Fil info
19:59 Bonjour, nous avons besoin d'aide pour pour faire perdurer notre activité agricole et jeunesse en… https://t.co/NPgbuZnDLm
19:54Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu | L'Echo https://t.co/g54y0Fn9iA via
17:42Sarlat-la-Canéda : Une carte de fidélité pour gagner des clients -> https://t.co/MdoHAav653
17:40Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu -> https://t.co/EjKrGjFVOk
17:39Château-l'Évêque : Fusion : le manque d’informations pointé du doigt -> https://t.co/ZMYE5pKqY6
11:07Bergerac : Un nouveau souffle au sein de l’union locale CGT -> https://t.co/0EnwmjpZeC

La vue impactée par le diabète

Santé

Dernièrement une opération de dépistage de la rétinopathie diabétique était organisée à la maison de santé pluridisciplinaire de Nontron. Une quinzaine de personnes du secteur s’étaient inscrites pour profiter de cette opération, organisée par la Caisse primaire d’assurance maladie (Cpam) et l’Agence régionale de santé (Ars).

Le diabète est une maladie qui se traite mais ne se guérit pas, et qui peut être à l’origine de pathologies associées, dont la rétinopathie.
Sous ce vocable sont regroupées toutes les affections touchant la rétine, et la rétinopathie diabétique (atteinte des yeux : œil et rétine) est une grave complication du diabète qui touche 50 % des patients diabétiques de type 2 (voir ci-dessous), comme Alice qui est venue à la maison de santé pluridisciplinaire effectuer un dépistage. âgée de 69 ans, elle a appris il y a six mois qu’elle souffrait du diabète. Il y a deux mois, elle recevait un courrier de la Msa l’invitant à se rendre à Nontron pour ce dépistage, et son mari l’a emmenée de leur domicile d’Etouars jusqu’à la ville sous-préfecture. « On ne m’avait jamais dit que le diabète pouvait avoir des répercussions sur ma vue » confie-t-elle.  
Si elle a profité de cette opportunité, c’est que cet examen, qui doit être réalisé par un orthoptiste et lu par un ophtalmologue, n’est pas couramment effectué car les délais d’attente pour obtenir un rendez-vous avec un ophtalmo en Dordogne sont de plusieurs mois. Et quand on vit en zone rurale, où la désertification médicale est une réalité, ce genre d’exercice n’en est que plus compliqué. Pour pallier ce problème l’Agence régionale de santé et les organismes de protection sociale, la Cpam et la Mutualité sociale agricole (Msa) ont mis en place un système de dépistage itinérant. Expérimenté en Périgord noir en 2014 avec l’appui du Centre d’examen de santé, il s’est depuis étendu et l’an dernier, 15 séances ont été proposées dans autant de communes. Premier département de la Nouvelle-Aquitaine à bénéficier de cette expérience de télé-médecine, la Dordogne compte environ 8 600 personnes de moins de 70 ans atteintes par le diabète, dont 43 % n’ont pas passé ce dépistage depuis au moins deux ans. Ce sont ces derniers qui ont été ciblés pour cette opération comme l’explique Nathalie Verdier, responsable à la Cpam de la coordination de ce dispositif. « Notre service médical a fourni le fichier des patients concernés, à qui on envoie une lettre d’information pour les avertir de cette opération, en leur disant de se rapprocher de leur médecin traitant pour obtenir une ordonnance et de prendre rendez-vous à la Msp. On prévient aussi tous les médecins du secteur » indique-t-elle. L’innovation de ce dispositif  tient dans l’utilisation de la télémédecine. En effet l’orthoptiste venu de Périgueux pour assurer ces rendez-vous à Nontron, Damien Champarnaud, a réalisé les clichés de fond d’oeil qu’il a ensuite transmis électroniquement au médecin ophtalmologue pressenti, lequel les interprète et envoie son diagnostic au médecin traitant. En offrant au patient un accès de proximité, mais aussi plus rapide, cette opération doit permettre d’améliorer le taux de dépistage de la rétinopathie diabétique et de réduire les complications évitables par une prise en charge précoce des patients diabétiques qui en seraient atteints. La télémédecine est aujourd’hui présentée par les pouvoirs publics comme le remède contre la désertification médicale, puisqu’elle permet des consultations à distance, ce que d’aucuns estiment n’être qu’un pis-aller. Elle est déjà utilisée en cardiologie, désormais pour la rétinopathie diabétique.

Deux types de diabète
Le diabète peut être héréditaire ou génétique, et se déclare souvent pendant l’enfance ou l’adolescence. Les personnes en souffrant doivent se traiter quotidiennement à l’insuline. On dit alors que c’est un diabète insulino-dépendant, de type 1. Le diabète de type 2, aussi appelé
« diabète de la personne âgée », se déclare beaucoup plus tard, au troisième âge, et provient souvent d’une alimentation trop riche ou déséquilibrée.

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.