Fil info
19:59 Bonjour, nous avons besoin d'aide pour pour faire perdurer notre activité agricole et jeunesse en… https://t.co/NPgbuZnDLm
19:54Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu | L'Echo https://t.co/g54y0Fn9iA via
17:42Sarlat-la-Canéda : Une carte de fidélité pour gagner des clients -> https://t.co/MdoHAav653
17:40Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu -> https://t.co/EjKrGjFVOk
17:39Château-l'Évêque : Fusion : le manque d’informations pointé du doigt -> https://t.co/ZMYE5pKqY6
11:07Bergerac : Un nouveau souffle au sein de l’union locale CGT -> https://t.co/0EnwmjpZeC

Les droits des femmes, toujours

Société

Au même endroit et au même moment, l’association Femmes Solidaires Dordogne appelait aussi à un rassemblement en soutien à l’universitaire turque Pinar Selek.
Sociologue, écrivaine, universitaire, Pinar Selek, aujourd’hui réfugiée en France, est un symbole pour l’association Femmes Solidaires qui la soutient depuis la vingtaine d’années qu’elle est persécutée, emprisonnée, torturée par le régime de son pays. Aujourd’hui, elle est sous la menace d’une condamnation à la prison à perpétuité, bien qu’elle ait été, à quatre reprises, acquittée par différentes juridictions de son pays. Mais la Cour de cassation, soumise au gouvernement d’Erdogan, pourrait bien la condamner sans que la défense ne puisse s’exprimer. Les torts de Pinar Selek est de s’intéresser à la question kurde, et c’est en 1998 qu’elle est arrêtée une première fois et incarcérée pour une prétendue complicité avec le Pkk. C’est alors qu’elle est emprisonnée qu’elle apprend qu’elle est inculpée pour attentat terroriste. Différentes juridictions l’acquitteront, estimant qu’il n’y avait aucune preuve matérielle contre elle, mais le gouvernement a toujours déposé des recours et des appels. Cette manifestation de soutien se déroulait à la même heure que le rassemblement pour la Palestine, car il était inscrit dans la présence, une fois par mois, de Femmes solidaires devant le palais de justice pour interpeller la population. « Nous nous sommes posé la question de décaler, mais comme ce sont deux sujets faisant référence aux droits humains, nous avons décidé d’unir nos forces dans ces combats » indique Pascale Martin, la présidente de Femmes solidaires Dordogne. La semaine dernière, une réunion régionale s’est tenue pour lister les attaques contre les femmes et leur cause, « et la liste est énorme de lieux où les droits humains sont menacés, partout dans le monde. On assiste à certains endroits à des reculs
inouïs ».

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.