Fil info
19:59 Bonjour, nous avons besoin d'aide pour pour faire perdurer notre activité agricole et jeunesse en… https://t.co/NPgbuZnDLm
19:54Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu | L'Echo https://t.co/g54y0Fn9iA via
17:42Sarlat-la-Canéda : Une carte de fidélité pour gagner des clients -> https://t.co/MdoHAav653
17:40Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu -> https://t.co/EjKrGjFVOk
17:39Château-l'Évêque : Fusion : le manque d’informations pointé du doigt -> https://t.co/ZMYE5pKqY6
11:07Bergerac : Un nouveau souffle au sein de l’union locale CGT -> https://t.co/0EnwmjpZeC

Etape réussie avant le 22

Le défilé du 1er Mai à Limoges a rassemblé 3 500 personnes selon les syndicats, 2 100 pour la police. Un beau cortège en tout cas, dans lequel les luttes du moment ont fait corps.

CGT, FSU, UNEF avaient lancé un appel commun pour ce défilé du 1er Mai. Mais dans le cortège, on a aussi vu des drapeaux de l’UNSA et de la CFDT.
C’est donc un beau défilé qui a animé les rues de Limoges hier matin, alors que le muguet fleurissait sur tout le parcours.
Les cheminots, en lutte depuis le 3 avril maintenant, étaient là, en intersyndicale à l’image de leur action.
Côté privé, on remarquait aussi des salariés de Madrange : «On est là pour le 1er Mai et ce qu’il représente, pour la défense de l’emploi, des salaires et des conditions de travail. On s’inscrit dans toutes les luttes, on est solidaires» expliquait Roland Cabirol, délégué CGT de l’entreprise.
«J’espère bien que ça va coaguler, ça ne serait pas pour me déplaire» lançait une retraitée à sa voisine de manif.
Devant, les étudiants brandissaient leur banderole «fait main» «Vidal, t’es pas vitale», petit message à la ministre de l’enseignement supérieur Frédérique Vidal. Dans la sono, résonnait une chanson de Renaud «Mistral Gagnant», quelque peu revue sauce «Macron Gagnant».
Les agents de la santé affichaient la couleur sur leur gilet rouge et jaune suivis de ceux de l’Energie.
«Un 1er Mai, notre syndicat se doit d’être présent et nous serons là encore le 22 mai pour la journée nationale de la fonction publique» expliquait Thibault Bergeron du SE-UNSA. Même analyse du côté de la CFDT : «on se voyait mal, par rapport à nos militants et sympathisants, ne pas être là» confiait Jean-Christophe Bayard, secrétaire de l’UD-CFDT. «Et puis, le contexte est là» ajoutait un militant.
Oui, il y avait bien un esprit de rés-istance dans ce cortège où toutes les luttes en cours étaient mêlées, rassemblant toutes les générations. «Le 1er mai, c’est l’occasion de poursuivre la lutte engagée pour l’augmentation des salaires et pensions, la protection sociale, le service public et des garanties collectives de haut niveau» lançait au micro, devant la préfecture, Christophe Tristan (FSU) s’exprimant ainsi au nom de l’intersyndicale.
Intersyndicale qui d’emblée, en cette journée qui est aussi dédiée à  la paix, a tenu à condamner «l’intervention en Syrie de la «triple alliance»» opérée sans mandat de l’ONU, en ignorant le droit international.»
Ce qui est à suivre n’est pas réjouissant
Une journée qui a été l’occasion de dénoncer les réformes ultralibérales qui s’amplifient en France. «Après la loi travail, les réformes de l’assurance-chômage et de la formation professionnelle, la loi relative à l’orientation et à la     réussite des étudiants, Macron vient d’annoncer pour 2019 son projet de réforme des retraites (privé-public) en un système unique qui aboutirait une nouvelle fois à une baisse des pensions» abondait Christophe Tristan. Et on sait que la réforme ferroviaire sert de voiture-bélier pour faire passer toutes les autres qui s’inscrivent dans la même veine.
Rien d’étonnant donc à ce que ce 1er Mai ait maintenu le cap.
 

Prochains rendez-vous
Les syndicalistes l’ont rappelé : la prochaine grande étape sera le 22 mai, journée d’action nationale dans la fonction publique.
Mais il y a aussi, ce jeudi 3 mai, la manifestation des cheminots qui partiront de la gare des Bénédictins à 10h, avec les agents de l’Energie et les étudiants pour se rendre à la préfecture.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.