire est le Secours Populaire -> https://t.co/pmngsMMHRb
19:47 Le cri de soulagement du Patrimoine et de la biodiversité 🐾🌳🌍
19:08Indre : 258 millions d’euros pour un an -> https://t.co/3qu1tQJEnK
18:12Plus que jamais Président des Régions de France… https://t.co/cwZ8G394sk
17:52Dordogne : Le parti socialiste compte sur ses valeurs pour retrouver des couleurs -> https://t.co/x71S0Ovl7u
17:49Beynac-et-Cazenac : Déviation : le cri de colère des entreprises -> https://t.co/uEmRSQEDBv
17:28RT : Les agents des finances publiques ont protesté à Tulle contre 17 suppressions de postes en https://t.co/TebYxVnJE7
17:20RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
17:10Périgueux : Nouvelle saignée aux impôts -> https://t.co/fIsU0LOw5Y
16:54Sarlat-la-Canéda : A vos agendas 2019 -> https://t.co/hXvkLBbxtE
15:57RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
15:53Marsac-sur-l'Isle : Un salon de passionnés à l’ambition régionale -> https://t.co/PYalTw0ytJ
15:37Mérigny : Les seuils de l'Anglin arasés cette année -> https://t.co/UnmtKOBc0c
15:32Indre : Le photovoltaïque au centre des vœux -> https://t.co/xqPyrT2nf2
15:26RT : Pour conquérir le numérique, « La Marseillaise » a un besoin vital de votre soutien https://t.co/zsWebVd2tu
12:18Tulle : Hôpital : une cérémonie des voeux sous tension sociale -> https://t.co/MUlPtOjG5U
10:54Vœux à la population de Jean-Paul Grador et partage de la galette, à l'Auditorium Sophie Dessus à ven… https://t.co/a6Hwqcn7ZX
09:01Région : La situation du Brésil, on en débat à et à https://t.co/EetKPkHqOb
08:45🎒 Sainte-Feyre dans la est le village à découvrir dans . & Benoît Ligneau vous y att… https://t.co/i6xP2PXGsk
07:54France : Don du sang, une fréquentation en dents de scie -> https://t.co/tMk4rjPMwH
07:51 débat -Claude Leblois - -Vienne : Le oui mais du conseil départemental au grand débat -> https://t.co/2unGKm8epg
07:49France : Deux temps pour échanger sur la "fascisation" au Brésil -> https://t.co/FYn44xEO10
07:45Région : Métier : chirurgien du livre -> https://t.co/YnXfbNkbiB

Deux zones pour stationner deux amendes pour sanctionner

Depuis le 1er janvier, il est du ressort des municipalités de fixer le montant des «amendes» en cas de non-paiement (ou de dépassement du temps) de stationnement. à Limoges, il ne change qu’en hyper centre, passant de 17 à 25 euros.

Si la municipalité a choisi de ne pas augmenter les tarifs des horodateurs, il va coûter huit euros de plus à l’usager en infraction en hyper centre.
Depuis le début de l’année, en cas de non-paiement de son stationnement sur voirie, la loi prévoit que les automobilistes ne s’acquittent plus d’un procès-verbal (PV) mais d’un forfait post-stationnement (FPS). Désormais, chaque municipalité est libre de fixer le montant de ce forfait.
50 euros dans certains quartiers parisiens, 60 euros dans l’agglomération lyonnaise, «Limoges s’est situé au mieux que la municipalité pouvait se situer» remarque Rémy Viroulaud, adjoint au maire chargé des questions de stationnement, de voirie et de circulation. Il explique qu’en cas de non-paiement sur l’une des 4.500 places de la zone tempo (rues périphériques à l’hyper centre), le montant de l’amende (17 euros) reste inchangé. En revanche, la douloureuse grimpe à 25 euros lorsqu’on se retrouve en infraction en zone rapido (hyper centre), dans laquelle 1.000 places sont disponibles. «On reste dans une fourchette très basse» abonde l’élu qui tient a préciser que «le but du FPS n’est pas de trouver un financement municipal, comme on l’entend souvent».
L’élu justifie alors que «le montant des amendes (1,6 million d’euros) à l’échelle du budget de la Ville (210 millions d’euros) est vraiment dérisoire», précisant bien que les recettes des contraventions sont «fléchées». Autrement dit, ces dernières servent «à des équipement destinés à renforcer la sécurité au niveau de la circulation qu’elle soit automobile, cycliste ou piétonne. C’est par exemple avec cette somme qu’en 2017 on a terminé les travaux des voies piétonnes en centre-ville ou qu’on a amélioré l’éclairage public». Le choix de passer à 25 euros pour une amende de stationnenement en hyper centre porte avant tout l’objectif d’une   «meilleure rotation des véhicules afin d’avoir des places disponibles en permanence. Cela devrait éviter les voitures qui restent plusieurs jours».
quelques nouveautés    
Désormais, si l’usager a simplement dépassé le temps imparti, le montant déjà réglé sera soustrait du forfait post-stationnement dont il devra s’acquitter. Prenons l’exemple d’un automobiliste qui a déjà payé 2 euros en zone rapido. En cas de contravention pour dépassement du temps, il devra s’acquiter d’un FPS de 23 euros (25 euros d’amende moins 2 euros du ticket). à cette fin, il faut noter que la saisie systématique de la plaque d’immatriculation sur l’horodateur est nécessaire. Il suffit simplement de bien lire les instructions sur l’écran de l’horodateur et de se laisser guider. Un pavé tactile permet en effet de ren-trer sa plaque d’immatriculation ce qui permet aux usagers de bénéficier également de temps de gratuité (cf. encadré ci-dessus).
Pour Rémy Viroulaud, cette augmentation des contraventions en zone rapido devrait donc rester anecdotique, sachant que «le Limougeaud a l’esprit civique et [qu’]il est plutôt respectueux des règles de stationnement». Pour preuve, il cite une étude réalisée par un «organisme neutre» qui montre que «65% des usagers interrogés s’acquittent de leur stationnement, ce qui est d’ailleurs un très bon chiffre». L’élu remarque également qu’«il y a très peu de contestations, ce qui [lui] fait dire que les gens ont majoritairement un comportement civique».
Au sujet du champ de Juillet qui s’est bien vidé depuis qu’il est devenu payant, l’élu se montre optimiste : «Il n’est pas impossible que les futurs travaux de la place de la République régénèrent son utilisation (...) Il va se remplir progessivement, j’en suis convaincu». Quoi qu’il en soit, Rémy Viroulaud assure qu’avec le «nombre de places de stationnement confortable dont dispose Limoges», il n’est donc pas prévu «dans les mois qui vont suivre, d’étendre les zones payantes».