27 + 1 élève = deux classes en milieu rural

Education

La rentrée à l’école de Monceaux-sur-Dordogne a donné lieu à un exercice de mathématique réussi sur le fil du rasoir... Une deuxième classe a été rouverte grâce à l’arrivée d’un élève sorti du chapeau !
Il fallait au minimum 28 élèves pour qu’une nouvelle classe soit rouverte à l’Ecole de Monceaux. C’était la promesse faite en janvier dernier par  l’inspecteur d’académie après l’annonce de la fermeture d’une classe. Cette nouvelle n’avait pas été du goût des élus de la commune et des parents-d’élèves qui avaient mené de nombreuses actions pour sauver leur école rurale.
La fermeture d’une classe était pour eux la mort lente et inexorable de l’école à court terme. Alors hier matin lors du comptage des élèves en présence de l’inspecteur Eric Sauvezie, une certaine tension était palpable.
Deux gendarmes étaient même en faction à l’extérieur de l’école.
L’addition des petites têtes commence et malheureusement le nombre d’élèves s’arrête à 27 !  
«On est encore trop nombreux pour une classe et pas assez pour deux. C’est incohérent» lâchait un parent-d’élève en colère.
Et comme à la fin d’une tragédie grecque, un deus ex machina a changé l’ordre des choses.
Un conseiller municipal a annoncé l’arrivée imminente d’un élève en provenance d’une commune voisine. Sa famille cherche à s’installer sur Monceaux depuis plusieurs mois. Vers 10h, le compte était bon à son arrivée en forme de soulagement général.  
La deuxième classe va rouvrir dans la foulée avec l’arrivée d’une nouvelle institutrice.
«On a eu un gros coup de pouce du destin. Ce n’était pas gagné. ça récompense la mobilisation, des mois et des mois d’efforts pour sauver cette école car ça nous tient à cœur que les enfants travaillent dans de bonnes conditions. ça valait le coup de rester positif et vigilant. C’est une réussite» se réjouissait  le conseiller municipal en charge de l’école Vincent Arrestier.

Serge Hulpusch

Nike React Element 87