Fil info
23:26Cyclisme - Thibaut Pinot se rapproche https://t.co/JUlJDvST31
23:23Basket - Boulazac n'a pas droit à l'erreur https://t.co/Ofc0JtTnTb
23:13La une du Vendredi 26 Mai 2017 https://t.co/3cI9vLcftJ
22:41International - Donald Trump risque de plomber le climat https://t.co/Qcx60rEhvE
22:40International - Une enquête internationale https://t.co/qQgCFjMXw7
22:38France - Caroline De Haas, figure de la lutte contre la loi Travail face à El Khomri https://t.co/I2PgOPxoyL
22:35International - Première poignée de main entre Trump et Macron à Bruxelles https://t.co/SMJViJ9KN2
19:22Châteauroux - Jobdating pour trouver une nounou au relais assistants maternels https://t.co/cmfaq7Vfmr
19:19Indre - Territoire à énergie positive : 1 566 000 euros pour le PNR https://t.co/k9iGldrcUt
17:45Sainte-Feyre - Où sont passées les valeurs sociales de la MGEN ? https://t.co/43C0mEOlAV
17:40Après une première session fructueuse l’année dernière, ils remettent le couvert. L’Amoma (Association des... https://t.co/FlOnYyx1Gl
17:37Ahun - Les pieds sur terre et le cœur sur la main https://t.co/SpdpJdAsG4
17:03Le Blanc - Pascal Szkolnik, un designer scénographe aux talents multiples https://t.co/yIrd2OJO2D
16:59Argenton-sur-Creuse - Les puces des couturières ont connu un vif succès https://t.co/So9o5lZC2k
16:56La Châtre - Les talents de Maurice mis en lumière https://t.co/5JVrfHRtdD
16:52Cluis - Zorro tire l'épée jusqu'à samedi https://t.co/tI77vH4lQt
15:24Région - La circulation perturbée https://t.co/KidqFZf5BC
09:39 https://t.co/KvHzyyO6ge . Tout est dit! Vigilance et détermination Peugeot doit s'engager

La famille dans tous ses états

Société

Le schéma départemental des services aux familles, qui court jusqu’en 2020, vient d’être officiellement signé entre tous les partenaires, sous l’égide de l’état. Il vise à mettre en cohérence les actions existant déjà sur le territoire, et de les développer là où elles font défaut.

