Fil info
21:32Bergerac : En décidant d'un hommage durable aux Justes, la maire Daniel Guarrigue met les points sur les "i" -> https://t.co/l7qk57TWJA
21:09Peyrignac : Un beau projet d’AMAP à Peyrignac -> https://t.co/s5Szc2YIjW
20:52Châteauroux : Une danse pour intégrer la 3e année du NID ballet junior -> https://t.co/XQ7infn1xi
19:58Châteauroux : Réunion du Petit-Valençay : du public malgré la pluie -> https://t.co/jQQ0vWmBFM
19:53France : Réunion du Petit-Valençay : du public malgré la pluie -> https://t.co/hRF78l7L2M
19:42Lamothe-Montravel : Une grande fête pour le bonheur de mener des combats communs -> https://t.co/ZoyvPWRGmD
19:12La Châtre : Les « Arts en fête » expose cinq artistes -> https://t.co/LfVI79S5pF
19:09Valençay : Commémoration du tragique 16 août 1944 -> https://t.co/xHOmgJf1hG
19:09Périgueux : La ville peinte sous tous les angles -> https://t.co/3Q8IWDnJvy
18:17Nailhac : De nouvelles intronisations à la Confrérie de la noix -> https://t.co/Yj3zOBW3Vi
18:12Journiac : Univerland : un nouveau concept de jeux -> https://t.co/frSlUoGKr9
16:06Périgueux : Il fait payer son mal-être aux policiers -> https://t.co/Q60pJL3nVN
10:32Mussidan : On n'appelle pas sa copine "petite", même par SMS -> https://t.co/5iO2csQ3xU
05:36Bergerac : Dandinement jusqu'à Périgueux -> https://t.co/XJFptXY8oF

En grève pour dénoncer la précarité de leur situation

Éducation

Hier les animateurs du péri-scolaire et de l’extrascolaire du service de la direction jeunesse de la mairie étaient en grève. Organisé en collectif, les animateurs, épaulés par la CGT, ont décidé d’informer le grand public des conditions de travail et de traitement dont ils font l’objet. Fabrice Majric, animateur et directeur adjoint du centre de loisirs de Landouge, explique, au nom du collectif, les raisons de ce mouvement de grève : «sur les 400 animateurs, seuls une quinzaine ont été titularisés à la suite du mouvement de grève de 2015. Les autres ont tous des contrats précaires». Selon les grévistes les salaires, selon le type de contrats, sont dans une fourchette comprise entre 250 euros à 1150 euros pour ceux qui ont la chance de faire à la fois du préscolaire et de l’extrascolaire (vacances et mercredi). Les contrats sont faits en fonction des besoins, du coup, même s’ils sont constants, les animateurs sont en contrats saisonniers ou d’accroissements temporaires d’activités, certains depuis bien trop longtemps à leur goût. Les animateurs doivent à chaque nouvelle mission signer un nouveau contrat pour assurer un encadrement pour les vacances ou autres, sans aucune assurance d’être renouvelés. «On doit assurer la sécurité des enfants qui sont sous notre responsabilité, mais nous, nous n’avons ni sécurité de l’emploi, ni salaire décent. On a l’impression de ne pas avoir d’avenir dans ce métier et cela n’incite personne à travailler dans ces conditions», estiment les grévistes. Ils ajoutent, «si on travaille les mercredis en faisant 10h, nous ne sommes payés que 6 h, on fait donc 4 h de bénévolat et en prime, les jours fériés ne sont pas pris en compte». Considérés comme des contractuels, certains sont donc en situation de précarité, alors même qu’ils travaillent. A titre d’exemple, Stéphanie cumule deux emplois en plus pour pouvoir joindre les deux bouts.

Le préavis de grève a été déposé le 6 mai dernier. Les animateurs sollicitaient une rencontre avec les responsables de leur service. La demande étant restée lettre morte, ils ont donc décidé d’un rassemblement hier matin devant la mairie. Ils ont finalement obtenu une entrevue l’après-midi même afin de faire valoir leurs nombreuses revendications. Les animateurs veulent notamment que leurs contrats soient remis le jour de la rentrée scolaire, au plus tard. «Il est fréquent de n’avoir son contrat qu’après la rentrée. L’an dernier par exemple, il manquait 40 animateurs à la rentrée, la situation s’est régularisée, mais le jour de la rentrée beaucoup d’animateurs n’avaient pas leur binôme». Outre cette demande, les animateurs souhaitent un plan de titularisation des CDD au bout de deux ans maximum, là où les postes répondent à un besoin constant, comme ils veulent que toutes les heures travaillées soient rémunérées etc. «Le collectif a fait le tour des animateurs pour recenser les revendications, car nous ne voulons pas nous substituer à leurs attentes». Cette grève était aussi l’occasion de rappeler à la population que les animateurs qui s’occupent du bien-être des enfants sont souvent précaires.

A noter que le préavis de grève court encore aujourd’hui (voir ci-dessous).

Fatima Azzoug

Légende photo: La grève a été suivie par 30% des personnels du périscolaire.  

Nike Free Run+