Fil info
18:39RT : Au fait merci pour le coup de projo cette semaine. Ça nous a fait plaisir ! https://t.co/tUxoF9VjQE

Agir pour, par et avec tous

Social

Samedi les structures composant le Co.r.i.dor s’étaient installées dans la galerie commerciale d’Auchan aux portes de Périgueux pour présenter leurs actions, leurs spécificités et plus globalement l’économie sociale et solidaire (Ess). C’était aussi l’occasion d’annoncer l’ouverture de la Boutique éphémère dès ce mercredi.

L’Ess ne couvre pas un champ spécifique de l’économie, mais se distingue du secteur marchand traditionnel par les valeurs qui priment sur la production et la rentabilité.
Elle est donc très présente dans les entreprises d’insertion, ou de recyclerie. Les premières étaient représentées hier par le Château de Neuvic, ou encore l’association 3S de Coulounieix-Chamiers dont le responsable Fabrice Amblard qui était à Marsac samedi. Glissant en préambule que l’idéal, pour lui, serait que ces structures n’existent plus, par manque de personnes à insérer, il indique :
« Nous avons aussi besoin du secteur marchand classique pour prendre nos salariés en stage, voire les embaucher derrière. De plus en plus d’entreprises sont sensibilisées à ces emplois ». Mais plus la personne est restée longtemps au chômage, plus est difficile le retour à l’emploi. Non qu’elle fasse preuve de mauvaise volonté, mais l’exclusion que crée la perte d’emploi tend à renfermer, et à s’isoler de la société. On y perd donc des repères, qui sont plus ou moins longs à reprendre. Pour compliquer encore la situation, la précarité engendre souvent des problèmes de santé.
D’un côté le public à réinsérer est en progression régulière, de l’au-tre côté les citoyens commencent à percevoir que leurs choix de consommation peuvent changer la règle du jeu imposée par la grande finance, qui crée la misère, et en engrange des bénéfices galactiques. Aurélia Gil, de l’association Ricochet, basée à Neuvic-sur-l’Isle, exposait à la vente les créations des salariés, réalisées à partir de tissus recyclés. Ricochet s’est lancé dans cette activité depuis six mois, pour compléter celle de l’association intermédiaire qui est la base de sa création. Elle explique qu’au quotidien, tout le monde a à faire de près ou de loin avec l’Ess : « Quand les enfants font du sport ou de la musique par le biais d’associations, quand vous faites vos courses dans une coopérative, que vous passez par ce système pour votre assurance..., c’est de l’économie sociale et solidaire ». Idem quand on trie ses déchets, car ça permet le recyclage, souvent assuré par des entreprises de l’Ess.
Elle note que les gens s’interrogent de plus en plus sur l’origine, la fabrication de ce qu’ils achètent, et sont soucieux de savoir si ça crée de l’emploi dignement rémunéré. à l’heure où la situation s’aggrave pour de nombreuses personnes, déjà en situation de précarité ou frôlant le seuil de pauvreté, toutes ces associations se demandent comment elles vont pouvoir faire face à la problématique de tous, d’autant qu’il y en a de plus en plus qui sont éloignées de l’emploi depuis des temps qui s’allongent inexorablement. Ainsi, chez 3S, 40 % de la centaine de personnes accueillies l’an dernier pointaient au chômage depuis plus de trois ans.  Leu retour à l’emploi est d’autant plus compliqué que, même sensibilisées à la pertinence de l’existence de l’Ess, les entreprises demandent  une rentabilité que ces travailleurs ne peuvent acquérir rapidement. Un temps d’adaptation est nécessaire, mais il ne rentre pas dans celui de l’employeur. La présence de Co.r.i.dor (Collectif relais insertion Dordogne) dans la galerie marchande d’Auchan n’est pas une première, un partenariat liant les deux entités depuis maintenant trois ans pour une présence le 11 novembre, ce mois-ci étant celui consacré, depuis maintenant dix ans, à l’économie sociale et solidaire. Le collectif bénéficie ainsi de l’afflux des chalands qui envahissent l’hypermarché, et en profite pour présenter l’Ess, ses missions, ses actions, et promouvoir la Boutique éphémère qui va ouvrir ses portes mercredi à Périgueux, pour une durée d’un mois. On y trouvera de très nombreux objets originaux, des créations uniques, qui feront de magnifiques cadeaux de Noël, tout en soutenant les actions locales et l’emploi.   
Boutique éphémère, 13 place Francheville à Périgueux, ouverte du 15 novembre au 16 décembre, les lundis, mercredis, vendredis et samedis de 10 h à 18 h. Décoration, accessoires, mobilier, vêtements.

Le mois de l’Ess
Animé pendant un mois sur toute la France par le réseau national des Comités régionaux de l’économie solidaire et sociale (Cress), il permet de promouvoir cette économie et ses modes d’entreprendre en communiquant sur les initiatives et les innovations sociales dans les territoires. Il constitue la vitrine de leur diversité et de leur dynamisme, et renforce leur visibilité.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.