Fil info
20:36Creuse : On s’en doutait… | L'Echo https://t.co/kNyLxjkKN8 via
19:33Issoudun : Hôpital : la télémédecine c’est maintenant -> https://t.co/Zn3L2f1M3l
19:33 88%? On ne m'a jamais demandé mon avis...
19:30Déols : Dix-huit candidates pour une seule place de Miss Centre -> https://t.co/ms5IXRRMnw
19:28Châteauroux : L214 sur le marché pour dénoncer les conditions d’élevage -> https://t.co/dQjjde0KjI
19:25Le Poinçonnet : Très bons débuts du Poinçonnet -> https://t.co/tBZ7j4U1wL
19:07Coulounieix-Chamiers : Préfet Frédéric Perissat : « nonobstant la loi chasse, je reste le patron » -> https://t.co/WGQBNSjKM6
18:36Périgueux : Prise de conscience de l’urgence climatique et sociale -> https://t.co/3npg9YL2Rs
18:19RT : Pour un Jean-François choqué, l’incarcération de est particulièrement sévère au regard de son âge. Venant… https://t.co/oRDsTLZrE8
18:18RT : La droite qui s’indigne de l’incarcération de Patoche c’est la même qui a fait du « laxisme de la justice » son fon… https://t.co/YWj0Z29AGn
18:04Saint-Laurent-sur-Manoire : Une troisième saison riche de découvertes -> https://t.co/Ksxua3wlZj
18:04RT : [A LA UNE A 18h00] De nouvelles scènes de violence ont émaillé des manifestations interdites à Hong Kong, la police… https://t.co/3SuiyShqYU
18:00Castelnaud-la-Chapelle : Sensibiliser le public aux enjeux du climat et de la biodiversité -> https://t.co/00uPHwNESp
14:18RT : Merci aux ⁦⁩ ⁦pour cette article sur le train des primeurs. Ils confirment mes propos ainsi que ceux de ⁦… https://t.co/a1wVulXTlH
08:26Périgueux : (VIDÉO) Jean-Philippe Granger : "le monde agricole est aussi des négociations sur le réforme des retrai… https://t.co/quugxSk02B
07:08Chancelade : Deux incendies, une maison totalement détruite aux portes de Périgueux -> https://t.co/zJ68vKjs43

Changement dans la continuité pour les réformes de l’école

Education nationale

Depuis le mois de février, Jacques Caillaut a remplacé élisabeth Laporte à la tête de la Direction départementale des services de l’éducation nationale (Ddsen). La Dordogne n’est pas une terre totalement inconnue pour lui.

Occupant le même poste à Toulouse, Jacques Caillaut a permuté avec élisabeth Laporte, et arrive dans un département qui ne lui est pas inconnu.
Originaire de Bordeaux, il a suivi les cours de l’école normale de Limoges avant de devenir instituteur. Puis à la suite de concours réussis, il est devenu inspecteur de l’éducation nationale en Lot-et-Garonne, en charge de l’adaptation et de l’intégration scolaire. Il a ensuite été quatre ans adjoint de l’inspecteur d’académie de Gironde, d’abord pour le premier degré, puis en tant qu’inspecteur pédagogique régional des établissements et de la vie scolaire. « J’étais en charge du nord de la Dordogne » confie-t-il, « ce qui fait que je connais un peu le département, mais je dois le redécouvrir, car ça fait 12 ou 13 ans ». Directeur académique adjoint dans le Nord, il occupera ensuite son premier poste de directeur d’académie à Toulouse pendant trois ans et demi, mais l’affaire du lycée Gallieni l’aura contraint à laisser sa place, dans un souci d’apaisement. Il confie s’inscrire « dans les priorités ministérielles », et dans le projet académique mis en place par le rectorat. Les problèmes de la Dordogne sont clairs, et identifiés : une démographie en berne qui engendre une baisse d’effectif dans les écoles, et des zones rurales parfois isolées qu’il faut éviter de transformer en déserts éducatifs. Une première convention de ruralité, signée il y a trois ans, va être reconduite et devrait être paraphée au plus tard début septembre.  Elle permet d’envisager l’avenir de l’école avec tous les intervenants, communes, élus, parents d’élèves, communauté éducative..., et a évité des suppressions de poste. Mais Jacques Caillaut ne le cache pas, « il y aura des fermetures ». Il faudra faire jouer la solidarité entre des secteurs en grande fragilité, et d’autres mieux lotis. Ainsi, le nouvel inspecteur d’académie note que la ville de Périgueux possède de nombreuses petites écoles : « Nous devons nous interroger là dessus ». Il remarque aussi l’explosion d’écoles alternatives, qui sont aujourd’hui une vingtaine en Dordogne, et affirme son intérêt pour la présence d’Avs auprès des enfants en situation de handicap.

Jordan XII Slide