Fil info
21:47 Un fait'div ! Vous ne vous sentez plus à Limoges...
20:36Périgueux : Juste "une pension digne du travail effectué" -> https://t.co/WJfjd1lZNU
20:29Le Blanc : Concert exceptionnel du chœur Mikrokosmos à Saint-Génitour -> https://t.co/NGRUEp7bS2
20:26La Châtre : La gauche se positionne et élabore dix propositions -> https://t.co/QVKtmmPuHT
20:22Châteauroux : Le nouveau quartier sur le site des 100 000 Chemises prend forme -> https://t.co/3YLUgPgWbG
20:19France : La question des enjeux alimentaires fait son cinéma -> https://t.co/FNy0X1qgvB
19:24Boulazac : Face à face poids-lourd-voiture : un mort et un blessé grave près de Périgueux -> https://t.co/JbGEj2ICby
19:19Périgueux : Pour l’égalité des parents devant la loi -> https://t.co/HrDXS6XflH
17:35🛑 en cours près de , route de Buxerolles à . Une voiture serait sur le toit, les pompiers… https://t.co/w8pRkLy9wh
17:00RT : Jusqu'à ce soir, venez profiter de l'ambiance conviviale et gourmande de la 47e édition de la Frairie des petits ve… https://t.co/AvYoXrK1ER
16:44RT : Sarlat-la-Canéda : Des inquiétudes partagées par les professionnels de santé -> https://t.co/KJMIm8TvxW
16:44RT : Jusqu'à ce soir, venez profiter de l'ambiance conviviale et gourmande de la 47e édition de la Frairie des petits ve… https://t.co/AvYoXrK1ER
16:43RT : Viam : Des câbles de fibre optique vandalisés -> https://t.co/USG2IZ4mxU
16:42Jusqu'à ce soir, venez profiter de l'ambiance conviviale et gourmande de la 47e édition de la Frairie des petits ve… https://t.co/AvYoXrK1ER
16:40Sarlat-la-Canéda : Des inquiétudes partagées par les professionnels de santé -> https://t.co/KJMIm8TvxW
16:38Perturbations en Limousin aujourd'hui dans la circulation des trains, après le droit de retrait observé par les che… https://t.co/zH6DyVFLAa
16:35Périgueux : Le Zéro risque, une culture -> https://t.co/WWnBdnpQYh
16:34Viam : Des câbles de fibre optique vandalisés -> https://t.co/USG2IZ4mxU
16:29RT : Maurice Papon qui, faut il le rappeler, aura dans sa vie mis successivement les juifs dans les trains et les arabes… https://t.co/figlLMjJD1
14:03Si le maire de persiste avec pour SON projet ce dernier risque d’ê… https://t.co/sutXSicJhC
10:33RT : Saint-Geniez-ô-Merle : Une zone blanche, des tours, un pylône et des explications -> https://t.co/3Z8jUmvacO
10:12Périgueux : Les Trios de Beethoven pour ouvrir la saison Sinfonia -> https://t.co/Le9FUNFHN9
09:49Bel avenir pour le projet Montaigne 😰 https://t.co/U7y9KWCdPu
09:20# # - -Vienne : Olivier Gouéry présente ses «Paysages intérieurs» à la Galerie Obia -> https://t.co/8IM67ZoIXs
09:17# # - -Vienne : Une incroyable collection d’émaux de Limoges aux enchères à Nîmes -> https://t.co/ti1z7sLQYA
09:14# # - -sur-Vienne : Bruno Genest brigue un nouveau mandat -> https://t.co/sTJa2T01Au
09:12France : A Léon-Blum, «on cherche plus à transmettre des valeurs que des connaissances» -> https://t.co/dZlpbUZfLG
09:10Région : Le festival Les Zébrures a posé les bases d’un nouveau projet -> https://t.co/WIaJasnWHL
09:07Région : Journée Mondiale du Refus de la Misère, une braderie gratuite pour 200 familles en situation de précarité… https://t.co/jhJuAG4rgw
09:04Région : "Au bord du r^ve", de nouvelles peintures pour la façade du Secours Populaire de Limoges -> https://t.co/h7Y6IHhA3t

Basketteuse certes mais pas que...

