Quand l’apprentissage fait sens

Lundi, dans le cadre de la 3e Semaine des langues vivantes, les 150 élèves de l’école élémentaire Marcel-Madoumier à Limoges participaient au premier «school british day» porté par 14 professeurs et conseillers académiques.

Cet événement s’inscrivait dans le cadre de la 3e édition de la Semaine des langues vivantes portée par l’Education nationale en direction des écoles du territoire, sur la base du volontariat. Le fruit d’une réflexion menée depuis novembre par 14 intervenants, soit l’ensemble des professeurs de l’école Madoumier renforcés par deux professeurs d’anglais des collèges du secteur, Calmette et Maurois, et quatre conseillers académiques.
Répartis en équipes par niveaux, les élèves ont mis à profit leurs connaissances en anglais lors d’ateliers pédagogiques très ludiques animés par des professeurs très impliqués dans leur tâche : lunch box, marchande, jeu de cour/ultimate, lectures d’albums, visionnages de vidéos en anglais, storytelling, fabrication de blasons, jeux de plateau... «On a passé une journée vraiment amusante dans l’équipe Golden Sheep, on a appris plein de choses en anglais, les aliments, les monuments célèbres, Big Ben, The tower bridge, Buckingham Palace... ça va nous aider pour l’évaluation, car nous arrivons bientôt en 6e,et aussi quand on ira en Angleterre...» racontent Mahawa et Inès, élèves de CM2.
Une initiative pour faire prendre conscience à tous les élèves ainsi qu’à leur famille, de l’intérêt et de l’importance de développer des compétences en langues vivantes.
«C’est un temps fort qui vient concrétiser le travail mené tout au long des années scolaires, valoriser les langues vivantes et la diversité linguistique. Pour souder un collectif, partager, échanger, coopérer, communiquer, se connaître, la langue est fondamentale.  Ici, dans cette école au carrefour de plusieurs langues, plusieurs histoires et identités, il est intéressant d’aller voir comment concrètement les élèves et professeurs travaillent et apprennent les langues et assurent la continuité de cet apprentissage de niveau en niveau» souligne Jacqueline Orlay, inspectrice d’académie de la Haute-Vienne. Des compétences acquises à raison d’une à trois heures de cours chaque semaine. «On s’est tous mis autour de la table pour réfléchir au contenu des ateliers à mettre en place en parallèle de la progression des enseignements» précise Marie Romain-Broussaud, enseignante en classe de CP.  En amont, toutes les classes ont travaillé les couleurs, la shopping list,  appris à se présenter en anglais».  «L’anglais, c’est une autre manière d’enseigner,  ludique et coopérative. Cette journée donne du sens à nos apprentissages. Et ça fonctionne, car on a vu participer des enfants qui d’habitude n’osent pas s’exprimer en français. C’est aussi une journée pour fédérer l’équipe enseignante et l’ensemble de l’école dans l’intérêt de nos élèves» poursuit-elle.
«L’objectif était également de créer un lien «autre» avec les familles au travers d’un moment de loisir hors des convocations et temps institutionnels» conclut Cécile Karati, la directrice de l’école. Des parents présents en nombre au moment de la chorale, qui ont généreusement abondé le tea-time de clôture, où leurs gâteaux et gourmandises ont été appréciés à belles dents.
I.H