Fil info
19:13Indre : Darc : un final merveilleux -> https://t.co/hNQM6Jzqe6
17:21Indre : Déols débute mal -> https://t.co/j7mzQLfogG
16:14Valençay : Les Valencéens n’oublient pas le 16 août 1944 -> https://t.co/4NbDgQFaDd

Engagés contre les extrêmes...

Politique

Hier « En marche le tour », caravane composée de jeunes soutenant le candidat Emmanuel Macron, terminait son périple de 4 500 kilomètres à Périgueux. Elle était partie il y a deux mois et demi de L’Union en Haute-Garonne.
Violaine fait partie du groupe de quatre qui a effectué tout le parcours. Jeunes, ils votent cette année à une élection présidentielle pour la seconde fois, et affichent une confiance sans faille en leur poulain. Ce qui a séduit Violaine, c’est le grand credo d’Emmanuel Macron, ni de gauche, ni de droite. « Il veut choisir les idées parce qu’elles sont bonnes, et non par idéologie » s’enthousiasme-t-elle. Vivant temporairement, comme deux de ses compagnons de route, aux Usa pour ses études, elle indique : « Nous avons vécu l’élection de Donald Trump, et les Américains qui n’y croyaient pas et se sont réveillés le lendemain. Mais c’était trop tard ». Elle craint les extrêmes, parmi lesquels elle place Jean-Luc Mélenchon aux côtés de Marine Le Pen (!), affirmant que « la façon dont ils ont réussi à faire oublier le côté violent de leurs discours m’a gêné. J’ai donc voulu m’engager dans le camp des progressistes ». Car pour elle comme pour ses amis, la loi Travail se place sur ce plan, et elle en réfute les critiques sans état d’âme. « On l’a beaucoup caricaturée » affirme-t-elle avec certitude, « sur le plan spécifique de la hiérarchie des normes, qui effectivement  pouvait demander de plus âpres discussions ». Elles n’ont pas eu lieu, la loi est passée au forceps, et lorsque les dégâts en apparaîtront ce sera trop tard, comme pour Trump... Elle estime qu’il en est de même pour la loi Macron (vous savez, celle «pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques») , qu’on a critiquée « alors qu’elle ouvre, pour les entreprises, la possibilité de se prêter de l’argent entre elles, sans passer par les organismes bancaires ». Pour elle, toutes ces mesures, et surtout celles de la loi El-Khomri, « ne cassent pas le code du travail ». Lors de leurs étapes, ils distribuent à tour de bras le programme, enfin écrit, de leur poulain, qu’il n’est pas inintéressant de parcourir. Il y indique par exemple qu’il alourdira les sanctions contre la fraude fiscale, sans plus de détail, mais concernant la lutte contre la fraude aux prestations sociales, elle sera amplifiée et : « une fraude grave entraînera désormais, en plus du remboursement, la suspension de la prestation ». Il veut aussi améliorer le pouvoir d’achat des travailleurs en réduisant les cotisations payées par les salariés, les indépendants et les fonctionnaires, estimant qu’il s’agira pour les personnes concernées de 500 euros supplémentaires net par an pour un salaire de 2 200 euros nets par mois. Autant dire que pour les Smicards, le calcul n’a pas été fait... Pas un mot sur la Sécu, mais l’assurance de consacrer « 5 milliards d’euros de notre Plan d'investissement à la santé », ou encore d’augmenter le minimum vieillesse et l’allocation adulte handicapé de 100 euros par mois. Il veut aussi exonérer de la taxe d’habitation « tous les Français des classes moyennes et populaires, soit 80 % des ménages », ce qui va créer un fort manque à gagner pour les collectivités locales...

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.