Fil info
10:37Mercredi, Alain s’est levé un quart d’heure avant minuit. Comme d’habitude. Il a claqué quelques bises à… https://t.co/KQgcm8Sc1I
21:49Très nombreux avec notre maire Vincent Millan pour défendre notre territoire de mobilité https://t.co/gCKHfA1Hga
20:16 Rétablissons les faits réels : a publié une image de cette cérémonie.

« La France, elle est énervante »

Pour sa deuxième soirée, Festiv’en Marche accueille ce vendredi soir Melissmell en duo avec le pianiste Matu. On l’a découverte en 2010 avec son titre Aux Armes. En 2016, elle a sorti son troisième album, L’Ankou. Rencontre avec une artiste engagée.

L’Echo - On va vous découvrir à Mouhet dans une formule piano-voix...
Melissmell - Oui, nous avons fait une sélection de vingt-cinq chansons issues de mes trois albums que nous avons réarrangées. Je compose mes chansons guitare/voix, mais pour la scène, je trouve que le piano offre plus de possibilités. Et puis c’est magique un piano sur scène ! Le cadre intimiste que nous propose le festival nous convient donc parfaitement.
Parlez-nous de votre pianiste qui a longtemps joué avec Mano Solo, l’une de vos influences...
Il s’appelle François-Régis Matu. Je voulais absolument travailler avec lui, il a quelque chose de très spontané. C’est lui qui a arrangé le disque Mes années sombres de Mano Solo. Il a travaillé sur mes trois albums et depuis 2012, on tourne en formule piano-voix. Cela permet de continuer à faire des concerts après la tournée qui suit la sortie d’un album. On vend peu de disques, les concerts sont donc le moyen le plus sûr de gagner sa vie et de pouvoir continuer à avoir le statut d’intermittent.
Vous diriez que vous faites de la chanson engagée, contestataire ?
De la chanson consternée !
De quoi se nourrisent vos chansons ?
De la société, de l’humain, des paradoxes de l’humanité. J’écris et je fais aussi appel à des auteurs, du moment que l’œuvre est belle et qu’elle embellit le monde !
En 2012, dans le titre Bleu Marine, vous chantiez : « La France tu me fatigues ». Elle vous fatigue toujours la France ?
Oui, elle est énervante, les moutons, c’est énervant. Tous ceux qui courent après le fric, qui en veulent toujours plus, ce qui accroît la pauvreté. Avec Macron, c’est tout pour le fric !
En avril 2017, vous aviez soutenu la candidature de Jean-Luc Mélenchon...
Il fallait bien se positionner. À ce moment-là de la campagne, il y avait encore Macron, Fillon, Le Pen. Alors que je suis plutôt anarchiste, je me suis positionnée pour que la gauche gagne du terrain. Mais je crois qu’on n’arrivera pas à évoluer dans une société où règne la hiérarchie, je crois plutôt dans une société où chacun prendrait ses responsabilités.
Vous suivez l’actualité ?
Oui, de très près. Je suis abonnée à Médiapart. Je regarde aussi comment BFM-TV manipule l’opinion. Les grands médias télévisés, ce sont eux aujourd’hui qui sont le plus à même de porter tel ou tel au pouvoir.
Qu’est-ce qui vous a mis en colère récemment ?
Il n’y a pas une journée où je ne suis pas en colère ou consternée. Par exemple, les prisons ne devraient pas exister telles qu’elles sont, elles sont connectées au rien, au vide, cela ne fait qu’aviver la délinquance. Il faudrait remplacer les prisons béton par des prisons pédagogiques et ne pas mélanger tous les détenus. Le nombre de suicides aussi, ça me révolte ! Il y a trois fois plus de gens qui meurent suite à un suicide que dans un accident de la route et je ne comprends pas pourquoi on ne fait pas plus dans ce domaine. Le problème, c’est cette société qui ne sait pas être plus fraternelle avec elle-même, elle tue, elle ne fait pas vivre.
En 2011, vous avez connu un gros succès avec le titre Aux armes. Vous disiez avoir peur d’un succès feu de paille. En 2018, vous êtes toujours là...
Oui et c’est un soulagement, ça veut dire qu’on a vendu assez d’albums pour que notre maison de disques renouvelle nos contrats. Je travaille actuellement à l’écriture du prochain album.
Recueillis par J-M Desloges

Ce soir à 20 h 15 à la grange Fernand Maillaud à Mouhet (ouverture des portes à 19 h 45). En première partie le lauréat du concours « Chanson de paroles ». Tarifs : plein 12 e et réduit 9 e, gratuit moins de 10 ans.

Cheap Air Jordan 1-001