Fil info
19:39Dordogne : La Région fait état des travaux réalisés dans les lycées cet été -> https://t.co/IZrXIN6pIf
15:11RT : A dérouler pour ne pas oublier qu'il y a des "journalistes" (qui servent plus la soupe qu'autre chose....) et des… https://t.co/sjW76fq6yX
15:10RT : Une foule de plusieurs milliers d'opposants au G7 a entamé à Hendaye une marche de quatre kilomètres vers Irun, de… https://t.co/PVO9VLe2n0
14:46Bergerac : Si le sas du bar discothèque n’était pas surveillé, l’entrée, si… et bonjour la dérouillée -> https://t.co/CMvnxHSrKa
13:50RT : utilise une loi "antiterroriste" pour empêcher un journaliste militant allemand de couvrir le contre… https://t.co/VQUtiOmz7j
13:50RT : La fête du Bois de la Croix Rouge en mode banquet autour des fameuses farcidures avant la poursuite des festivités. https://t.co/A4ORvCj9Ht
13:49RT : Brive-la-Gaillarde : Le petit commerce is not dead ! -> https://t.co/ZJMbZxtHmr
13:16La fête du Bois de la Croix Rouge en mode banquet autour des fameuses farcidures avant la poursuite des festivités. https://t.co/A4ORvCj9Ht
11:26Brive-la-Gaillarde : Le petit commerce is not dead ! -> https://t.co/ZJMbZxtHmr
07:28France : Façon canicule jusqu’à Périgueux -> https://t.co/ezfk0oCtNH
07:27# # - : Payer pour stationner ou comment se prendre la tête -> https://t.co/QChwZhUyRk
07:27# # - : Payer pour stationner ou comment se prendre la tête -> https://t.co/SEUDBqk9HM
07:19# # - -Vienne : Liaison Limoges-Poitiers: des opérations d’aménagement en cours d’étude -> https://t.co/kkHAjvLRbf
07:14France : D’importants travaux débutent lundi -> https://t.co/1SH5xI7j8w
07:06Région : Près de 400 cavaliers en lice à Pompadour -> https://t.co/v61HQKUKwp
06:55Castels : Un gîte du Périgord Noir ravagé par le feu -> https://t.co/Iz0fpC1sK2

Ni payés ni considérés

Social

Hier les surveillants pénitenciers du centre de détention de Neuvic ont bloqué les portes de l’établissement. Ce mouvement, lancé par Force ouvrière (Fo) pénitentiaire se voulait à la fois un soutien à leurs collègues de Condé-sur-Sarthe, et un message à l’adresse de l’administration.

Ils le crient depuis des années, mais aujourd’hui ils veulent plus que jamais se faire entendre des dirigeants, pour obtenir, enfin, les moyens de travailler dans des conditions dignes, afin de s’occuper correctement du difficile public qui leur est confié.
« On nous considère toujours comme des matons, qui matent et qui frappent ».  Thierry Dumonteil délégué départemental et régional de Fo pénitentiaire, n’a pas l’habitude de mâcher ses mots, et hier n’a pas fait exception à la règle. Alors que, « le métier est en perpétuelle évolution », il remarque que l’administration l’affaiblit en ne prenant pas les décisions qui s’imposent. « On n’arrive pas à recruter » regrette-t-il. « Nous demandons le passage en catégorie B, pour que nos salaires soient alignés sur ceux des policiers. Actuellement, en début de carrière, nous gagnons 150 euros de moins qu’eux par mois ». Preuve selon lui que le métier est tout sauf attractif, « lors du dernier concours, 70 % des inscrits ne se sont pas présentés ». Pourtant, selon lui, cette profession est mal connue, et mérite plus de considération. « Nous sommes les pompiers de l’âme. Notre mission progresse dans la façon de la réaliser, mais nous évoluons sans moyens. Et comme le recrutement est très bas, certains jeunes n’ont pas encore les compétences d’analyse des situations, et cela peut poser des problèmes ». Il donne un exemple précis : « quand un détenu vient de recevoir une mauvaise nouvelle, nous nous montrons assez conciliants. S’il s’énerve et nous insulte, ce qui peut arriver, on ne fait pas de rapport d’incident ». Cette attitude bienveillante, rendue nécessaire par la situation, n’est pas inscrite dans les manuels, et les nouveaux entrants dans la profession se montrent parfois trop rigoristes, créant de fait un sentiment de détresse, voire d’injustice chez le détenu. Dans ces structures qui s’apparentent souvent à des poudrières, savoir calmer une situation en faisant preuve de compréhension et d’humanité peut se révéler indispensable.  « Le but est que les prisonniers passent leur peine convenablement. C’est d’ailleurs le souhait de la majorité d’entre eux. Et nous, ça nous permet de travailler sereinement. Tout le monde s’y retrouve. Les détenus sont plus calmes, et nous disposons donc de plus de temps à leur consacrer pour les renseigner en cas de problème avec les mandats, pour cantiner... » glisse le délégué Fo, qui plébiscite le module respect, mis en place à Neuvic et qui concerne 85 détenus sur les 343 de l’établissement. « C’est un super outil, mais on ne nous donne pas les moyens matériels pour que ça avance, alors qu’il a fait ses preuves ». Ainsi, il a dû se fendre d’une lettre à la direction inter-régionale pour que soient achetées trois tables de ping-pong. « On va nous acheter des gilets pare-la-mes » raille-t-il, « alors que les attaques au couteau se portent sur la gorge ».  Ce que demandent les surveillants, relayés par Fo, c’est d’être équipés « de pistolets à impulsion électrique pour l’encadrement, pour éviter les problèmes, notamment avec ceux qui sont dans une furie folle, pour les situations exceptionnelles, et surtout pour un usage dissuasif ». C’est pourquoi ces équipements ne seraient à disposition que de l’encadrement, afin que leur rôle de prévention prenne le pas sur un usage pouvant être mal maîtrisé.

Reçus par le député
Une délégation sera reçue vendredi par Philippe Chassaing, pour évoquer les revendications, des établissements spécifiques pour les détenus dangereux, qui ne sont pas forcément des radicalisés, des pistolets à impulsion électrique, et le passage de tous les agents de catégorie C en catégorie B, « afin qu’il les fasse remonter au-delà de la ministre de la Justice ».

The 13th Version UA Yeezy Boost 350 Turtle Dove, the perfect version