Fil info
19:59 Bonjour, nous avons besoin d'aide pour pour faire perdurer notre activité agricole et jeunesse en… https://t.co/NPgbuZnDLm
19:54Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu | L'Echo https://t.co/g54y0Fn9iA via
17:42Sarlat-la-Canéda : Une carte de fidélité pour gagner des clients -> https://t.co/MdoHAav653
17:40Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu -> https://t.co/EjKrGjFVOk
17:39Château-l'Évêque : Fusion : le manque d’informations pointé du doigt -> https://t.co/ZMYE5pKqY6
11:07Bergerac : Un nouveau souffle au sein de l’union locale CGT -> https://t.co/0EnwmjpZeC

Un succès une fois de plus confirmé

Artisanat d'art

Ce week-end, avait lieu la 22e édition de la Fête du couteau de Nontron qui a été une fois de plus un succès puisqu’elle a attiré cette année plus de 6 500 visiteurs (entrées payantes) venus admirer le savoir-faire de couteliers venus de toute la France et même de l’étranger.

Le temps étant de la partie, cette 22e édition a été un véritable
succès avec près de 3 000 entrées payantes pour le samedi et 3 500 le dimanche.
« Nous avions eu 5 500 visiteurs l’an dernier, c’est donc une très
belle année... et on a eu de très
belles pièces présentées à cette édition », explique Céline Lacroix, membre de l’organisation. Outre les nombreux exposants, les visiteurs pouvaient également assister à de nombreuses démonstrations de forges avec par exemple Elsa Fantino et Frédéric Perrin, ou encore des associations telles que Savoir Faire en Quercy ou la Belgian Knives Society (photo 3), ou bien de la taille de silex. Pour certains exposants c’était la première fois qu’ils venaient à la Fête du couteau de Nontron à l’image de Pascale Sabaté (photo 2), installée à La Roque des Albères dans les Pyrénées-Orientales qui a ouvert sa boutique en 2016. Après une carrière en tant que vétérinaire, elle a décidé de se reconvertir en 2015. « L’envie de me reconvertir m’est venue par passion du couteau et le déclic s’est fait alors que j’étais enceinte, cela a été une sorte de révélation. Je me suis alors tournée vers des couteliers dont le travail m’intéressais. Je savais quel type de couteaux je voulais faire, avec des ajustages de bois. J’avais déjà dessiné quelques modèles. Je me suis ensuite tournée vers Stéphanie Mottais qui m’a ouvert son atelier avec beaucoup de générosité et m’a appris les bases du métier. Ensuite, c’est un travail d’autodidacte seule à l’atelier comme tout le monde », explique Pascale Sabaté qui fait avant tout du stock removal (enlèvement de matière). « Je fais mes émoutures à la main, d’ailleurs chaque pièce est entièrement faite à la main. Ce sont des modèles  uniques avec un gros travail sur le choix des assemblages des matières, des lignes, des formes, des volumes et des couleurs ». Elle propose des couteaux pliants en liner lock avec des décorations sur les lames ou
encore des couteaux droits et des coffrets de couteaux de table dans des étuis en cuir qu’elle fabrique
elle aussi elle-même afin qu’ils soient en harmonie avec l’assemblage qu’elle a choisi pour les manches. Elle travaille aussi bien avec des bois locaux qu’exotiques. Une première participation dont elle était satisfaite. « Le cadre est très agréable, il y a un côté intimiste et familial, l’accueil et l’ambiance sont très bons. J’ai bien travaillé. Tout ce que je fabrique depuis un an part sur des salons au fur et à mesure, je n’ai pas le temps de faire de stock ».
Lors de cette fête, le visiteur avait la possibilité d’assembler lui-même son couteau avec la Confrérie du couteau de Thiers. C’est le choix qu’avait fait la famille Carbonel venue de La Chapelle-Gonaguet pour leur fils Hugo. « C’est la première année que je viens. On est passé devant le stand et mon mari est un passionné de couteaux et connaissait le couteau de Thiers. On s’est donc dit que c’était l’occasion ou jamais. ça va lui faire un souvenir unique et c’est très abordable puisqu’on a payé dix euros pour un couteau tartineur pour enfant. D’autant que ce sont des bénévoles qui sont sur le stand », explique Stéphanie. Hugo (photo 4) est donc ressorti du stand avec son couteau gravé à son nom, « ça m’a plu, c’était très amusant. D’abord on a percé des trous pour que les clous rentrent plus facilement puis on les a enfoncés avec un marteau. On a poli tout ce qui dépassait avec une machine et on a poncé le manche pour que ce soit plus doux. Après, on a gravé mon  nom sur la lame avec de l’acide ». Une chose est sûre, Hugo va garder son couteau « toute la vie et beurrer mes biscottes avec ».
Après un premier passage à Nontron en 2007, Jérôme Truchard de l’atelier Fer de Terre à Saint-Savinien (17) était de retour sur la fête, toujours avec le même plaisir : « l’accueil et l’ambiance sont toujours aussi bons. Il y a une très bonne communication autour de l’événement donc beaucoup de monde. On a énormément d’échanges avec le public, c’est très positif, mais aussi avec d’autres couteliers car on n’a pas trop l’occasion de se voir faute de temps. C’est l’opportunité d’échanger sur la technique, mais aussi des matériaux ou des adresses de fournisseurs », explique J. Truchard qui s’est spécialisé dans les couteaux forgés. Il réalise lui même ses aciers et ses mécanismes et travaille sur différents styles de motifs de damas. « Il y a des classiques comme la torsade, le damas explosion ou encore l’acier feuilleté. Ensuite, il y a des choses qui tiennent vraiment de la création. Je fais par exemple une structure en acier mosaïque et sur l’extérieur j’ai rajouté un acier feuilleté, de manière a développer une sorte de tresse au milieu ce qui permet d’avoir des motifs et des structures à la fois très esthétiques et résistantes mécaniquement. Un couteau reste un outil et un objet utile donc, au-delà de l’esthétique, ce sont les qualités techniques des aciers que l’on va exploiter au maximum », explique-t-il. Pour autant il aime jouer avec les matières et les combinaisons de couleurs pour fabriquer ses manches avec différents métaux, bois naturels ou synthétiques. « La nature nous offre un panel de choix intéressants donc autant explorer tout ce qui se présente à nous pour avoir quelque chose d’original et d’unique à chaque fois », conclut-il.

Retrouvez le travail de Pascale Sabaté et de Jérôme Truchard sur leur site : couteaux.pascale-sabate.com et http://ferdeterre.blogspot.com/

Philippe Jolivet

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.