Fil info
23:15 Le label tant convoité, qui a valu au une en… https://t.co/QhS9yRWBon
23:04Périgueux : Salué, le Sans Réserve se rassure sur son avenir -> https://t.co/yhRaS6ZL31
21:22Périgueux : Un piéton renversé en centre-ville -> https://t.co/8t76Xiyzij
18:10Mauzac-et-Grand-Castang : Début d'incendie près de Bergerac : les occupants arrachés à la fumée -> https://t.co/7tcCB10HkM
16:45RT : Bonjour , ça vous fait quoi d'être le seul président qui gaze des manifestants pour le climat ? La… https://t.co/rj5HnrwV0g
15:56RT : Belle mobilisation à Limoges ce matin pour le climat https://t.co/TTcLacPahg
15:53Brive-la-Gaillarde : Images positives sur grand écran -> https://t.co/DKRqbSSLxC
14:53Périgueux : (VIDÉO) "Si, on va aller vers la désobéissance civile !" -> https://t.co/JidZh8UPlH
14:19Belle mobilisation à Limoges ce matin pour le climat https://t.co/TTcLacPahg
13:55RT : Lano, magnifique taureau du gaec Camus père et fils, prix de championnat mâle au National limousin à Périgueux
13:06Périgueux : Périgueux célèbre l'agriculture de la Dordogne -> https://t.co/5fpJgOVP1B
08:27# # - : Toques et porcelaine, du bon dans du beau -> https://t.co/BQvyq28tFL
08:24-Claude Leblois Guérin - -Vienne : Pour Jean-Claude Leblois, pas question de stopper les proj… https://t.co/ezOrFnoJve
08:18# # - -Vienne : Hercule : c’est non ! -> https://t.co/e7w2guEo85
08:14Région : La petite mercerie dans la prairie -> https://t.co/ffLySXtqCC
08:10Région : La compagnie Chalair Aviation prend son envol à Limoges -> https://t.co/pcKku41F2g
08:00Flaugeac : L'accident en entraine un autre -> https://t.co/PWqKwDDpEB
07:52Environ 100 employés de contraints de quitter leurs postes le tps de l'intervention des… https://t.co/fXgSrtUkpH
07:45Sarlat-la-Canéda : Evacuation de Coloplast : une centaine de personnels impactés -> https://t.co/05fXYLpC0G
06:58 Au service juridique qu'elle a créé au "en voit des vertes et des pas mûr… https://t.co/J8eO32naJw
06:51Périgueux : Nadia Zrari, l'ange gardien du SDIS 24 -> https://t.co/FYbUXgwLgh

Deux Africains en formation au commissariat

Sécurité

L’un est originaire de Guinée, l’autre du Niger. Cela fait maintenant six semaines que Ibrahim et Ansoumane sont à Limoges dans le cadre d’un stage d’application. Une parenthèse destinée à leur faire appréhender les différentes missions réalisées sur le terrain par la police nationale et ainsi parfaire la formation de dix-huit mois qu’ils suivent dans l’école supérieure de police de Cannes-Ecluse en Seine-et-Marne.

Une formation ouverte aux pays étrangers puisque, dans la promotion d’Ibrahim et Ansoumane, ce sont quinze auditeurs étrangers venus d’Afrique mais aussi d’Equateur, d’Indonésie, du Brésil, de Chine..., qui bénéficient de l’enseignement made in France en matière de sécurité publique.

Ibrahim, un Nigérien de 41 ans dont 14 ans de service dans la police, a principalement travaillé dans le domaine des renseignements généraux. Aujourd’hui inspecteur, il escompte bientôt passer au grade de capitaine. A Limoges, il explique avoir pu découvrir «tous les services opérationnels avec des fonctionnaires disponibles et accueillants. C’est une très bonne expérience.» S’il reconnaît que son pays «s’inspire du modèle français», il remarque également que la police française dispose de «plus de moyens s’agissant notamment de l’investigation.»

Même constat pour Ansoumane qui travaille depuis 5 ans à la police guinéenne où il dispense des cours de déontologie. Lui indique qu’en Guinée, «ce sont souvent les victimes qui préfinancent les recherches et les coupables qui remboursent ensuite.» Et puis, il y a «le facteur respect des droits qui est plus marqué ici. En Guinée il y a peu d’avocats, de médecins et donc les procédures ne sont pas les mêmes.»

Que ce soit en Guinée ou au Niger, nos deux élèves officiers ont également pu se rendre compte des différences en terme de maintien de l’ordre, notamment pour les manifestations non autorisées. Mais en Afrique comme en France, les deux policiers notent que les cortèges sont bien souvent infiltrés d’éléments perturbateurs avides d’en découdre avec les forces de l’ordre ou de profiter des attroupements pour voler dans les commerces ou commettre des exactions. Autre point commun, la réaction de la population vis à vis des forces l’ordre. «Evidemment quand la police interpelle des malfaiteurs, tout le monde applaudit, explique Ibrahim. Mais à la première occasion, on ne se gêne pas pour la remettre en cause.»

 

Photo: Ansoumane et Ibrahim ont été très bien accueillis à Limoges et profitent au maximum de leur séjour au commissariat.

Nike Kyrie 5