Fil info
23:19RT : Décollage 🚀 et attention à l’atterrissage ! https://t.co/meOdNfjf0u
23:18RT : Douzième fête des étoiles sous le soleil à Pierre-Buffière. L’atelier de fabrication de fusées à eau très apprécié… https://t.co/j6pydAN7M8
23:18RT : Remise des médailles du travail pour les salariés . Une occasion de se rappeler que notre lutte est une lutte p… https://t.co/zLuCVR21eY
15:27RT : Décollage 🚀 et attention à l’atterrissage ! https://t.co/meOdNfjf0u
15:27RT : Douzième fête des étoiles sous le soleil à Pierre-Buffière. L’atelier de fabrication de fusées à eau très apprécié… https://t.co/j6pydAN7M8
15:26Décollage 🚀 et attention à l’atterrissage ! https://t.co/meOdNfjf0u
15:25Douzième fête des étoiles sous le soleil à Pierre-Buffière. L’atelier de fabrication de fusées à eau très apprécié… https://t.co/j6pydAN7M8

Une femme seconde la Dmd

Armée de terre

Corinne Zilli a pris la semaine dernière ses fonctions d’adjointe au colonel Dartencet, qui dirige la Délégation militaire départementale (Dmd).
C’est la première fois qu’une femme occupe ce poste en Dordogne. Il faut dire qu’on en compte encore peu  dans l’armée (12 %), et encore moins parmi les officiers supérieurs. Avec son grade de Commandante, Corinne Zilli n’est peut-être pas un précurseur, mais elle est tout de même une rareté dans un monde qui a eu du mal à s’ouvrir à la gent féminine. Rien pourtant ne la destinait à devenir militaire, et elle est la seule de sa famille à avoir embrassé cette mission. « C’est arrivé par hasard » confie-t-elle.» J’étudiais en université de langue à Bordeaux en 1995, quand le service militaire s’est arrêté. L’armée cherchait de jeunes diplômés pour remplacer ceux du contingent et est venue tenir une réunion d’information à l’université. ça m’a intéressée ». Elle a passé les tests nécessaires, a été acceptée et a incorporé l’armée de terre. Depuis 18 ans elle a gravi les échelons au fil de ses affectations. Originaire du Lot-et-Garonne, elle revient un peu chez elle, et confie : « J’ai trouvé dans l’armée une famille, et un épanouissement professionnel».

Commentaires

Bonjour

"commandante"... l'echo.info donne peut-être du sens à l'info mais pas à la langue française... Il est par ailleurs surprenant de constater que des personnes extérieures à une institution s'arrogent le droit d'essayer de modifier les codes, traditions, us et coutumes qui s'appliquent à l'intérieur de la-dite institution. Non seulement, le personnel féminin de l'armée ne revendique pas cette féminisation intempestive des grades mais en plus rie moqueusement de cette poussée de féminisme qui leur est extérieur et malvenu à leur égard au regard de leurs missions quotidiennes...

Respectueusement

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.