Fil info
23:59 Retour au 19e siècle. ...
17:20Catherine Baly, secrétaire générale de l’Union départementale CGT de la Creuse était convoquée jeudi au... https://t.co/MurxSp1j1I

Les fonctionnaires sont une richesse, pas un coût

CFDT

S’il est un changement que les fonctionnaires ont vu passer, en même temps que celui de gouvernement, c’est la disparition de leur ministère dédié.
Ils sont en effet passés sous la tutelle du ministère du budget, ce qui n’est pas obligatoirement une bonne nouvelle. « Nous sommes devenus une ligne budgétaire » constate Jean-Christophe Silva, secrétaire départemental de la Cfdt Interco. Si leur point d’indice, gelé durant une décennie, a été revalorisé au 1er janvier, ce fut par décret,  « ce qui fait que ça peut être revu à tout moment ». Ils ont donc décidé de rappeler au Président Macron les promesses du candidat qui leur avait adressé un courrier stipulant « vous pouvez compter sur mon engagement pour notre service public ». Or de toutes parts, ses conditions d’exercice se détériorent. Dans les collectivités locales, « les Chsct ne se réunissent pas, et les arrêts maladie explose» note Jean-Christophe Silva. Dans les établissements hospitaliers, de soins ou de prise en charge de la dépendance, la situation des professionnels est aussi alarmante. « à l’hôpital de Périgueux, ils sont obligés de rappeler les gens sur leurs jours de congés» dénonce Sahmy Chiab, secrétaire départemental de la Cfdt santé-sociaux. Dans les Cias, à l’Ase, il note que les agents travaillent à flux tendu. « Ce sont des choix politiques de gestion, mais ils mettent en danger les usagers ». Les Groupements hospitaliers de territoire sont une autre inquiétude. Les agents pourraient être amenés à intervenir sur les différents sites de ce territoire, et ils craignent que ce type d’organisation ne s’étende aux Ehpad. Les syndicalistes veulent aussi rappeler quelques vérités : leurs retraites sont désormais alignées sur celles du privé, si leur traitement paraît plus favorable, il ne faut pas oublier que le public fonctionne beaucoup avec des primes, qui ne rentrent pas dans le calcul de la retraite, les inégalités entre hommes et femmes y sont encore réelles, et ils n’ont pas de prise en charge de la moitié de leur mutuelle par leur employeur, comme c’est le cas dans le privé. La Cfdt a donc décidé d’adresser des cartes pétitions aux autorités.
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.