Fil info
22:40 Garder la mémoire pour soutenir notre tête !
21:33RT : Élections européennes : en Dordogne, les premiers résultats tombés donnent tous le RN en tête. Mauvaise soirée...
20:10RT : Tulle : bureau Latreille À où a voté François Hollande. Résultats : LREM 88 voix ; RN 65 voix ; PS 59 voix... Derr… https://t.co/mb1zchRGEP
19:54Châteauroux : Les lauréats Escapages désignés après une année de folles lectures -> https://t.co/L0Vj5HGXEk
19:49Châteauroux : L214 alerte sur le poids climatique de la viande -> https://t.co/tOeR7S7USK
19:47Le Blanc : Système de santé : chronique d’un « désastre annoncé » -> https://t.co/7zFDM3eJQx
19:45La Châtre-Langlin : Les « vieilles grands-mères » font recette -> https://t.co/ALcryrABfA
18:52Périgueux : Le climat a besoin du ferroviaire -> https://t.co/0m4H9LPq7M
18:49Périgueux : 220 Périgourdins ont défilé pour défendre l’avenir -> https://t.co/dmol3fv1uf
16:49 En espérant qu'ils ont rempli leur devoir de citoyen avant !
15:12Corrèze : Le tourisme à la mode virtuelle -> https://t.co/ETYmnaKlXZ
14:10 Toujours, toujours ✌️✌️
14:01 Il est sérieux monsieur le maire
12:43Élections européennes : le taux de participation à midi en Dordogne est de 25,06 % (contre 19,59 % en 2014 et 16,44 % en 2009).
06:30[Revue de Presse] Ça se passait comme ça à … Procès : les salariés n’ont rien oublié ! De p… https://t.co/SH46Xxvdal

Cultiver la patience, récolter son fruit

Solidarité

À l’écart de la vie citadine, entre voie rapide et bosquet de feuillus, les pentes des Jardins du Cœur se la coulent douce... Epinards et plants de patates jaillissent gentiment de terre, dont un carré planté selon les lignes d’un cœur emblématique. Les fleurs printanières annoncent la couleur. Sous la chaleur des serres, les cucurbitacées étirent leurs feuillages. En bas, rumeur bourdonnante autour des ruches. Au-dessus, les aromates font les belles au soleil en attendant l’exhalation à la brune. Ici et là, des bacs à compost tout à leur alchimie : transformer le vert en or fertile. Ainsi va la vie végétale et animale... Tranquille. Cependant que les jardiniers s’activent pour prendre soin de ce beau monde. Résultats : la récolte pèse entre 5 et 7 tonnes distribuées dans les 16 centres des Restos du Cœur corréziens. «La priorité est donnée à la distribution. Nos salariés ne restent pas plus de 24 mois. L’objectif est de trouver du travail» estime Annie Verdier, présidente des Restos du Cœur.

Du cœur à l’ouvrage

«L’année passée les radis n’ont pas bien donné. On va les changer de place et procéder à un semis dans la zone des aromates» explique Gustave, ouvrier de production horticole diplômé, salarié aux Jardins pour apprendre les techniques de maraîchage. Originaire du Burkina Faso, Gustave entrera en formation en alternance au lycée agricole de Naves en septembre pour apprendre celle de l’élevage. Il projette de s’installer à son compte. «Si je peux participer à l’économie locale selon les méthodes de permaculture, ce sera apporter ma pierre à l’édifice face au changement climatique» confie-t-il. Pour Cyril, l’expérience des Jardins du Cœur lui a permis de «reprendre goût au travail». Ramona est «multicarte» : couture, jardinage, entretien. Son projet professionnel embrasse plusieurs savoir-faire qu’elle accomplira après la naissance de son enfant. Josina est arrivée depuis octobre 2018, elle voit le fruit de ses efforts pousser à mesure du printemps : «C’est une découverte, pour moi, c’est la première fois. J’ai semé et je vois que ça pousse ! Ça me fait plaisir, je suis ravie et fière». Joann est à l’atelier apicole.  Dix ruches ont été réinstallées cet hiver. À terme, il y en aura 15. À l’occasion des portes ouvertes, une ruche-étude permet aux visiteurs d’observer le travail des abeilles. Il a marqué la reine d’un point bleu, une opération délicate qu’il a su mener à bien. «Je connais les abeilles depuis l’enfance. Mes parents avaient des ruches. On est trois avec Cyril et Gustave à s’en occuper» précise l’apiculteur qui sera aussi conducteur d’engins : il vient d’obtenir son CASES 1 et 2.

Un levier à l’emploi

Expérimentation de semis : à la main ou au semoir ? Quelle différence ? Préparation de la terre : que faire, à quel moment ? Comment éviter l’invasion de doryphores et retarder l’oïdium ? En utilisant «les plantes amies». Des solutions à chercher, à apprendre et mettre en œuvre, des initiatives à impulser pour tenir ensemble les objectifs de récolte. Voilà qui oriente la motivation des jardiniers. «Nous privilégions la qualité plus que la rapidité. Nous avons l’amour du travail bien fait. Nous cultivons la patience et le fruit qu’elle apporte» philosophe à raison Angélique Taillé, encadrante technique d’insertion. Avec Caroline Gary, encadrante socio-professionnelle, elles sont quotidiennement aux Jardins du Cœur pour en assurer la coordination avec le soutien d’une dizaine de bénévoles. En 2018, ce sont 38 salariés qui sont venus «apprendre le fonctionnement d’un jardin». Dernièrement Laurie a terminé son contrat aux Jardins. Ses stages ont abouti à la signature de deux autres, à la ferme de La Prade, d’Allassac et celle de Bancharel à Lissac-sur-Couze. «Nous travaillons déjà en partenariat avec une quarantaine d’entreprises qui accueillent nos salariés en immersion. Nous restons à la recherche d’autres partenariats» indique Caroline Gary.
Hier, deux femmes ont rejoint l’équipe qui se renouvelle à mesure que les projets individuels  décollent. «Il y a une belle équipe en place. Un autre jeune de 20 ans  vient de partir lui aussi. La nouvelle équipe ira de 26 à 65 ans !».
Cette équipe vous accueille aujourd’hui parmi semis et plants, au cœur d’un lieu hors du commun à découvrir.

Sabine Parisot

Ce vendredi, c’est portes ouvertes !
De 9h30 à 18h, les jardiniers vous accueillent sur leur site au lieu-dit Les Combes, RD 44 pour une visite des jardins, planches potagères, planches horticoles, serres et atelier. Pensez- au parapluie et botte en caoutchouc !
Atelier apicole. Vente de plants de légumes et de fleurs au profit des Restos du Cœur.