Fil info
18:31RT : de grâce donnez nous le numéro SIRET de La Souterraine Industrie » cette société n’est pas inscrite au registre de commerce !

Agents, élus et habitants interpellent le Président sur l’avenir de la trésorerie

Social

Hier, une manifestation avait lieu devant le bureau de Poste de Mussidan où des délégués syndicaux et des élus ont été poster des cartes pétitions à l’attention d’Emmanuel Macron.
Ce sont plus de 2 000 qui ont été signées par des habitants et des élus et postées hier pour dire non à la fermeture de la trésorerie de Mussidan annoncée le 23 juin dernier. Une initiative intersyndicale à laquelle participaient des délégués syndicaux de la Cgt de Fo et Solidaires. « Il s’agit pour nous de façon symbolique de demander au Président de la République le maintien du service public en milieu rural », explique Philippe Gory, représentant la Cgt Finances Publiques.
Un acte symbolique qui s’inscrit aussi dans la journée d’action de grève dans la fonction publique qui se déroule aujourd’hui, « puisqu’au-delà des questions des statuts, du point d’indice et de la rémunération il sera aussi question du maintien des services publics en milieu rural. Et l’ensemble des agents des Finances publiques de Dordogne sera demain (aujourd’hui) dans le cortège derrière la banderole  Non à la fermeture de la trésorerie de Mussidan, pour mettre en avant la destruction du maillage territorial telle que souhaitée par le Président de la République ».
Les syndicats gardent toujours l’espoir que cette fermeture soit annulée, « la décision officielle n’a pas été encore prise puisqu’un comité technique national doit se réunir d’ici la fin de la semaine. On espère donc que cette action permettra d’infléchir la décision de fermeture car on sait qu’il y a un flottement au plan national des annonces de fermeture. Mais on nous avait annoncé le 1er janvier 2018 pour la date de fermeture, donc nous comptons sur le soutien des élus, notamment celui de Stéphane Triquart, le maire de Mussidan et des conseillers départementaux. Nous devons également rencontrer de nouveau Germinal Peiro au mois de novembre lors du vote du budget du conseil départemental. Mais nous réfléchissons d’ores et déjà à d’autres actions avec la population et les élus dont une autour du péage de l’autoroute. Nous réfléchissons à toute forme d’action », précise Philippe Gory. Les syndicats, la population et les élus sont dans la lutte permanente depuis l’annonce de cette fermeture le 23 juin. « Et nous avons le soutien de tout le monde sauf celui du représentant de l’État Monsieur Poggioli (directeur départemental des Finances publiques) qui malgré tous les arguments des élus au niveau économique et social refuse de revenir sur cette décision personnelle », conclut Philippe Gory.
Philippe Jolivet

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.