La Lutine embrasse le trophée Dominique Lavigne

Comme chaque année à pareille époque, le club de la presse du Périgord récompense un producteur, un artisan, ou un savoir-faire local avec le Trophée gourmand Dominique-Lavigne, du nom de celle qui fut notamment directrice de Réussir le Périgord et qui aimait partager son amour pour les productions locales qu’elle défendait ardemment. Et cette année, c’est place Saint-Silain, à l’espace du sixième sens que la douzième édition de ce trophée a été remise à la brasserie La Lutine. Basée à Limeuil, elle figure parmi les premières brasseries créées en Dordogne et elle en est aujourd’hui la plus ancienne. C’est en effet un brasseur hollandais qui l’a lancée en 2000 et qui l’a installée à Limeuil en 2003. La brasserie, qui a pris le tournant du bio en 2012 est aujourd’hui co-dirigée par Sébastien Peiffer qui a beaucoup appris aux côtés du fondateur, et par Antoine Mallemouche et Aurélie Carillo depuis quelques années. Brune, blanche, blonde, ambrée, aux noix, de Noël et même à la Spiruline et donc de couleur verte et bleue cette année, de 5 à 8,5°, la Lutine compose plusieurs brassins par an et revendique une production de 75 000 litres annuels. En bouteille ou en fûts, elle écoule sa production dans le département, les bars, les restaurants et les boutiques de producteurs. L’entreprise ne manque pas de projets puisqu’elle devrait lancer son premier whisky 100 % Périgord cette année. Distillé à partir d’une bière spéciale (il s’agit d’une eau de vie de bière), il devra d’abord vieillir trois ans en fûts de chêne avant de pouvoir être dégusté, soit pas avant 2021. En parallèle, la Lutine, qui profite d’un regain d’interêt pour les bières artisanales, continuera à sortir une nouvelle bière par an. Il faut savoir en effet qu’il y a dix ans, la bière artisanale ne représentait que 3 % de la production en France contre 8 % aujourd’hui. Et il reste encore de la marge. Notamment pour la Lutine qui est arrivée au maximum de sa production, mais qui souhaite se développer pour l’augmenter. Pour ce faire, elle est en train d’élaborer un projet d’investissement sur trois années.
E.C.