Fil info
18:54Châteauroux : «Qu’on nous redonne des bras !» -> https://t.co/lAulfkh4fd
18:52Indre : 128 bébés décédés à la Martinerie retrouvent un nom -> https://t.co/QlDqPdl95C
17:19 y sera sur le stand arvmc : Les américains à chateauroux 1951-1967 de Mascle https://t.co/WM7iND8iBY

Appels à la grève et mobilisations au programme

Social

De plus en plus d’organisations appellent à rejoindre les manifestations aujourd’hui, à Périgueux à 10 h 30 et à Bergerac à 15 h, chaque fois devant le palais de justice, pour dénoncer les ordonnances Macron qui sonnent le glas du Code du travail.

Si Emmanuel Macron espérait que sa communication très bien affûtée suffirait à berner les citoyens de ce pays, la réponse qu’il aura dans la rue aujourd’hui devrait lui prouver le contraire.
Dans l’enseignement, de nom-breux préavis de grève ont été déposés, et les municipalités ont mis en place un service minimum pour accueillir les enfants dont les instituteurs et institutrices seront inscrits dans le mouvement. à Trélissac, la classe de petite et moyenne section de l’école maternelle Jean-Eyraud sera fermée, et les enfants seront reçus, de 9 h à 16 h 30, au centre de loisirs où ils seront surveillés par le personnel municipal, mais il leur est demandé d’apporter leur pique-nique. La Sncf aussi  sera impactée, et il est fortement conseillé de s’assurer de la circulation du train que l’on souhaite prendre. La Cgt, la Fsu, mais aussi le Pcf ou encore l’association Femmes solidaires appellent à rejoindre ce mouvement. Pour cette dernière, « les droits des femmes passent (aussi) à la trap-pe » avec la loi Travail.  « Emmanuel Macron l’a promis, les femmes seront la grande cause nationale du quinquennat » rappellent les membres de Femmes solidaires. « Il est élu depuis à peine 150 jours et il a déjà réussi à se faire mentir trois fois. Une première fois avec la nomination du gouvernement et l’absence de ministère dédié. Une deuxième fois cet été, avec la baisse de 27 % du budget du Secrétariat d’État à l’Égalité. Une troisième fois avec la loi Travail n°2 ». L’association pointe les dangers, pour les femmes, des points contenus dans cette nouvelle mouture : « Les salarié.e.s les plus touché.e.s par la réforme sont ceux en Cdd ou travaillant dans des petites entreprises. Deux catégories où les femmes sont sur-représentées. Plusieurs mesures vont donc peser particulièrement sur les femmes et accroître les inégalités professionnelles. L’inversion de la hiérarchie des normes renvoie à l’entreprise la définition de nombreux droits, et notamment les droits familiaux. Les congés enfants malades pris en immense majorité par les femmes, l’allongement du congé maternité et le maintien de la rémunération à 100 %, l’allégement du temps de travail des femmes enceintes… tous ces droits, prévus jusqu’alors dans les conventions collectives de branche, pourront être demain remis en cause par accord d’entreprise. C’est le cas également des primes d’ancienneté, de départ en retraite ou de licenciement ».

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.