La mise en place de ce schéma a débuté, comme il se doit, par un diagnostic destiné à identifier les besoins, et par la détermination d’objectifs partagés par tous les intervenants.
Car ils sont nombreux à être impliqués dans ce schéma placé sous l’autorité de l’état à travers la préfète, Anne-Gaëlle Beaudouin-Clerc et la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations. La Caisse d’allocation familiale, la Mutualité sociale agricole, l’éducation nationale, l’Udaf, les Ccas, les communautés d’agglomération, la Maison départementale des personnes handicapées, l’Agence régionale de santé, ou encore la justice sont partenaires de cette opération.
Le schéma se développe en quatre axes, la petite enfance, la parentalité, l’animation de la vie sociale et la jeunesse. Chacun a fait l’objet d’une étude pour affiner les besoins et surtout définir les manques. Car si le département est plutôt bien pourvu pour l’accueil des jeunes enfants, que ce soit dans des structures collectives, individuelles, voire en scolarisation des moins de trois ans, il existe des disparités sur le département. Idem pour le soutien à la parentalité, avec certains territoires présentant une population fragile, précaire, avec des problèmes sociaux, éducatifs, et davantage de familles monoparentales. La jeunesse, qui ne fait pas partie du schéma tel que définit au plan nationale, a tout de même été retenue pour la déclinaison départementale. Car dans un département aussi rural et vaste que la Dordogne, la problématique de l’accès à l’emploi, mais aussi de la santé et de l’isolement, est réelle pour ce public. Le soutien à la parentalité est aussi un domaine sur lequel il est impossible de faire l’impasse. La Dordogne compte en effet plus de parents séparés que les moyennes régionale et nationale, environ 1/3 des familles, qui demandent souvent l’apport d’une médiation pour résoudre les conflits. Enfin, l’animation de la vie sociale se construit autour de services à apporter aux familles sur un territoire, en partant de leurs besoins.
Toutes ces actions existent déjà, et sont portées par les institutions susnommées, et d’autres structures, principalement associatives. Le but du schéma est de les mettre en cohérence en s’attachant à combler les manques que connaissent certains secteurs. Lutter con-tre les inégalités territoriales qui sont réelles sur le département, avec des zones blanches pour les gardes d’enfants, particulièrement à l’ouest, mais également au sud du département, et travailler ensemble de façon structurée sont les buts de ce schéma, avec l’anticipation. Ainsi, le bassin de vie
girondin s’étend et empiète sur l’ouest de la Dordogne, entraînant des besoins supplémentaires dans le domaine des services à la famille. Aucun fonds complémentaire n’est mis sur cette opération, chaque partenaire disposant déjà de fonds propres pour les actions qu’il mène. Michel Bellot, le directeur de la Caf, précise ne pas arriver à consommer tous les crédits dans l ligne de trésorerie spécifiquement dédiée aux actions envers les familles. Pour la préfète, « les dispositifs de soutien à la parentalité s’appuient sur des initiatives locales et associatives, donnant un nombre d’actions et une diversité des dispositifs qui peuvent représenter une richesse, mais aussi une faiblesse. Le lien entre tous les intervenants donnera plus de lisibilité aux opérations engagées, ce qui devrait permettre de banaliser le recours aux services de soutien à la parentalité, pour que toutes les familles puissent y accéder, s’entraider, et partager leurs expériences, sans peur d’être jugées ». La mise en place de ce schéma a nécessité neuf rencontres entre tous ces partenaires, et des réunions au niveau local ont été organisées avec le soutien de la Fédération des centres sociaux, pour recueillir la parole des acteurs de terrain, parmi lesquels se comptent les travailleurs sociaux de la Msa.

Justice, éducation nationale...
Ce schéma implique aussi les services de l’éducation nationale, « car nous ne sommes pas un monde clos » note leur directrice départementale, élisabeth Laporte. « Nous sommes obligés de travailler avec les partenaires, d’échanger, pour le bien des jeunes ». La justice trouve aussi un intérêt certain dans cette opération, comme l’explique le président du tribunal de grande instance de Périgueux, Julien Simon-Delcros : « Elle souhaite être moins saisie, ce qui implique de s’inscrire dans la prévention. Un des moyens de le faire est de favoriser les modules alternatifs de réglement des conflits, et d’accès au droit ». L’Udaf, qui depuis 1945 est la représentante des familles apporte son concours, son expérience et son expertise, tandis que les représentantes de deux communautés d’agglomération (Périgueux et Bergerac) notaient que la crèche faisait partie de leurs compétences. Or c’est souvent là que se nouent les premiers contacts, qui permettent de très rapidement détecter les familles en souffrance, en difficulté, permettant l’enclenchement d’un travail sur la parentalité. Le conseil départemental, qui a en charge l’enfance et la famille, est un partenaire incontournable de ce schéma, « qui permet d’installer de manière durable l’habitude de travailler ensemble, en ciblant les priorités » indique Mireille Bordes, sa vice-présidente en charge de ce secteur. L’offre de service auprès de la petite enfance et de l’enfance, pilotée à l’échelle départementale, est supérieure à la moyenne nationale avec 57 établissements d’accueil de jeunes enfants, 12 maisons d’assistantes maternelles, 14 relais, 1 820 assistantes maternelles, 2 610 écoles aves 539 enfants de moins de trois ans scolarisés, 116 accueils de loisirs périscolaires, et 84 en extra scolaires.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.