Fil info
23:35La une du Jeudi 27 Juillet 2017 https://t.co/lriYQ630fb
09:16Dans notre édition d'aujourd'hui : - Haute-Vienne : Pour l'AVEC, la grève se termine mais la lutte continue -... https://t.co/0z3rkIdMPm

Un homme entre la vie et la mort après une dispute conjugale

Un Périgourdin de 26 ans est entre la vie et la mort depuis la nuit de mardi à mercredi après que sa compagne d’origine australienne et âgée de 29 ans, lui ait porté un coup de couteau au cours d’une dispute sur fond de forte alcoolisation.
Il était environ 2 h 40 dans la nuit de mardi à mercredi quand les policiers sont intervenus dans la grande tour de la Grenadière située 7 rue Albert Pestour après que la victime les ait alerté par téléphone. A leur arrivée, cette dernière, chancelante, était en train de sortir du hall de l’immeuble. Les policiers lui ont immédiatement porté assistance en appliquant un point de compression au niveau du cou qui présentait une plaie avec saignement important, avant que les pompiers et le Samu ne le prennent en charge et le transportent au centre hospitalier avec un pronostic vital engagé : son poumon aurait été perforé.
Les policiers de la BAC sont ensuite entrés dans l’immeuble et ont fini par retrouver la compagne de la victime, une femme de 29 ans, d’origine australienne, sportive de haut niveau dans la catégorie free fight, dans les parties communes. Elle était ivre (son alcoolémie a été mesurée à 1,68 g) et surtout dans un état de surexcitation. Les policiers ont dû employer un taser pour pouvoir procéder à son interpellation puis à son placement en garde à vue.
Les raisons de la dispute sont encore floues, mais toujours est-il qu’elle aurait asséné au moins un coup de couteau qui a atteint le poumon. Dans l’appartement se trouvait leur petite fille de deux ans et demi. On ne sait pas si elle a assisté à la scène, mais elle a été placée immédiatement au village de l’enfance et le parquet de Périgueux a saisi le juge pour enfants.
Quant à la jeune femme, elle a été présentée au juge d’instruction hier après-midi pour se voir signifier sa mise en examen pour violences aggravées par trois circonstances : avec arme, sur concubin et en état d’ivresse, avec une ITT supérieure à huit jours. Des faits pour lesquels elle encourt dix ans de prison. Elle se trouve en outre en état de récidive légale puisqu’elle a déjà été condamnée pour violences avec arme en 2014. Hier soir, elle devait être placée en détention provisoire. Quant à sa victime, elle se trouvait toujours entre la vie et la mort.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.