Fil info
20:16Indre - Apprendre à écouter les autres avec Alma 36 https://t.co/BUgpQjEEsg
20:11Indre - L’UDAF en recherche de bénévoles https://t.co/yWgotDl8yN
20:07Indre - La CGT Educ’action multiplie les critiques https://t.co/eCzm84j8Zl
20:02Indre - La CGT dépose une motion https://t.co/y1CQExaCh0
19:18Champcevinel - Vestiaires pose son sac à l’Aquacap https://t.co/v0Scd5eZgW
19:16Dordogne - La Macromania reste à la porte https://t.co/Lb45tkVbmq
19:10Dordogne - Bernard Cazeau se met en marche https://t.co/2MkXoPtOJN
19:01Région - Le sauvetage en mer depuis la terre https://t.co/GSV0eXXmPU
18:45RT : les salariés attendent toujours des avancées des négociations à Bercy. La colère monte. https://t.co/8tm4FWo19U
18:43 les salariés attendent toujours des avancées lors des négociations à Bercy. La colère monte. https://t.co/YiWExAjFfU
18:00L’antenne creusoise de Réseau Bulle, réseau national d’entraide et de solidarité aux familles et aux personnes... https://t.co/mCZuxedN8u
18:00Aubusson - La réalité de l'autisme mise en avant https://t.co/m5hLjoLDD5
17:57Le 70e anniversaire de la MGEN avait donné lieu, le 7 juin dernier à une journée particulière au sein du centre... https://t.co/9oNuN1CEIB
17:55Sainte-Feyre - Quand les personnels tiennent le premier plan https://t.co/v3Eax5fhDg
17:44Le Rugby-Club-Guéret-Creuse (RCGC) a tenu samedi matin son assemblée générale dont l’ambiance était entre le noir... https://t.co/b7Bc0gSNgU
17:41Creuse - Une assemblée générale aux couleurs du club https://t.co/OTi5dupvMR
17:34Haute-Vienne - ça démarre ce matin https://t.co/Itm3toI0w0
17:32Haute-Vienne - Les collégiens de Guy-de-Maupassant ont la main verte https://t.co/7NRNmOXPLz
17:31Haute-Vienne - Laissez circuler les caisses à savon https://t.co/QkVtwGvMmv
17:01A La Souterraine, des commerces ferment, d’autres ouvrent, certains déménagent mais restent dans la cité de... https://t.co/M2fCES3EbS
16:40 la fumée sort de partout. https://t.co/LUYlb42E5Q
16:17 les négociations tournent mal à bercy. Les salariés commencent à mettre le feu à l'usine.
16:13 les négociations tournent mal à bercy.... Les salariés haussent le ton et commencent à mettre le feu à… https://t.co/nY0ezoElaG
15:46Argenton-sur-Creuse - En attendant le cinquantenaire... https://t.co/5UWPd7XSkK
12:12RT : Corrèze : Orages et grêle dans le ciel ce mardi -> https://t.co/4MNS0z2q28
12:11La Creuse en vigilance «orange orages» dès 18h. Les orages s'accompagneront de violentes averses, de fortes rafales de vent et même de grêle
09:08Dans notre édition aujourd'hui : - Toujours pas d'inflexion nette pour les chiffres du chômage. - Région : Juste... https://t.co/mtFNewiJk0
23:49La une du Mardi 27 Juin 2017 https://t.co/FpvD5bl2Mi

La troupe «Bat de l’aile» ou la culture en milieu rural

Ils sont moins de dix sur scène mais une trentaine dans les coulisses pour faire tourner les ailes du moulin : leur pari est de faire vivre le théâtre à la campagne.

Leur siège social, c’est à Meuzac, un petit village entre la Haute-Vienne et la Corrèze. Ils ont monté la compagnie « La troupe qui bat de  l’aile », il y a quelques années, et le 11 mars, ils présentaient la première de leur programme 2017. Au menu, deux pièces d’environ 60 minutes chacune, un spectacle de deux heures écrit, mis en scène et produit par eux-mêmes.
En première partie, pudiquement baptisée « Libérées d’entre ciel et terre », en réalité la tentative    d’évasion de deux pensionnaires d’une EPHAD (établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes, ou maison de retraite). Personnages principaux Lulu et Jackie, deux «vamps» empruntées à la télévision dont les rôles féminins caricaturés sont interprétés par Frédéric et Sébastien, les deux piliers de la troupe. Pour leur apporter la réplique Aurélie et Lindsay qui jouent les rôles de l’aide soignante et de l’infirmière. Cette première partie a beaucoup emprunté aux «Restos du cœur» dans le choix de la mise en scène, du décor et des costumes mais aussi du chant et de la musique... Et un des points forts de la soirée est sans doute le tour de chant de Lindsay, l’infirmière aussi à l’aise dans le répertoire de Céline Dion que de Jacques Brel, et c’est sous un tonnerre d’applaudissements qu’on a atteint l’entracte.
Une salle des fêtes comble
A noter que la salle des fêtes locale avait fait le plein samedi après-midi et qu’elle affichait complet pour la deuxième séance du soir.  Un beau succès de la culture et du théâtre en milieu rural, surtout par cette journée ensoleillée qui incitait à la balade, et malgré la télé qui proposait le tournoi de rugby des 5 nations.
La deuxième partie du spectacle était encore plus ambitieuse. Elle était bilingue (langue limousine et français). « Bat de l’aile » est une troupe labellisée occitane, et ce   label « OC » est sans doute unique. Frédéric et Sébastien sont encore les piliers dans les rôles du cantonnier José (et là, on retrouve l’influence des municipaux » des Chevaliers du fiel)... Le cantonnier et son rotofil sont sans doute plus convaincants que le policier chanteur imprudemment baptisé Jean-Jacques Halliday. Pour la   réplique, une gendarmette jouée par Lindsay et une secrétaire du maire interprétée par Aurélie. Le thème « Le mystère de la statue » est l’enquête policière sur le vol d’une statue d’église au XVIIe siècle. L’idée est intéressante de mêler la langue limousine (celle du cantonnier et celle du policier chanteur) et la langue française (celle de la gendarmette et de la secrétaire). Il aurait sans doute fallu que les dialogues soient plus vraisemblables et pratiqués entre les locuteurs masculins (experts en langue limousine) en laissant aux locutrices féminines l’usage et la compréhension de la seule langue   française. Si Fred et Sébastien sont aussi percutants qu’ils l’avaient été en 1ère partie, Aurélie et Lin-dsay sont moins bien servies.     C’était aussi la 1ère séance de la tournée 2017, et on était en période de rodage. C’est sans aucun doute la mise en scène, et la bonne utilisation du dialogue bilingue qui devront être revues... mais répétons-le, l’ambition de promouvoir la culture théâtrale mais aussi la langue limousine est un pari audacieux. « Bat de l’aile » a bien joué dans le registre des « Restos du cœur », il ne reste plus qu’à mettre les « Chevalier » au diapason.
Jean-Marie Chalifour

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.