Fil info
21:29Périgueux : Une voiture brûle, un jeune homme renseigne les policiers -> https://t.co/CiAjFPCadm
19:41Saint-Aulaye : Mettre un vent au projet -> https://t.co/9Tj1pTfnuZ
19:35RT : Bonjour j’aimerais attirer votre attention sur le fait que nous sommes mercredi et que j’ai déjà été c… https://t.co/e62DxwbWIr
19:14Déols : Top départ pour les as de la haute voltige aérienne -> https://t.co/BXtcb4Vf5b
19:08RT : Toile sous les étoiles : projection gratuite du film "Pentagon papers" jeudi soir au parc des bords de vienne, bass… https://t.co/l6ju3QFv4g
19:08RT : Toile sous les étoiles - Concert gratuit à partir de 19h demain soir au parc des bords de vienne https://t.co/HZV79p3VWj
19:06RT : Et photo souvenir. Alain Damasio a l'assaut. https://t.co/egfLiTDIoB
19:06RT : Et quel public, concentré, attentif, et partageur de témoignages forts. Comme ce gilet jaune du Mans, racontant les… https://t.co/HRt7dMlTTb
19:06RT : Normalement à 20h fait un reportage sur les maires qui ont pris un arrêté anti Glyphosate. Je devrais y… https://t.co/vsNmomDyBQ
18:54RT : Le 21 août 1944, fut libérée de l'occupation. Les maquisards, menés par Georges GUINGOUIN, entrent dans la… https://t.co/wtMDSuv4Sx
18:54RT : En direct de la place des Carmes, commémoration du 75e anniversaire de la libération de , en présence de Jé… https://t.co/7zn4fE10Jo
18:32Last days on Arte on replay... After you will be able to see the cinéma version in theaters in the fall !… https://t.co/PCbmhU6ODk
16:33Le Pêchereau : DARC au Pays pescherellien : la musique déconcentrée -> https://t.co/OxWsjzOrBy
16:16Sarlat-la-Canéda : Du changement à la tête de la Compagnie de Sarlat -> https://t.co/ryHDUWIoUS
15:35Bergerac : L'opposant s'était suspendu à une grue, son jugement, à la question de la légalité du chantier -> https://t.co/MgQmcvlhiu
11:13Brive-la-Gaillarde : Pour une solidarité sans faille -> https://t.co/tB8DB6piSH
11:09Sport : Tour du Limousin, 117 coureurs répartis pour une édition très ouverte -> https://t.co/C8k5h1oW9e
10:46RT : J'ai eu la chance de le voir en avant-première en présence des gars de au forum des images à Paris. Ce doc de… https://t.co/lwhZ7FqZMo
10:46RT : Merci Mme le Président de porter à l’Elysée la voix de tous ces Barreaux mobilisés pour la défense de Nasrin SOTOUD… https://t.co/z07SnDCLin
07:40# # - -Vienne : La Cuisine de Conso ouvre demain -> https://t.co/5NphMhDRbH
07:39Bergerac : Un air d’étuve… moins chaud qu’à Périgueux -> https://t.co/2DXHKI7AVf
07:36# # - -Vienne : Collège de Nantiat: vers une optimisation des services -> https://t.co/JoRxhQCICL
07:31Région : Check In Party : décollage imminent -> https://t.co/6G6U5FTknu
07:29Région : Confolens, plus d’un demi-siècle de fête -> https://t.co/acbiPVpmy9

Gignac 2017, un très grand cru

Festival Ecaussystème

7 000 personnes le vendredi soir, plus de 13 000 le samedi, autant le dimanche soir, le festival écaussystème qui s’est déroulé à Gignac, dans le Lot, a été pour ses 15 ans d’existence un très grand cru, tant pour la fréquentation que pour la programmation.