Portrait

Native des Alpes, Cyrielle Recoura, dès l’enfance, montre une aptitude certaine pour le basket. A 13 ans, comme la majorité des grands sportifs, elle quitte le cocon familial. Direction,   le Pôle Espoir basket-ball à Voiron, structure de référence pour l'entraînement des jeunes athlètes. «J’étais en internat avec d’autres sportifs, ceux pratiquant le badminton, le tennis de table. L’ambiance était géniale. Les classes étant aménagées, il n’y avait quasiment que des sportifs au lycée. On finissait les cours à 15h pour pouvoir s’entraîner. Au final, cela ressemblait presque à une colonie de vacances».
La formation en basket de la jeune sportive dure dix ans. Ses études parallèles : un bac S. «J’aimais beaucoup les maths», suivi d’une classe prépa et d’une école d’ingénieur. Autres centres d’intérêt de Cyrielle, les voyages et ses dépaysements. Son rêve : partir vivre à l’étranger. La dernière année de ses études d’ingénieur, elle transforme ce rêve en réalité et part pour le Canada, à Toronto pour un an. A l’université, devinez quel sport elle pratique ? Vous l’aurez trouvé sans aucun problème bien évidemment : le basket !
Retour en  France, obtention de son diplôme d’ingénieur en informatique et mathématiques appliquées. Mais voilà, même avec ce bagage universitaire conséquent, la jeune femme n’a qu’une ambition : continuer le basket. «On vit notre passion, c’est précaire, on ne sait jamais quand ça va s’arrêter et on en profite donc à fond».
Le club de basket de Voiron ayant fermé suite à des problèmes financiers, Cyrielle Recoura est recrutée par le LABC de Limoges. Elle a 23 ans.

LIttérature

Parallèlement à ses études, la jeune femme a toujours été fascinée par la littérature. A l’âge de 15 ans, dans sa période polars, elle s’essaye une première fois à l’écriture, en anglais. Elle se lance dans des recherches sur le système judiciaire aux Etats-Unis. Mais la tâche est ardue pour une adolescente et elle abandonne vite. A 18 ans, en vacances en famille, elle reprend la plume et pose, cette fois, la trame d’un roman. Elle en commence l’écriture, mais études et sports sont déjà très prenants, et elle met entre parenthèses la rédaction de l’ouvrage. A Limoges son «métier» de basketteuse lui laissant plus de temps, elle reprend son ouvrage et va jusqu’au bout de ce qui va devenir «Carrousel», ouvrage paru en auto-édition en mars 2015. Une histoire féminine. Continuant sur sa lancée, elle collabore également au magazine Stemp, pour lequel elle effectue des interviews de personnalités, une première expérience journalistique. «Pourquoi ne pas continuer dans la voie du journalisme après le basket, une carrière sportive n’allant guère au-delà de trente ans ?». Et les maths et l’informatique dans tout ça ? «L’informatique et les maths ne me passionnent plus. J’adorais les maths mais au final en faire un métier... Je me suis rendu compte qu’étant très sociable, il me serait très dur de rester devant un ordinateur sans voir et sans parler à personne. Quand on arrête le sport, il est très difficile de rentrer dans la vie courante. J’ai connu des émotions très fortes qu’on ne retrouve pas dans le monde profane. Dans le basket on n’est pas coupés du monde. On vit en groupe : un entraînement tous les soirs et deux ou trois matins par semaine, on passe tous nos week-ends ensemble pour jouer. Quand on sue ensemble, des liens se nouent forcément. Il est très difficile de revenir à une vie considérée comme normale».
Avant d’arrêter définitivement le basket, Cyrielle aimerait pouvoir exercer son art, à nouveau à l’étranger...
Mais avant cela un projet plus immédiat pour elle : la sortie de son prochain ouvrage qu’elle espère pouvoir nous faire découvrir l’année prochaine.

Zoom Lebron XV 15