Fil info
01:11 DESDE SALUDOS A Y A TODOS LOS COMPAÑEROS LUCHADORES DE… https://t.co/FZrMHxRNmM
23:17Dordogne : FO pénitentiaire prêt à rejoindre la convergence des luttes | L'Echo https://t.co/txBydPUZxh via
23:11Basket : Les dés sont jetés -> https://t.co/S9nwin3FrL
23:09Football : Et Mboné surgit… -> https://t.co/dHlUp7oKmN
19:34Châteauroux : La rectrice auprès des tous petits -> https://t.co/X4UdYiXwuo
19:32Indre : La couveuse : un dispositif qui a fait ses preuves -> https://t.co/KeDoShBSY7
19:31Châteauroux : Des travaux à la résidence des Rives de l’Indre -> https://t.co/hoFMaELL8E
18:52RT : Bugeat : Projet innovant vs désolation ! -> https://t.co/S2YWwfe4Ly
18:36Bugeat : Projet innovant vs désolation ! -> https://t.co/S2YWwfe4Ly
16:41Saint-Barthélemy-de-Bellegarde : Le pastolarisme en exemple -> https://t.co/WTVlHIibwi
16:29Sarlat-la-Canéda : Vers de nouvelles modalités de collecte -> https://t.co/LKSm8QZgRn
15:14RT : Les salariés de Carrefour se battent pour une revalorisation de leurs salaires : « On ne vit pas, on survit »… https://t.co/u0GCFAwa2q
15:07Dordogne : FO pénitentiaire prêt à rejoindre la convergence des luttes -> https://t.co/fHGJLF3bLu
15:06Périgueux : La permanence du député Philippe Chassaing vandalisée -> https://t.co/DFIpWtOj4F
15:00Dordogne : Un bol d’air financier pour la Semitour qui veut voir plus loin -> https://t.co/8U8VMDUtrp
14:58Dordogne : L’école pour tous les enfants -> https://t.co/0aqEHYICp3
14:32Bergerac : Cheminots et retraités s’invitent à la permanence En Marche -> https://t.co/XINzPaf5J6
13:56Vous souhaitez devenir partenaire du ! Contactez nous via Gael Champier ou Michel Bremont https://t.co/42ZRHT1UBH
11:08Bergerac : CAB : les deux points de hausse fiscale définitivement entérinés -> https://t.co/6s7DbBAq0r
11:05Mérinchal : prévention du risque routier et aide à la conduite Le département de la Creuse, la conférence des finan… https://t.co/qMg9uuj0K1

Un idéaliste pas dupe qui «aime» le cœur et les yeux grands ouverts

Jeudi à 20h au centre culturel Jean-Gagnant, Jules présentera ses nouvelles compositions avec un EP en 7 titres intitulé «Nos vedettes», accompagné par le Vilain Orchestra.
Plus de 200 dates de concerts au cours des trois dernières années, Jules a choisi de construire sa carrière en passant par la scène.
Depuis trois ans, le voilà en tournée avec le Vilain Orchestra, un pari osé pour un jeune artiste. Sept  musiciens sur scène, des cuivres, des chœurs… Bref, la fête !
Jules a évolué, s’est frotté au public et aux médias un peu partout en France. L’EP «Nos Vedettes» (Abacaba / Musicast) commercialisé, enregistré avec sa fidèle équipe et mixé par Maz (No One is Innocent, Bénabar…) est à l’honneur pour la tournée.
Auteur, Jules est d’abord un chroniqueur d’exception du quotidien cueillant les mots et les comportements du  jour pour mieux en restituer la poésie intemporelle. Ses chansons sont des hymnes à la vie, à l’humour, à la dérision d’un quotidien qui pourrait bien nous engloutir, mais non, au final tout s’arrange. De beaux moments de gouaille et de tendresse, Jules aime raconter des histoires à l’image de son dernier album «Le sale gosse».
Ses chansons croquent en instantanés criants de vérité des femmes d’aujourd’hui.
Car les femmes sont la source d’inspiration de Jules, son passé, son présent et son avenir de prédilection. Idéaliste mais pas dupe, il les aime les yeux grands ouverts et le cœur indulgent.
«T’es chiante» est une attendrissante ôde amoureuse à une sacrée emmerdeuse. Dans «Elle court», une femme moderne s’épuise à prouver sa liberté dans un tourbillon infernal.
Dans «Reste pas toute seule» se dessine le portrait doux-amer d’une jeune femme partagée entre indépendance désirée et solitude difficile.
«Si tu le crois pas» est un tableau qui met en évidence les inhibitions qui empêchent les amitiés homme-femme de devenir des amants.
«Ma p’tite fille de gauche» épingle avec une acide gentillesse les stéréotypes castrateurs de la bonne conscience de gauche.
Et puis... il y a «Ma vieille». Emotion pure. Larmes rafraîchissantes.
Avec ses complices du Vilain Orchestra, Jules captive par son jeu de scène…
Une vraie maîtrise du phrasé vocal et instrumental qui le laisse libre de se consacrer à ce qu’il préfère par-dessus tout : le show.
Une écriture de sale gosse talentueux, des rythmes enflammés, des refrains chantants, la recette parfaite pour faire éloge à la chanson française.
A 20h jeudi 8 mars au CCM Jean-Gagnant.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.