Fil info
19:17Dordogne : Radio Vallée Vézère lance un appel aux dons pour sa survie -> https://t.co/cIkF4e02f2
19:16Dordogne : Sarlat à l’heure du 7e art -> https://t.co/9tYXZ0u5BF
18:52Indre : Trois jours de fête et de partage autour des arts et de la culture -> https://t.co/4dKcbwvm2q
18:51Indre : Santé : un référendum d'initiative locale en janvier -> https://t.co/aGWxifLuEP
18:50Indre : Redonner des couleurs aux idéaux communistes -> https://t.co/mQXSjCmdZk
18:48Châteauroux : Un temps de partage en musique -> https://t.co/s92abKZKih
18:02# # - -sur-Gartempe : Les Bandafolies c’est reparti -> https://t.co/x4lhxRI6zR
18:00# # - -Junien : Quelques secrets de fabrication des gants de luxe Agnelle -> https://t.co/dm7qgkpiu3
17:28Secours Populaire : les enfants creusois se mobilisent pour les enfants d'Haïti https://t.co/XEAP9d9t0h
16:26Sarlat-la-Canéda : Concert Arthur H, un « amour de chien fou » -> https://t.co/uO8A7f0BD1
16:06Bergerac : Germaine de La Valette Monbrun, infirmière tombée au front | L'Echo https://t.co/tPXuXizLhG via
15:41Périgueux : Un programme ambitieux en faveur du logement social -> https://t.co/8hIv15CfPA
11:55Bergerac : Germaine de La Valette Monbrun, infirmière tombée au front -> https://t.co/kqVfcpbUNs
10:09RT : Nouvelle AG des . On fait le point sur l'avancée des procédures en cours. Nous décidons ce jour de poursuivre l… https://t.co/beesvl7sjd
09:46RT : Un événement sismique de magnitude 3,2 sur l'échelle de Richter a été ressenti dans l'Ouest Creusois à 4h12 du mat… https://t.co/Kupx5hHaVV
09:13Dans notre édition aujourd'hui : - Centenaire 14-18 : les communes invitées à sonner les cloches de l'armistice - L… https://t.co/btkBoljzOe
09:04Un événement sismique de magnitude 3,2 sur l'échelle de Richter a été ressenti dans l'Ouest Creusois à 4h12 du mat… https://t.co/Kupx5hHaVV

Le rail reste soudé

SNCF

Les cheminots sont toujours dans l’action, et contrairement aux grandes annonces sur l’affaiblissement du mouvement ou l’éclatement de l’intersyndicale, ils sont plus motivés et plus unis que jamais.

" Nous sommes dans un mouvement historique de par sa durée ". Les délégués CFDT, CGT, SUD et UNSA de la SNCF étaient bien rassemblés hier à Périgueux, à l’occasion de cette nouvelle séquence de grève, ce qui démentait mieux que tout discours les rumeurs sur l’éclatement de l’intersyndicale.
La question aujourd’hui est de savoir « comment transformer le rejet massif des cheminots de tous les services, encadrement compris, face à cette réforme, en mouvement de force ? » Ils comptent sur la journée du 12 juin, décrétée « Journée de la colère cheminote, on n’a rien volé, nous » pour amener une remontée des chiffres des grévistes, qui restent tout de même élevés pour un mouvement débuté il y a neuf semaines : 30 % pour la Région, et 25 % au niveau national. « Tant que la grève dure, que l’unité syndicale persiste et que le processus législatif n’est pas terminé, la partie n’est pas jouée » notent les délégués syndicaux. Les cheminots ont essayé de lancer une grève inter-professionnelle, sans succès, et s’inscrivent donc dans un mouvement long. « Il n’y a jamais eu de grève de plus d’un mois à la Sncf. On assiste à des attaques contre tous les services publics. Les cheminots sont le dernier bastion de résistance. S’il saute, c’est la porte ouverte pour le démantèlement des autres services publics, régaliens, hôpital...» Les organisations syndicales regrettent le traitement qui est réservé par les grands médias à leur action : « ce n’est plus de l’information, mais de la propagande quand ils prétendent que le mouvement s’essouffle ou que l’intersyndicale a explosé ». Elles reconnaissent qu’il peut parfois y avoir des divergences entre elles, « mais sur le projet du gouvernement et de l’entreprise, c’est l’unanimité. L’attaque est telle, la violence et le mépris du gouvernement aussi, que ça nous soude. Et ça concerne tous les corps de métiers de la boîte, jusqu’aux cadres qui vivent une véritable fracture avec la direction ayant compris qu’ils étaient eux aussi dans l’oeil du cyclone ». A l’issue de l’assemblée générale qui s’est tenue hier matin, la poursuite de la grève a été votée. Les cheminots retrouveront dès 7 h 45 ce matin les salariés d’Orange, qui tiendront un piquet de grève devant leur entreprise à Boulazac. Quant à la caisse de solidarité, elle continue à être alimentée par les citoyens, solidaires des cheminots.