Il faut dire que l’association est désormais bien rôdée et qu’elle peut s’appuyer sur plus de 600 bénévoles qui ne ménagent pas leurs efforts pour que ce festival se déroule dans les meilleures conditions possibles.
Et on l’a encore vu en ce dernier  week-end de juillet, la prairie du Touron (désormais propriété de l’Ecaussystème) a su accueillir cette foule cosmopolite, impressionnante qui s’est laissée porter et entraîner dans les tempos balancés par les huit groupes à l’affiche de cette édition de tous les records.
« Un air de familles » a ouvert le bal vendredi, un ensemble très festif composé de deux groupes emblématiques de la scène actuelle, les Ogres de Barback et les Hurlements d’Léo. Ensuite « Wax Tailor », ce pionner de l’électro au style si singulier a emmené les festivaliers dans un registre soul, blues et funk aux sonorités très particulières. Que dire de « Deluxe », Gignac les avait accueillis déjà en 2014 et c’est toujours un plaisir de les revoir sur scène . Porté par la chanteuse Liliboy le groupe transmet une belle énergie, un mélange funk-électro swing.
 A 2 heures du matin c’est un des trois groupes des « détours de l’écaussystème », « The Crook and the Dyland’s » et son rock folk qui a conduit les derniers festivaliers vers une nuit un peu courte. « Les Motivés », rien de tel pour se remettre dans le bain le samedi, les frères Amokrane de Zebda ont enflammé la foule avec leurs chansons de lutte, « chansons dédicacée à ceux particulièrement motivés ». La rappeuse Kenny Arkana a pris le relai, des textes là aussi très engagés, comme certains écrits : « quand Sarkozy voulait karchériser la banlieue ». Il était venu il y a deux ans, Manu Chao avec son groupe La Ventura a de nouveau fait vibrer Gignac  durant plus de  2 heures.
Le « clandestino » met toujours autant de temps à quitter la scène, il dit à chaque fois adieu et il revient... il faut presque lui dire d’arrêter mais le public toujours en redemande. Difficile de passer après mais c’est pourtant le groupe à la musique électronique « The Bloody Beetroots » qui a fini la nuit pour ceux qui sans aucun doute couchaient sur place. Retour sur la plaine du Touron dimanche soir avec la toulousaine Jain, Victoire de la musique, qui pour la première fois était accompagnée de musiciens en live. Du punk rock ensuite avec « The Offspring », un groupe légendaire californien qui a électrisé Gignac avec ses riffs de guitare et sa rythmique soutenue. De tonalités bretonnes au hard rock il n’y a qu’un pas que  le groupe « Matmatah »  a franchi pour le plus grand plaisir du public toujours aussi nom-breux. Il ne restait plus qu’à finir en beauté avec « Lord Ruby » et son rock dandy et épuré mais il était temps alors de plier bagage et de retrouver ses pénates. Faire encore mieux est ce possible ?  En tout cas l’association s’y emploie pour l’année prochaine.

Des achats de terrain en vue
Erick Buisson, l’un des deux présidents avec Jean Pierre Gardin, a confié :  
« nous allons  acquérir des terrains autour du site actuel non pas pour augmenter la jauge mais pour qu’il y ait plus d’espaces, des terrains aussi pour  le camping, construire une structure en bois pour y installer les buvettes, enterrer les réseaux... Cela va se faire petit à petit mais déjà l’année prochaine nous aurons un barnum en dur ».

Un festival en
pleine croissance
Ce festival pas comme les autres, éco-citoyen, évolue sans cesse. « A ses débuts » se souvient  Fernando Costa, le sculpteur bien connu qui a conservé son atelier à Gignac, « il se tenait près de la salle des fêtes, c’est une remorque qui servait de scène et il n’y avait qu’un stand de boisson ». Aujourd’hui il s’étend sur trois hectares, et accueille à chaque édition un plateau que peu de festivals peuvent se payer. La récolte 2017 a été en tout cas à la hauteur de l’investissement. Seul peut-être un petit bémol, les files d’attente aux toilettes sèches étaient imposantes, il faudra y réfléchir où alors ne plus vendre de pression… Mais ça, il vaut mieux ne pas y penser, il passe en un week-end plus de 500 fûts de bières…

nike air max 90 pink