Fil info
21:33RT : Élections européennes : en Dordogne, les premiers résultats tombés donnent tous le RN en tête. Mauvaise soirée...
20:10RT : Tulle : bureau Latreille À où a voté François Hollande. Résultats : LREM 88 voix ; RN 65 voix ; PS 59 voix... Derr… https://t.co/mb1zchRGEP
19:54Châteauroux : Les lauréats Escapages désignés après une année de folles lectures -> https://t.co/L0Vj5HGXEk
19:49Châteauroux : L214 alerte sur le poids climatique de la viande -> https://t.co/tOeR7S7USK
19:47Le Blanc : Système de santé : chronique d’un « désastre annoncé » -> https://t.co/7zFDM3eJQx
19:45La Châtre-Langlin : Les « vieilles grands-mères » font recette -> https://t.co/ALcryrABfA
18:52Périgueux : Le climat a besoin du ferroviaire -> https://t.co/0m4H9LPq7M
18:49Périgueux : 220 Périgourdins ont défilé pour défendre l’avenir -> https://t.co/dmol3fv1uf
16:49 En espérant qu'ils ont rempli leur devoir de citoyen avant !
15:12Corrèze : Le tourisme à la mode virtuelle -> https://t.co/ETYmnaKlXZ
14:10 Toujours, toujours ✌️✌️
14:01 Il est sérieux monsieur le maire
12:43Élections européennes : le taux de participation à midi en Dordogne est de 25,06 % (contre 19,59 % en 2014 et 16,44 % en 2009).
06:30[Revue de Presse] Ça se passait comme ça à … Procès : les salariés n’ont rien oublié ! De p… https://t.co/SH46Xxvdal
00:31[Europe] Homologues danois reçus par l'école hôtelière du Périgord ! 👉 https://t.co/byHmj6wWCM

Les policiers démantèlent une escroquerie de vin et de foie gras

La police de Limoges vient de démanteler une organisation à l’origine de multiples escroqueries au préjudice de viticulteurs français.

Au terme de plus de 18 mois d’enquête, les policiers de la brigade financière de la Sûreté Départementale de Limoges ont élucidé une affaire d’escroquerie montée aux dépens d’une vingtaine de viticulteurs répartis sur l’ensemble du territoire français, dont le préjudice a été évalué à près de 2.325 bouteilles. L’affaire commence par la découverte de Vinogusto, une société spécialisée dans

l’achat de spiritueux, qui démarchait des viticulteurs. Cette société faisait acheminer les bouteilles par transporteurs jusqu’à Limoges, où un Limougeaud âgé d’une cinquantaine d’années, servant d’intermédiaire, avait été spécialement recruté pour réceptionner les colis et les acheminer à un second intermédiaire. Les producteurs de vin n’étaient jamais payés. C’est l’une des victimes, qui a dénoncé la supercherie et permis l’identification et l’interpellation de ce Limougeaud en novembre 2017. Il avait alors été placé en garde à vue, permettant ainsi aux policiers de la Brigade financière de la Sûreté Départementale de recueillir quelques déclarations sommaires du mis en cause, mais surtout de procéder à des exploitations techniques. Les premières vérifications ont démontré que Vinogusto, la société acheteuse, était une société fantôme et que le gardé à vue était en lien direct avec au moins deux autres personnes, susceptibles de jouer les rôles de seconds intermédiaires. Le Limougeaud avait été libéré le lendemain et l’enquête s’est poursuivie sous le contrôle du parquet de Limoges.

Après plusieurs mois d’enquête, les policiers sont parvenus à identifier une vingtaine de viticulteurs victimes de la société Vinogusto et ont estimé le préjudice à 2.325 bouteilles (soit un montant de près de 20.000 euros).

En juin 2018, le Limougeaud a de nouveau été interpellé tout comme l’un de ses complices (un intermédiaire). Lors des perquisitions effectuées au domicile de l’un d’eux, 150 bouteilles de vin, dont certaines, par leur étiquette, correspondaient exactement à celles obtenues frauduleusement par la société Vinogusto, ont été saisies. Lors des auditions, les deux suspects ont fini par reconnaître les faits.

La suite des investigations a débouché sur l’identification du commanditaire de cette escroquerie, à l’origine de la création de la société fictive Vinogusto. L’intéressé résidait dans une petite commune de la banlieue de Rouen. Les enquêteurs limougeauds sont allés sur place et ont procédé avec le concours des enquêteurs de la Sûreté Départementale de Rouen, à l’interpellation du mis en cause en novembre dernier.

Lors de ses auditions, et devant les preuves accablantes accumulées par les policiers limougeauds, le chef de file de cette escroquerie a avoué. La perquisition à son domicile a permis de mettre en lumière une autre escroquerie, les enquêteurs ont mis la main sur 203 bocaux et conserves de foie gras. Cette découverte surprenante a donné lieu à l’ouverture d’une procédure incidente, traitée par les enquêteurs de Seine-Maritime. La garde à vue a été levée pour permettre l’exploitation des éléments de preuve découverts au domicile du mis en cause.

A l’issue des investigations, le mis en cause rouennais s’est vu notifier cette semaine une convocation pour répondre de ses actes devant le tribunal correctionnel de Limoges au mois d’août, tout comme ses deux complices limougeauds.